Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

I. Zivilabteilung 4C.137/2005
Zurück zum Index I. Zivilabteilung 2005
Retour à l'indice I. Zivilabteilung 2005


4C.137/2005 /viz

Arrêt du 10 mai 2005
Ire Cour civile

MM. et Mme les Juges Corboz, président,
Rottenberg et Nyffeler.
Greffier: M. Carruzzo.

A. ________,
demandeur et recourant,

contre

X.________ SA,
défenderesse et intimée,
représentée par Me Cyrille Piguet, avocat,
Caisse publique cantonale valaisanne de chômage, rue Château-Vieux 3 A, 1870
Monthey.

contrat de travail; résiliation,

recours en réforme contre l'arrêt de la Chambre des recours du Tribunal
cantonal du canton de Vaud du 22 février 2005.

Le Tribunal fédéral considère en fait et en droit:

1.
1.1 Par arrêt du 22 février 2005, la Chambre des recours du Tribunal cantonal
du canton de Vaud, admettant partiellement le recours interjeté par
X.________ SA, défenderesse, a fait droit aux conclusions reconventionnelles
prises par cette partie contre A.________, demandeur, et condamné celui-ci à
verser à celle-là un montant de 15'269 fr. 65 avec intérêts à 5% l'an dès le
28 août 2003.
La cour cantonale a considéré comme justifié le licenciement immédiat du
demandeur, alors responsable des chauffeurs d'une division de l'entreprise
défenderesse, que cette dernière avait prononcé le 28 août 2003 après avoir
découvert, trois jours plus tôt, que son employé avait sciemment abusé du
téléphone sur son lieu de travail et en partie durant ses heures de travail,
en composant des numéros "par accès payant majoré" à des fins strictement
privées. Ce comportement, dont l'auteur avait reconnu le caractère
inqualifiable, avait occasionné un surplus de facturation de 26'467 fr. 05
sur une période d'environ six mois. En conséquence, la cour cantonale a
écarté les prétentions élevées par le demandeur au titre de la résiliation
prétendument injustifiée de son contrat de travail et elle l'a condamné à
verser à la défenderesse la somme précitée correspondant à la différence
entre le surplus de facturation et un solde de salaire de 11'197 fr. 40.

1.2 Le demandeur, qui agit seul, a adressé, le 24 mars 2005, au président de
la cour cantonale une écriture de trois pages en le priant de bien vouloir
"réexaminer cette affaire". Cette écriture a été transmise au Tribunal
fédéral en date du 26 avril 2005.
La défenderesse et l'intervenante n'ont pas été invitées à déposer une
réponse.

2.
2.1 L'écriture du demandeur, non intitulée, sera traitée comme un recours en
réforme sur le vu de son contenu. Telle est du reste la qualification qui lui
a été donnée dans la lettre de transmission.

2.2 L'acte de recours doit contenir l'indication exacte des points attaqués
de la décision et des modifications demandées (art. 55 al. 1 let. b OJ),
ainsi que les motifs à l'appui des conclusions (art. 55 al. 1 let. c OJ).
L'écriture soumise à l'examen du Tribunal fédéral ne satisfait nullement à
ces exigences. La conclusion qu'elle comporte, par laquelle le demandeur
sollicite le réexamen du dossier, est manifestement insuffisante. Il en va de
même en ce qui concerne sa motivation, de caractère purement appellatoire,
laquelle ne consiste que dans la prise à partie d'un tiers (le dénommé
B.________) qui aurait souhaité le départ du demandeur pour le remplacer par
un ami, dans une tentative de justification des appels téléphoniques
incriminés, dans la contestation toute générale de la mesure prise par la
défenderesse après qu'elle eut identifié l'auteur de ces appels et dans la
remise en cause, sans explications chiffrées, de deux postes relatifs à la
créance du demandeur (allocations familiales et participation au bénéfice).
Le présent recours est donc manifestement irrecevable.

3.
Vu l'art. 343 al. 3 CO, le demandeur n'aura pas à payer les frais de la
procédure fédérale, nonobstant l'irrecevabilité de son recours.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est irrecevable.

2.
Il n'est pas perçu de frais.

3.
Le présent arrêt est communiqué en copie aux parties et à la Chambre des
recours du Tribunal cantonal du canton de Vaud.

Lausanne, le 10 mai 2005

Au nom de la Ire Cour civile
du Tribunal fédéral suisse

Le président:  Le greffier: