Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

I. Zivilabteilung 4C.260/2005
Zurück zum Index I. Zivilabteilung 2005
Retour à l'indice I. Zivilabteilung 2005


{T 0/2}
4C.260/2005 /fzc

Arrêt du 6 juin 2006
Ire Cour civile

MM. et Mmes les Juges Corboz, président, Klett, Rottenberg Liatowitsch, Favre
et Kiss.
Greffière: Mme Cornaz.

X. ________ et Y.________,
défendeurs et recourants, tous les deux représentés par Me Philippe Conod,
avocat,

contre

Z.________,
demanderesse et intimée, représentée par
Me Raymond Didisheim, avocat,

contrat de travail; erreur; transfert des rapports de travail; résiliation
immédiate,

(recours en réforme contre le jugement de la Cour civile du Tribunal cantonal
vaudois du 1er février 2005).

Faits:

A.
En octobre 1997, A.________, exploitant d'un café-bar, a engagé Z.________ en
qualité de cuisinière, à raison de cinq heures par jour, du lundi au
vendredi, pour un salaire mensuel brut de 1'600 fr.

A. ________ avait adhéré au contrat collectif d'assurance perte de gain liant
l'assurance B.________ (ci-après: B.________) à la Fédération suisse des
cafetiers, restaurateurs, hôteliers Gastrosuisse (ci-après: Gastrosuisse). A
partir du 1er juin 1998, son personnel avait droit, dès le quatrième jour
d'incapacité de travail, à une indemnité journalière perte de gain égale aux
80 % du salaire AVS, pendant sept cent vingt jours sur une période de neuf
cents jours consécutifs. Z.________ était au bénéfice de cette assurance et
payait, en octobre et novembre 1998, une prime de 1,95 % de son salaire
mensuel brut, à l'époque de 1'850 fr. Selon l'art. 11 du contrat collectif
susmentionné, le contrat d'adhésion prenait fin à la date de la remise de
l'établissement à un tiers, sous réserve du droit de transfert dans
l'assurance individuelle, au sens de l'art. 27 CGA.

Le 18 novembre 1998, A.________ a vendu son fonds de commerce à X.________ et
Y.________, avec prise de possession le 15 janvier 1999, étant précisé que
les acquéreurs ne reprenaient aucun passif du vendeur ni les obligations
contractées envers les fournisseurs de ce dernier.

Le 23 novembre 1998, A.________ a confirmé à son employée la remise de
l'établissement et la fin de son emploi pour le 31 décembre 1998, avec la
possibilité, en cas d'accord, de continuer à travailler avec les repreneurs.

Selon un certificat médical du 23 décembre 1998, Z.________ a été dans
l'incapacité totale de travailler depuis le 16 décembre 1998 jusqu'au 6
janvier 1999 inclus. L'incapacité de travail totale a par la suite perduré.

Le 16 décembre 1998, X.________ et Y.________ ont engagé Z.________ comme
cuisinière à mi-temps, à dater de la réouverture du café-bar, le 1er février
1999, moyennant une rémunération mensuelle de 1'900 fr. brut, sous déduction
- notamment - de la participation de 1,95 % à la prime d'assurance indemnité
en cas de maladie.
Le 31 décembre 1998, Z.________ a reçu de A.________ son salaire pour la
période du 1er au 15 décembre 1998 et des indemnités journalières de
B.________, au montant de 629 fr. 30, pour la période du 16 au 31 décembre
1998. Elle a ensuite reçu de l'assurance 1'505 fr. 30 pour la période du 1er
au 31 janvier 1999.

A la réouverture du café, au début du mois de février 1999, Z.________ a
tenté de reprendre son activité de cuisinière, ce qu'elle a fait jusqu'au 3
février 1999. Dès le lendemain, elle ne s'est plus présentée sur son lieu de
travail.

Le 10 février 1999, les exploitants du café ont congédié Z.________ avec
effet immédiat. Dans une lettre du 12 février 1999, ils ont confirmé le
congé, mais avec effet au 14 février 1999, et ont invité l'employée à leur
faire parvenir le certificat médical relatif à son arrêt maladie depuis le 4
du mois.

Postérieurement au 31 janvier 1999, la travailleuse n'a reçu aucun salaire ni
aucune indemnité pour perte de gain.

Le 5 mars 1999, B.________ a exposé à Z.________ qu'elle avait été "reprise"
par le nouveau tenancier du café dès le 1er février 1999, de sorte qu'elle
devait faire valoir ses droits auprès de l'assurance maladie du nouvel
employeur.

Le 15 mars 1999, l'employée a informé B.________ qu'elle voulait passer à
l'assurance individuelle, conformément aux conditions générales du contrat
collectif mentionné précédemment. Elle a réservé ses droits quant au
prolongement du contrat d'assurance collective jusqu'à l'échéance du délai de
congé étendu en raison de sa maladie, survenue avant le 31 décembre 1998.
B.________ n'a pas répondu à cette demande.

Simultanément, Z.________ a invité son nouvel employeur à lui communiquer les
coordonnées de l'assureur couvrant sa perte de gain dès le 1er février 1999,
invoquant les art. 333 al. 1 et 336c CO.

Le 7 avril 1999, les employeurs ont répondu que Z.________ avait
"manifestement abandonné son travail", en se référant à une maladie qui
n'avait pas encore fait, deux mois plus tard, l'objet d'une attestation
médicale.
En avril et en juin 1999, Z.________ a invité à nouveau les employeurs à lui
faire parvenir les coordonnées de l'assurance maladie couvrant sa perte de
gain et a remis, le 12 avril 1999, le certificat médical du 23 décembre 1998.

Le 22 juin 1999, les employeurs ont répondu qu'aucune assurance n'avait été
contractée, ajoutant, "à toutes fins utiles", que l'employée "entendait
conclure un nouveau contrat (...) alors qu'elle se trouvait déjà en congé
maladie depuis la mi-décembre 1998".

Le 10 décembre 1999, les employeurs ont confirmé la résolution du contrat
"faite en son temps", soit le 12 février 1999, à l'échéance du 14 février
1999.

Le 13 juillet 2000, Z.________ a été mise au bénéfice d'une rente
d'invalidité (AI) mensuelle de 1'122 fr. dès le 1er décembre 1999, étant
précisé que son incapacité de travail totale datait du 16 décembre 1998.

Le 30 octobre 2000, le médecin, auteur du certificat médical du 23 décembre
1998, a écrit au mandataire de la travailleuse que son état de santé, à
mi-décembre 1998, était incompatible avec la poursuite d'une activité
lucrative, dont la reprise, au début février 1999, était illusoire. La
travailleuse avait été autorisée de faire un essai pour qu'elle puisse se
convaincre par elle-même de l'impossibilité d'une telle reprise d'activité
professionnelle, confirmée par l'évolution néfaste de son affection,
entraînant des conséquences "catastrophiques" sur son état de santé. Plus
précisément, l'incapacité de travail totale existait en tout cas dès le 12
décembre 1998, mais le début de l'arrêt de travail, fixé au 16 décembre 1998,
avait été retenu parce que la travailleuse voulait donner à son employeur la
possibilité de s'organiser.

B.
Par demande du 7 septembre 1999 adressée à la Cour civile du Tribunal
cantonal vaudois, Z.________ a conclu au paiement, par X.________, Y.________
et B.________, d'une indemnité journalière de 50 fr. dès le 1er février 1999
et aussi longtemps que durerait son incapacité totale de travail, au maximum
pendant six cent septante-trois jours.

Le 18 février 2000, les conclusions dirigées contre B.________ ont été
reportées devant le Tribunal cantonal des assurances, qui a rejeté la demande
de la travailleuse le 13 mars 2002. Toutefois, le droit de Z.________ de
réclamer des prestations d'assurance à B.________ était réservé, si elle
n'obtenait pas entièrement gain de cause dans le cadre du litige l'opposant à
X.________ et Y.________ et pour autant que les règles interdisant la
surindemnisation avec les rentes AI, des art. 28 et 29 let. a CGA, soient
respectées.

X. ________ et Y.________ ont appelé en cause A.________, qui est tombé en
faillite le 17 décembre 2002 et qui a été déclaré hors de cause le
11 novembre 2003.

Le 29 mai 2002, Z.________ a remplacé ses conclusions initiales en concluant
à la condamnation solidaire de X.________ et Y.________ au paiement de 33'650
fr. avec intérêt à 5 % l'an dès le 1er janvier 2000, cette somme
correspondant aux indemnités journalières auxquelles elle aurait eu droit si
ses employeurs l'avaient assurée.

Par jugement du 1er février 2005, la Cour civile a condamné X.________ et
Y.________, solidairement, à payer à Z.________ 20'005 fr. sous déduction des
cotisations sociales, légales et conventionnelles, avec intérêt à 5 % l'an
dès le 1er janvier 2000.

Elle a retenu en substance que A.________ avait transféré son entreprise, au
sens de l'art. 333 CO, à X.________ et Y.________, le 15 janvier 1999. Comme
Z.________ s'était trouvée en incapacité totale de travailler dès le 16
décembre 1998, le délai de congé, donné le 23 décembre 1998, était suspendu
pendant la période de protection de nonante jours échéant le 15 mars 1999, et
prolongé jusqu'au 31 mars 1999. Il s'ensuivait qu'à la date du transfert de
l'entreprise, les rapports de travail n'avaient pas encore pris fin et
étaient donc passés automatiquement à X.________ et Y.________. Z.________ ne
s'était pas opposée au transfert, mais avait au contraire conclu avec les
repreneurs, le 16 décembre 1998, un nouveau contrat de travail valable dès le
1er février 1999, alors qu'elle se trouvait dans une incapacité de travail
provisoire, qui devait durer jusqu'au 6 janvier 1999. Vu le caractère
provisoire de celle-ci, l'atteinte à la santé ne pouvait être considérée
comme un élément nécessaire du contrat, de sorte que les futurs employeurs ne
se trouvaient pas dans une situation d'erreur essentielle au moment de sa
conclusion, le 16 décembre 1998. Il n'y avait pas davantage de dol,
Z.________ ignorant, en décembre 1998, que son incapacité de travail serait
durable et pensant qu'elle pouvait reprendre une activité de cuisinière dès
le 1er février 1999. Le contrat conclu entre les parties le 16 décembre 1998
obligeait donc bel et bien X.________ et Y.________. Quoi qu'il en soit, les
rapports de travail étaient de toute manière passés à ceux-ci, avec tous les
droits et obligations qui en découlaient, au jour du transfert de
l'entreprise de A.________. A ce moment-là, les repreneurs étaient devenus
automatiquement parties au contrat de travail, comme employeurs. Le 10
février 1999, X.________ et Y.________ avaient résilié le contrat avec effet
immédiat, puis reporté au 14 février 1999. Pour la cour cantonale, Z.________
n'avait pas abandonné son poste, mais avait tenté de prendre son emploi le
1er février 1999 avant d'observer qu'en raison de son incapacité de travail
elle ne pouvait l'assumer pour cause de maladie. En outre, Z.________
ignorait, au moment de la signature du contrat du 16 décembre 1998, le
caractère durable de son incapacité de travail. Il s'ensuivait que le
licenciement immédiat qui lui avait été signifié n'était pas justifié. Par
conséquent, l'employée avait droit à ce qu'elle aurait gagné si les rapports
de travail avaient pris fin à l'échéance du délai de congé. Dès lors que
X.________ et Y.________, qui avaient passé un nouveau contrat de travail
avec Z.________, avaient omis de conclure une assurance conférant à leur
employée la couverture prévue par la Convention collective nationale de
travail pour les hôtels, restaurants et cafés (ci-après: la convention
collective), ils devaient fournir eux-mêmes les prestations convenues. Il
seyait de relever que même si les parties n'avaient pas négocié un nouveau
contrat, X.________ et Y.________ auraient de toute manière été liés par
l'ancien contrat, dont ils étaient devenus automatiquement parties au moment
du transfert de l'entreprise le 15 janvier 1999. En définitive, les
employeurs devaient payer à leur collaboratrice les montants que l'assurance
lui aurait versés, pendant six cent septante-trois jours, jusqu'au 7 décembre
2000, sous imputation de la rente AI de 1'122 fr. brut par mois servie dès le
1er décembre 1999, soit 19'815 fr. brut. De plus, X.________ et Y.________
devaient acquitter le salaire des trois jours de février 1999, soit 190 fr.,
ce qui portait à 20'005 fr. le montant dû à Z.________, sous déduction des
cotisations sociales, légales et conventionnelles, avec intérêt à 5 % l'an
dès le 1er janvier 2000.

En temps utile, les employeurs ont saisi la Chambre des recours du Tribunal
cantonal vaudois, en reprochant à la Cour civile l'appréciation arbitraire
des preuves quant au caractère provisoire de l'incapacité de travail de
Z.________, en décembre 1998, quant à l'absence d'impossibilité de souscrire
une assurance perte de gain pour l'employée et quant à l'abandon de poste du
4 février 1999. La juridiction cantonale a rejeté ce recours, dans la mesure
où il était recevable, par arrêt du 30 décembre 2005.

C.
Parallèllement à un recours de droit public contre l'arrêt de la Chambre des
recours, qui a été rejeté par arrêt séparé de ce jour, X.________ et
Y.________ (les défendeurs) interjettent un recours en réforme au Tribunal
fédéral contre le jugement de la Cour civile. Ils concluent à la réforme de
la décision entreprise dans le sens du rejet des conclusions de Z.________,
avec suite de frais et dépens.

Z. ________ (la demanderesse) propose le rejet du recours dans la mesure où
il est recevable, sous suite de frais et dépens.

Le Tribunal fédéral considère en droit:

1.
1.1 Interjeté par les défendeurs, qui ont été déboutés de leurs conclusions,
et dirigé contre un jugement final rendu en dernière instance cantonale par
un tribunal supérieur (art. 48 OJ) sur une contestation civile dont la valeur
litigieuse atteint le seuil de 8'000 fr. (art. 46 OJ), le recours en réforme
soumis à l'examen du Tribunal fédéral est en principe valable, puisqu'il a
été déposé en temps utile compte tenu des féries (art. 34 al. 1 let. b et 54
al. 1 OJ) et dans les formes requises (art. 55 OJ).

1.2 Saisi d'un recours en réforme, le Tribunal fédéral conduit son
raisonnement juridique sur la base des faits contenus dans la décision
attaquée, à moins que des dispositions fédérales en matière de preuve n'aient
été violées, qu'il faille rectifier des constatations reposant sur une
inadvertance manifeste (art. 63 al. 2 OJ) ou compléter les constatations de
l'autorité cantonale parce que celle-ci n'a pas tenu compte de faits
pertinents, régulièrement allégués et clairement établis (art. 64 OJ).

Dans la mesure où une partie recourante présente un état de fait qui s'écarte
de celui contenu dans la décision attaquée, sans se prévaloir avec précision
de l'une des exceptions qui viennent d'être rappelées, il n'est pas possible
d'en tenir compte (ATF 130 III 102 consid. 2.2 p. 106, 136 consid. 1.4). Il
ne peut être présenté de griefs contre les constatations de fait, ni de faits
ou de moyens de preuve nouveaux (art. 55 al. 1 let. c OJ). Le recours en
réforme n'est pas ouvert pour remettre en cause l'appréciation des preuves et
les constatations de fait qui en découlent (ATF 130 III 136 consid. 1.4;
129 III 618 consid. 3).

2.
Les défendeurs se plaignent tout d'abord de la violation des règles relatives
au fardeau de la preuve, tirées de l'art. 8 CC, en ce qui concerne
l'impossibilité d'assurer la travailleuse contre une maladie préexistante, le
caractère prétendument provisoire de son affection et l'abandon d'emploi dès
le 4 février 1999.

2.1 L'art. 8 CC répartit le fardeau de la preuve pour toutes les prétentions
fondées sur le droit fédéral et détermine, sur cette base, laquelle des
parties doit assumer les conséquences de l'échec de la preuve (ATF 130 III
321 consid. 3.1 p. 323; 129 III 18 consid. 2.6 p. 24). On déduit également de
l'art. 8 CC un droit à la preuve et à la contre-preuve (ATF 129 III 18
consid. 2.6 p. 24; 126 III 315 consid. 4a). En particulier, le juge enfreint
cette disposition s'il tient pour exactes les allégations non prouvées d'une
partie, nonobstant leur contestation par la partie adverse, ou s'il refuse
toute administration de preuve sur des faits pertinents en droit (ATF 130 III
591 consid. 5.4 p. 601 s.; 114 II 289 consid. 2a p. 291).

En revanche, l'art. 8 CC ne prescrit pas quelles sont les mesures probatoires
qui doivent être ordonnées (ATF 127 III 519 consid. 2a p. 522), ni ne dicte
au juge comment forger sa conviction (ATF 128 III 22 consid. 2d p. 25; 127
III 248 consid. 3a, 519 consid. 2a p. 522). Il n'exclut ni l'appréciation
anticipée des preuves (ATF 129 III 18 consid. 2.6 p. 25; 127 III 520 consid.
2a p. 522), ni la preuve par indices (ATF 114 II 289 consid. 2a p. 291). Au
demeurant, lorsque l'appréciation des preuves convainc le juge qu'un fait est
établi à satisfaction de droit ou réfuté, la question de la répartition du
fardeau de la preuve ne se pose plus et le grief tiré de de la violation de
l'art. 8 CC devient sans objet. Il s'agit alors d'une question d'appréciation
des preuves, qui ne peut être soumise au Tribunal fédéral que par la voie du
recours de droit public pour arbitraire (cf. ATF 127 III 519 consid. 2a
p. 522; 122 III 219 consid. 3c p. 223).

2.2 En l'espèce, sous le couvert de l'art. 8 CC, les défendeurs cherchent à
remettre en cause l'appréciation des preuves à laquelle la cour cantonale
s'est livrée. En effet, les précédents juges ont retenu que l'incapacité de
travail de la demanderesse n'était que temporaire, en décembre 1998 et
janvier 1999, essentiellement en se fondant sur le certificat médical du 23
décembre 1998, étant précisé que, par la suite, à l'occasion des enquêtes, il
a été établi que l'employée n'avait été mise au courant d'une incapacité
permanente, voire définitive que quelques semaines avant le 22 avril 1999.
Aussi, en maintenant qu'il était "totalement invraisemblable" que le médecin
traitant n'ait pas informé sa cliente, déjà lors du rendez-vous du 12
décembre 1998, que l'incapacité de travail devait se prolonger bien au-delà
des trois semaines d'arrêt prescrites dans le certificat litigieux, les
défendeurs reviennent, de façon irrecevable dans le cadre du recours en
réforme, sur l'appréciation d'une preuve qui a été jugée soutenable dans
l'arrêt de ce jour rendu sur leur recours de droit public.

De même, le Tribunal de céans a jugé que l'interprétation - très restrictive
- donnée par la cour cantonale à l'art. 4 al. 2 du code de procédure civile
du canton de Vaud du 14 décembre 1966 ne tombait pas dans l'arbitraire.
Ainsi, il n'apparaît pas que l'allégation des défendeurs, selon laquelle les
compagnies d'assurances perte de gain refusaient de passer un contrat avec un
travailleur déjà atteint d'une incapacité durable au moment de la conclusion
de la police d'assurance, ne dusse pas être prouvée. En effet, même s'il est
vraisemblable que les compagnies d'assurances ne veulent pas contracter dans
ce cas, ou introduisent des réserves, cette circonstance connaît nombre
d'exceptions et de tempéraments, qui apparaissent déjà dans les dispositions
pertinentes de la convention collective de travail s'appliquant aux parties,
lesquelles ne prévoient qu'une faculté pour la compagnie d'assurance de ne
pas assumer le risque en question. Dans ces conditions, cette notion de
refuser de couvrir le risque de perte de gain dans l'hypothèse d'une maladie
préexistante ou susceptible de récidiver n'a pas la portée générale que lui
prêtent les défendeurs, de sorte qu'il ne s'agissait pas d'un "fait notoire",
dispensé d'allégation et de preuve au sens de l'art. 8 CC. L'allégation des
défendeurs était donc sujette à preuve, s'agissant d'une question de fait et
non pas de l'affirmation d'un élément relevant des connaissances générales et
bénéficiant d'une portée quasi normative. En l'absence de violation de l'art.
8 CC, le résultat de l'appréciation des preuves de la cour cantonale lie le
Tribunal fédéral en instance de réforme (art. 63 al. 2 OJ), étant rappelé que
le grief spécifique a été écarté dans l'arrêt rendu ce jour sur le recours de
droit public déposé par les défendeurs.

Quant au problème d'abandon d'emploi, il n'est pas contesté qu'entre le 4
février 1999 et la mi-mars 1999, la demanderesse n'a pas donné signe de vie à
ses anciens employeurs. Toutefois, la cour cantonale a retenu que l'état de
santé de celle-là motivait cette absence en se fondant sur deux pièces de la
procédure dont l'interprétation n'a pas été jugée arbitraire par le Tribunal
de céans dans le recours parallèle. Ici également, l'invocation de l'art. 8
CC ne permet pas de corriger une appréciation des preuves qui eût été, par
hypothèse, erronée.

3.
Les défendeurs reprochent ensuite à la cour cantonale d'avoir appliqué les
art. 23, 24 et 28 CO de manière erronée. Ils estiment que le contrat de
travail du 16 décembre 1998 était relativement nul en raison de leur erreur
essentielle quant à l'état de santé de leur future employée, qui avait de
plus adopté une attitude dolosive en dissimulant sa maladie à ses
cocontractants.

Il ne saurait être entré en matière sur ce grief. En effet, la cour cantonale
a considéré dans son jugement qu'à supposer même que le contrat du 16
décembre 1998 soit entaché d'un vice de la volonté, les rapports de travail
étaient de toute manière passés automatiquement aux défendeurs, acquéreurs de
l'entreprise de A.________, avec tous les droits et obligations qui en
découlaient au jour du transfert, en application de l'art. 333 al. 1 CO. Il
en résulte que les défendeurs étaient dans tous les cas liés par l'obligation
de souscrire une assurance indemnité journalière en cas de maladie en faveur
de leur collaboratrice, conformément à la convention collective.

Certes, les défendeurs font également grief aux précédents juges d'avoir
violé l'art. 333 al. 1 CO en retenant que les rapports de travail qui liaient
la demanderesse à A.________ leur avaient été transférés, dans la mesure où
cette disposition n'empêchait pas les parties de modifier le contrat de
travail ou d'en négocier un nouveau. La volonté des parties de conclure un
nouveau contrat n'est toutefois nullement remise en cause, l'argumentation
subsidiaire de la cour cantonale ne valant que dans l'hypothèse de la nullité
relative du contrat du 16 décembre 1998 à raison d'un éventuel vice du
consentement. Or, les défendeurs ne contestent pas l'argumentation des
précédents juges sous cet angle. Tout au plus exposent-ils que si l'on
admettait qu'ils étaient liés par le contrat conclu entre la demanderesse et
A.________, l'équité voudrait que l'on reconnaisse également la validité de
la résiliation effectuée par celui-ci en novembre 1998 avec effet au 31 mars
1999, de sorte qu'ils n'auraient pas à assumer d'obligations envers la
demanderesse au-delà de cette date. Ce faisant, ils méconnaissent toutefois
que l'obligation de verser des indemnités pour perte de gain perdure en dépit
de la résiliation du contrat de travail, conformément à l'art. 23 ch. 1 de la
convention collective, ce que la cour cantonale a d'ailleurs à juste titre
relevé dans son jugement.

4.
En dernier lieu, les défendeurs se plaignent de ce que la cour cantonale a
mal appliqué les art. 336c et 337 CO en les condamnant à indemniser la
demanderesse au-delà du 30 juin 1999, parce qu'ils ont omis de l'affilier à
une assurance perte de gain.

4.1 Dans la mesure où les défendeurs contestent encore le jugement de la Cour
civile qui a déclaré non justifié le licenciement immédiat du 10 février
1999, le recours doit être rejeté et le raisonnement des précédents juges
confirmé en application de la jurisprudence constante selon laquelle la
résiliation immédiate pour juste motif, mesure exceptionnelle, doit être
admise de manière restrictive (cf. ATF 130 III 28 consid. 4.1 p. 31, 213
consid. 3.1 p. 220 s.; 129 III 380 consid. 2.1). Tel est le cas en l'espèce,
où l'absence de la demanderesse était motivée par son état de santé, ce dont
elle aurait dû aviser ses employeurs; toutefois, le défaut de communication à
cet égard ne constitue pas un manquement si important au devoir contractuel
qu'il puisse entraîner la résiliation immédiate du contrat, ce d'autant moins
que dans le cas particulier les employeurs soupçonnaient que leur
travailleuse avait un problème de santé, puisqu'ils ont requis de cette
dernière la présentation d'un certificat médical. Le reproche de violation de
l'art. 337 al. 1 CO doit en conséquence être écarté.

4.2 Enfin, la Cour civile a condamné les défendeurs à payer à la demanderesse
l'équivalent de la couverture d'assurance perte de gain prévue par la
convention collective, qui impose aux employeurs d'assurer leur personnel
afin d'obtenir le paiement d'une indemnité équivalant aux 80 % du salaire
brut pendant une durée de sept cent vingt jours, à teneur de son art. 23 ch.
1 et 3. Il ressort de l'état de fait cantonal, souverainement établi (art. 63
al. 2 OJ), que les défendeurs n'avaient pas été en mesure de prouver qu'ils
s'étaient trouvés dans l'impossibilité d'assurer la demanderesse, en raison
de sa maladie préexistante, ce que le Tribunal de céans a considéré comme non
arbitraire dans l'arrêt de ce jour rendu sur le recours de droit public
parallèle. Il ne peut donc être reproché à la cour cantonale d'avoir fait une
fausse application de l'art. 23 ch. 1 et 3 de la convention collective. Ces
considérations commandent le rejet de ce dernier grief, ce qui implique la
confirmation du jugement entrepris.

5.
Comme la valeur litigieuse, selon les prétentions de la demanderesse à
l'ouverture de l'action (ATF 115 II 30 consid. 5b p. 41), dépasse 30'000 fr.,
la procédure n'est pas gratuite (art. 343 al. 2 et 3 CO). Compte tenu de
l'issue du litige, les frais et dépens seront mis à la charge des défendeurs,
solidairement entre eux (art. 156 al. 1 et 7 ainsi que 159 al. 1 et 5 OJ).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté.

2.
Un émolument judiciaire de 2'000 fr. est mis à la charge des défen-deurs,
solidairement entre eux.

3.
Les défendeurs, débiteurs solidaires, verseront à la demanderesse une
indemnité de 2'500 fr. à titre de dépens.

4.
Le présent arrêt est communiqué en copie aux mandataires des par-ties et à la
Cour civile du Tribunal cantonal vaudois.

Lausanne, le 6 juin 2006

Au nom de la Ire Cour civile
du Tribunal fédéral suisse

Le président:  La greffière: