Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilabteilung 5C.247/2005
Zurück zum Index II. Zivilabteilung 2005
Retour à l'indice II. Zivilabteilung 2005


5C.247/2005 /frs

Arrêt du 10 février 2006
IIe Cour civile

MM. et Mme les Juges Raselli, Président,
Hohl et Marazzi.
Greffière: Mme Jordan.

X. ________, (époux),
défendeur et recourant, représenté par Me Angelo Ruggiero, avocat,

contre

Dame X.________, (épouse),
demanderesse et intimée, représentée par Me Henri Baudraz, avocat,

Divorce, prévoyance professionnelle,

recours en réforme contre l'arrêt de la Chambre des recours du Tribunal
cantonal du canton de Vaud du 25 août 2005.

Faits:

A.
X. ________, né le 13 juillet 1944, et dame X.________, née le 29 janvier
1954, se sont mariés le 26 août 1988 sous le régime de la participation aux
acquêts. Ils ont eu un enfant, A.________, né le 7 décembre 1988.

Le 17 septembre 1992, dame X.________ a été nommée tutrice de son neveu
B.________, né en 1986. Depuis lors, ce dernier a vécu chez sa tante et son
oncle, lequel l'a entretenu comme son propre fils.

Depuis le 1er août 1999, X.________ est au bénéfice d'une retraite anticipée.
Il perçoit à ce titre une pension annuelle de 94'782 fr. (pension de base:
54'780 fr.; pensions pour son fils et son neveu: 21'912 fr.; supplément
temporaire: 18'090 fr.). dame X.________, qui s'est occupée du ménage depuis
son mariage, a repris une activité lucrative en 1999; elle a été engagée à
40% comme réceptionniste dans un hôpital, puis à 50% dès le 1er août 2002;
son salaire mensuel net durant l'année 2003 s'est élevé à 3'118 fr. 85, versé
douze fois l'an, auquel s'ajoutent 800 fr. à titre de rémunération pour son
travail d'auxiliaire auprès d'une association.

Les conjoints se sont séparés le 1er juin 2001.

B.
B.aLe 20 mars 2003, les époux X.________ ont déposé une requête commune de
divorce signée les 23 janvier et 4 février 2003, accompagnée d'une convention
partielle réglant les effets accessoires du divorce. Celle-là attribue
l'autorité parentale et la garde de A.________ à la mère, règle le droit de
visite du père et dispose que celui-ci versera pour l'entretien de son fils
une contribution de 913 fr. par mois, allocations familiales en sus, jusqu'à
la majorité, la fin de la formation ou l'indépendance financière du
bénéficiaire, mais au plus tard jusqu'à 25 ans. Elle dispose en outre que les
parties se sont d'ores et déjà partagé l'ensemble de leurs meubles et objets
et se reconnaissent dès lors seules et uniques propriétaires des biens
actuellement en leur possession. Elle renvoie au tribunal la question du
partage des avoirs de prévoyance.
A la même date, dame X.________ a formé "une demande en divorce avec accord
partiel", concluant notamment à la ratification de la convention précitée et
à l'allocation d'une indemnité équitable au sens de l'art. 124 CC sous la
forme d'un capital de 200'000 fr. ou d'une rente viagère de 1'000 fr. par
mois. Le mari s'y est opposé et a conclu, reconventionnellement, à l'octroi
d'une indemnité équitable de 60'000 fr., payable par mensualités de 500 fr.,
d'avance le premier de chaque mois, la première fois le mois suivant le jour
où le jugement de divorce serait définitif et exécutoire.

B.b Le 4 janvier 2005, le Tribunal civil de l'arrondissement de Lausanne a
notamment prononcé le divorce des conjoints X.________ (ch. I), ratifié la
convention partielle des 23 janvier et 4 février 2003 (ch. II), condamné le
mari à verser mensuellement, à titre d'indemnité équitable selon l'art. 124
CC, la somme de 500 fr. par mois, dès jugement définitif et exécutoire (ch.
III), arrêté les frais (ch. IV) et fixé les dépens dus par la femme à 3'300
fr. (ch. VI).

B.c Statuant le 25 août 2005, la Chambre des recours du Tribunal cantonal
vaudois a rejeté le recours de X.________ (ch. I) et admis partiellement
celui de son épouse (ch. II). Dans un chiffre III, elle a réformé les points
III et VI du dispositif attaqué, en ce sens que le mari a été condamné à
verser mensuellement, à titre d'indemnité équitable de l'art. 124 CC, une
rente viagère de 800 fr., dès jugement définitif et exécutoire et jusqu'au
décès de l'épouse (ch. III) et, à titre de dépens, le montant de 2'640 fr.
(ch. VI); pour le surplus, elle a confirmé le jugement de première instance.
Elle a enfin arrêté les frais et dépens de deuxième instance (ch. IV, V et
VI).

C.
X.________ exerce un recours en réforme au Tribunal fédéral. Il conclut à la
réforme des chiffres I à III de l'arrêt cantonal, en ce sens que son recours
est admis (ch. I nouveau), celui de sa femme rejeté (ch. II nouveau), et
l'indemnité équitable de l'art. 124 CC fixée à 60'000 fr., payable sous la
forme d'une rente de 500 fr. par mois dès jugement définitif et exécutoire
(ch. III nouveau). Il demande en outre que le chiffre IV du dispositif
querellé soit remplacé par un chiffre IV nouveau mettant les dépens de
deuxième instance, arrêtés à dire de justice, à la charge de son épouse.

L'intimée n'a pas été invitée à répondre.

Le Tribunal fédéral considère en droit:

1.
Dirigé en temps utile contre une décision finale prise par le tribunal
suprême du canton dans une contestation civile de nature pécuniaire, (cf. ATF
116 II 493 consid. 2b p. 495/496 et les arrêts cités) dont la valeur
litigieuse est manifestement supérieure à 8'000 fr., le recours est recevable
au regard des art. 54 al. 1, 48 et 46 OJ.

2.
Les dépens des instances cantonales ne relèvent pas du droit civil fédéral,
mais du droit cantonal (Messmer/Imboden, Die eidgenössischen Rechtsmittel in
Zivilsachen, Zurich 1992, ch. 30 p. 41). Le recours est donc irrecevable dans
la mesure où le défendeur demande au Tribunal fédéral de se prononcer à ce
sujet (art. 43 al. 1 OJ), à moins qu'il n'entende son chef de conclusions
comme une conséquence de l'admission du recours (cf. art. 159 al. 6 OJ).

3.
3.1 Saisi d'un recours en réforme, le Tribunal fédéral fonde son arrêt sur les
faits tels qu'ils ont été constatés par la dernière autorité cantonale, à
moins que des dispositions fédérales en matière de preuve n'aient été
violées, que des constatations ne reposent sur une inadvertance manifeste
(art. 63 al. 2 OJ) ou qu'il ne faille compléter les constatations de
l'autorité cantonale (art. 64 OJ; ATF 127 IIII 248 consid. 2c p. 252; 126 III
59 consid. 2a p. 65 et les arrêts cités). Sous réserve de ces exceptions, que
le recourant doit invoquer expressément (ATF 115 II 399 consid. 2a p. 400),
il ne peut être présenté de griefs contre les constatations de fait - ou
l'appréciation des preuves à laquelle s'est livrée l'autorité cantonale (ATF
126 IIII 189 consid. 2a p. 191; 125 III 78 consid. 3a p. 79; 122 III 61
consid. 2c/cc p. 66; 120 II 97 consid. 2b p. 99 et les citations) - ni de
faits ou de moyens de preuve nouveaux (art. 55 al. 1 let. c OJ).

3.2 Dans le cadre de la fixation de l'indemnité équitable de l'art. 124 CC,
le juge doit se procurer d'office les documents nécessaires à l'établissement
du moment de la survenance du cas de prévoyance et du montant de l'avoir de
vieillesse; il n'est pas lié par les conclusions concordantes des parties à
ce sujet. Pour le surplus - sous réserve d'une disposition cantonale
divergente - les maximes des débats et de disposition ainsi que
l'interdiction de la reformatio in pejus sont applicables. Ceci vaut tout
particulièrement, dans le cadre des art. 138 et 139 CC, pour la procédure
devant la juridiction cantonale supérieure, ainsi que, dans le cadre des
dispositions topiques de la loi fédérale d'organisation judiciaire, pour la
procédure devant le Tribunal fédéral (ATF 129 III 481 consid. 3.3 p. 486).

4.
Le défendeur se plaint d'une violation de l'art. 124 CC.

4.1 Lorsque l'un des époux au moins est affilié à une institution de
prévoyance professionnelle et qu'aucun cas de prévoyance n'est survenu,
chaque époux a droit à la moitié de la prestation de sortie de son conjoint
calculée pour la durée du mariage (art. 122 CC). Une indemnité équitable est
due lorsqu'un cas de prévoyance est déjà survenu pour l'un des époux ou pour
les deux ou que les prétentions en matière de prévoyance professionnelle
acquises durant le mariage ne peuvent être partagées pour d'autres motifs
(art. 124 al. 1 CC). Dès qu'un époux touche des prestations, un partage n'est
plus possible et seule une indemnité équitable peut être fixée, conformément
à l'art. 124 al. 1 CC (ATF 130 III 297 consid. 3.3.1 p. 300 et les
références).

Le juge doit prendre sa décision selon les règles du droit et de l'équité
(art. 4 CC; ATF 131 III 1 consid. 4.2 p. 4; 129 III 482 consid. 3.4 p. 487 in
fine). Dans ce domaine, le Tribunal fédéral se montre réservé: il
n'intervient que si l'autorité cantonale a pris en considération des éléments
qui ne jouent pas de rôle au sens de la loi ou a omis de tenir compte de
facteurs essentiels, ou bien encore si, d'après l'expérience de la vie, le
montant arrêté apparaît manifestement inéquitable au regard des circonstances
(cf. ATF 107 II 406 consid. 2c).

Selon la jurisprudence, lors de la fixation de l'indemnité équitable, il faut
prendre en considération l'option de base du législateur à l'art. 122 CC, à
savoir que les avoirs de prévoyance accumulés pendant le mariage doivent en
principe être partagés par moitié entre les époux; toutefois, il ne saurait
être question de fixer schématiquement, sans égard à la situation économique
concrète des parties, une indemnité qui corresponde, dans son résultat, à un
partage par moitié des avoirs de prévoyance; il convient au contraire de
tenir compte de façon adéquate de la situation patrimoniale après la
liquidation du régime matrimonial, ainsi que des autres éléments de la
situation financière des époux après le divorce (ATF 131 III 1 consid. 4.2 p.
4-5; 129 III 481 consid. 3.4.1 p. 488; 127 III 433 consid. 3 p. 439). On peut
procéder en deux étapes, en ce sens que le tribunal calcule d'abord le
montant de la prestation de sortie au moment du divorce, respectivement au
moment de la survenance du cas de prévoyance, et qu'il adapte ensuite ce
montant aux besoins concrets des parties en matière de prévoyance (ATF 131
III 1 consid. 4.2 p. 5; 129 III 481 consid. 3.4.1 p. 488).

4.2 En l'espèce, l'autorité cantonale a relevé qu'un partage par moitié des
avoirs de prévoyance professionnelle accumulés par les parties pendant le
mariage conduirait à octroyer une indemnité équitable de 255'902 fr. à la
demanderesse (534'804 fr. [avoirs du mari] + 23'000 fr. [avoirs de l'épouse]
= 557'804 fr. : 2 - 23'000 fr. = 255'902 fr.). Passant ensuite en revue les
différents arguments soulevés par le défendeur, elle a jugé qu'aucun d'eux ne
justifiait que l'on s'écarte d'un tel partage par moitié. Après avoir
considéré que l'indemnité devait, en l'espèce, être versée sous la forme
d'une pension, vu l'absence de fortune du défendeur et l'accord des parties
sur ce point, elle a converti le capital susmentionné sur la base de la table
1 de Stauffer/Schaetzle (éd. 2001) relative à la rente viagère immédiate
jusqu'au décès de l'époux créancier. Elle a ensuite réduit à 800 fr. - somme
correspondant au solde disponible arrondi du défendeur - le montant d'environ
1'000 fr. résultant de cette capitalisation, afin de préserver - compte tenu
des revenus de l'intéressé (6'250 fr.) - le minimum vital élargi (4'414 fr.)
de ce dernier, augmenté de la charge fiscale (1'060 fr. 70).

4.3 Le défendeur reproche à la Chambre des recours de ne pas avoir déterminé
la quotité de l'indemnité équitable de l'art. 124 CC qu'elle a allouée sous
la forme d'une rente viagère. Ce faisant, l'autorité cantonale aurait accordé
une indemnité pouvant dépasser le montant auquel la demanderesse aurait pu
prétendre si aucun cas de prévoyance n'était survenu. Cela serait d'autant
plus choquant que l'intéressée a commencé par renoncer à toute prétention sur
les avoirs de prévoyance, pour finalement conclure, en première et seconde
instance, à la fixation d'une indemnité de 200'000 fr.

4.3.1 La cour de céans peine à saisir la portée de ce grief. Si le défendeur
entend par là que la Chambre des recours n'aurait pas indiqué à quel montant
capitalisé correspond la rente viagère de 800 fr., son moyen est sans portée.
Certes, le dispositif de l'arrêt querellé se borne à le condamner à verser
une rente viagère de 800 fr. à titre de l'indemnité équitable de l'art. 124
CC. Celle-là résulte toutefois de la conversion, selon la table 1 de
Stauffer/Schaetzle (âge de la femme: 51 ans; facteur: 20,57), du capital de
255'902 fr. correspondant au partage par moitié des avoirs de prévoyance
professionnelle accumulés par les époux, dont la cour cantonale a considéré
qu'il était équitable de ne pas s'en écarter, en une rente de 1'000 fr.,
réduite à 800 fr. pour tenir compte du minimum vital du défendeur.

4.3.2 Autant que le défendeur soutiendrait que les juges cantonaux n'auraient
pas statué sur son chef de conclusions tendant au versement d'un capital de
60'000 fr. payable par mensualités de 500 fr., sa critique devrait être
rejetée. Quand bien même la cour cantonale aurait dû comprendre les
conclusions dans le sens précité, et non considérer que, ce faisant,
l'intéressé ne contestait pas l'allocation de l'indemnité de l'art. 124 CC
"sous la forme d'une pension", celles-là n'auraient pu être accueillies. Un
capital, payable par mensualités, ne peut en effet être alloué que si le
débiteur dispose du montant en jeu, ce qui n'est pas établi en l'espèce (cf.
ATF 131 III 1 consid. 4.3.1 p. 5).

4.4 Le défendeur soutient que, sous l'angle de l'équité, il faudrait tenir
compte du fait que, de juillet 1999 à juin 2001, les époux ont vécu des
revenus versés par sa caisse de pensions.

On pourrait certes se demander si une telle circonstance doit entraîner une
réduction des avoirs de prévoyance du mari et, le cas échéant, la mesure de
cette réduction (montant équivalant à la rente touchée durant cette période
[rente annuelle de 54'780 fr. pendant 22 mois = 100'430 fr.] - comme le
préconise Geiser (Vorsorgeausgleich: Aufteilung bei Vorbezug für
Wohneigentumserwerb und nach Eintreten eines Vorsorgefalls, in FamPra 2002 p.
97 au milieu) - ou d'une valeur proportionnelle à cette durée [534'804 fr. à
55 ans, facteur de 17,02, le 31 juillet 1999, donnerait en juin 2001 un
montant de 477'197 fr. (534'804 - (534'804 : 17, 02) X 22 : 12)]. La question
souffre toutefois de demeurer indécise. En effet, même si l'avoir du
défendeur était réduit d'environ 100'000 fr. (1ère hypothèse ci-devant), la
part à laquelle aurait droit la demanderesse serait toujours supérieure au
montant de 800 fr. correspondant à la rente allouée ([534'804 -100'000] 23'000
: 2 - 23'000 : 20,57 : 12 = 834).

4.5 D'après le défendeur, en considérant qu'il est équitable d'allouer une
indemnité selon l'art. 124 CC correspondant à la moitié des prestations de
sortie acquises pendant le mariage, la Chambre des recours aurait méconnu
certaines circonstances du cas d'espèce, tels le résultat de la liquidation
du régime matrimonial, les besoins respectifs des conjoints, la durée du
mariage, l'âge des intéressés et leur situation économique. Ces éléments -
dont la jurisprudence impose l'examen - justifieraient que l'on s'écarte d'un
partage schématique par moitié et induiraient une indemnité de 60'000 fr.

4.5.1 Dans la mesure où, après avoir recalculé le montant théorique, la cour
cantonale a admis le besoin de prévoyance de la demanderesse et, partant, une
indemnité équivalant à la moitié des avoirs de prévoyance, elle a
correctement appliqué les principes jurisprudentiels en relation avec les
facteurs de l'âge, de la fortune (y compris la liquidation du régime
matrimonial) et des revenus (supra consid. 4.1).

Il ressort en effet du jugement de première instance - à l'état de fait
duquel se réfère la Chambre des recours (Messmer/Imboden, op. cit., p. 128,
ch. 93) - que le défendeur, qui est âgé de 61 ans et jouit d'une retraite
anticipée depuis le 1er août 1999, perçoit actuellement de sa caisse de
pensions une rente mensuelle de 7'978 fr. 40. 1'848 fr. sont versés pour
l'enfant des parties et le neveu de la demanderesse, dont cette dernière est
la tutrice. Compte tenu des 119 fr. 20 par mois qu'il reçoit en sa qualité de
juge suppléant auprès d'un tribunal des mineurs, le défendeur dispose ainsi
mensuellement de 6'250 fr. pour vivre sa retraite.

De son côté, la demanderesse, qui a 51 ans et s'est occupée du ménage depuis
son mariage, a repris une activité lucrative en 1999; elle a été engagée à
40% comme réceptionniste dans un hôpital, puis à 50% dès le mois d'août 2002.
Pouvant effectuer quelques heures supplémentaires, son salaire mensuel net
durant l'année 2003 s'est élevé à 3'118 fr. 85, versé douze fois l'an, auquel
s'ajoutent 800 fr. à titre de rémunération pour son activité d'auxiliaire
auprès d'une association. Un tel revenu ne lui permettra pas de combler
entièrement les lacunes de prévoyance résultant du fait qu'elle n'a pas
exercé d'activité professionnelle durant onze ans et ce, même si elle
continuera de cotiser pendant encore quatorze ans, jusqu'à sa retraite. Elle
ne retire par ailleurs rien de la liquidation du régime matrimonial, sous
réserve des objets mobiliers en sa possession.

4.5.2 A cet égard, le défendeur soutient vainement qu'il faudrait tenir
compte du fait que, à cette occasion, il a renoncé - dans la perspective de
la fixation de l'indemnité de l'art. 124 CC - à faire valoir ses droits sur
la fortune de la demanderesse, laquelle s'élevait à 92'491 fr. 70.
Ce faisant, il se heurte à la constatation des juges cantonaux - sans se
plaindre à cet égard de l'une des exceptions mentionnées ci-dessus (consid.
3.1) - selon laquelle une telle renonciation volontaire n'est pas établie et,
en particulier, ne résulte pas de la convention partielle de divorce des 23
janvier et 4 février 2003 ratifiée par les premiers juges.

S'agissant de la fortune de la demanderesse, il est établi (art. 63 al. 2 OJ)
qu'au 31 décembre 2002, cette dernière disposait de comptes et liquidités
auprès de la BCV (23'555 fr. 35), d'une assurance à prime unique (20'000 fr.)
auprès de ce même établissement, entrée en vigueur le 1er juin 2000, et d'une
assurance mixte (18'318 fr.) auprès de la Zurich conclue en 1976, valeurs
résultant du placement de la prestation future de sa caisse de pensions
versée lorsque l'intéressée a cessé de travailler après la naissance de son
fils en 1988. En soutenant que la fortune de la demanderesse est de 92'491
fr. 70, qu'elle ne résulte pas du remploi de la prestation de sortie, qu'elle
n'aurait pas été épargnée avant le mariage, mais accumulée essentiellement au
cours de l'union, notamment grâce aux contributions en faveur des enfants, et
qu'elle aurait été utilisée en partie pour les besoins courants, ou encore
que l'assurance prime unique aurait été constituée au moyen de montants
épargnés pendant la vie commune, le défendeur s'en prend ainsi derechef - de
façon irrecevable (supra consid. 3.1) - aux faits constatés par l'autorité
cantonale. Dans ces circonstances, il ne saurait plus être question d'une
violation de la règle sur le fardeau de la preuve posée à l'art. 200 al. 3
CC.

4.5.3 Le défendeur ne saurait tirer partie du fait que la demanderesse
bénéficiera d'une retraite AVS pleine et entière et, éventuellement, d'une
rente de veuve alors qu'elle n'a pas eu d'activité soumise à cotisations
durant la quasi-totalité de la vie commune. Comme l'a relevé la cour
cantonale, cette circonstance est le résultat de la volonté du législateur
d'améliorer la situation du conjoint qui s'est consacré à l'éducation des
enfants. Par conséquent, on ne saurait en réduire les effets en diminuant
l'indemnité équitable.

4.5.4 Le défendeur objecte aussi sans succès qu'on ne saurait lui imposer le
versement d'une rente pendant une période égale à la durée du mariage et plus
longue que la vie commune ou que le versement de 800 fr. à titre de
l'indemnité équitable le met en situation de déficit, compte tenu de son
solde disponible de 775 fr., alors que la demanderesse disposera encore de
1'981 fr. (1'181 fr. [solde disponible] + 800 fr. [indemnité équitable])
après déduction de ses charges incompressibles. Ce faisant, il oublie, ainsi
que l'a souligné la cour cantonale, que l'indemnité de l'art. 124 CC ne
constitue pas une rente d'entretien, mais représente les droits de la
demanderesse sur les avoirs de prévoyance accumulés pendant le mariage,
lesquels sont destinés à couvrir les besoins de prévoyance des deux
conjoints; celle-là devrait ainsi, en principe, être affectée, non à la
couverture des besoins courants de la demanderesse, mais à la constitution
d'une prévoyance appropriée.

4.5.5 Le défendeur ne saurait par ailleurs rien tirer de l'affirmation selon
laquelle il aurait assumé le loyer de son neveu, dès lors que ce fait ne
résulte pas de l'arrêt querellé, ni du jugement de première instance auquel
celui-ci renvoie (supra consid. 3.1). Au demeurant, s'il entendait faire
valoir une créance pour une contribution extraordinaire à l'entretien de sa
famille au sens de l'art. 165 al. 2 CC, il lui aurait appartenu d'émettre,
dans le cadre du divorce, une prétention de ce chef. Il ne saurait s'en
prévaloir - in abstracto - pour exiger, sous l'angle de l'équité, une
réduction de l'indemnité, qui, comme on l'a dit, vise un autre but (consid.
4.5.4).
4.5.6 Pour terminer, on ne voit pas en quoi la manière dont a été constitué
l'avoir de prévoyance et dont celui-ci s'est accru en raison du risque
professionnel lié au métier de policier seraient des circonstances justifiant
que l'on s'écarte du partage par moitié. Comme l'a souligné l'autorité
cantonale, il n'est pas exclu que le régime de retraite anticipée à un âge
particulièrement favorable soit lié au fait que les performances d'un
policier sont susceptibles de diminuer à partir d'un certain âge, tout autant
que destiné à compenser un risque professionnel accru. On peut se demander,
au demeurant, si la critique très succincte et générale répond aux exigences
de motivation de l'art. 55 al. 1 let. c OJ.

4.6 Le défendeur plaide pour une réduction à 500 fr. de la rente allouée. A
cet effet, il remet en cause le calcul de son minimum vital, en contestant
les montants des charges retenues: contrairement aux constatations de la cour
cantonale, il aurait fallu tenir compte de 150 fr., de 200 fr. et de 707 fr.
55 à titre, respectivement, de frais liés à l'exercice du droit de visite, de
chauffage et de véhicule, ainsi que de 150 fr. correspondant à la franchise
mensuelle de son assurance maladie, laquelle s'élève à 1'800 fr. par an. Ce
faisant, le défendeur s'en prend toutefois aux faits constatés ou à
l'appréciation des preuves et, partant, fonde sa critique sur des faits
nouveaux, ce qui est irrecevable dans un recours en réforme (supra consid.
3.1).

5.
Cela étant, le recours doit être rejeté dans la mesure où il est recevable.
Le défendeur, qui succombe, supportera les frais de la procédure (art. 156
al. 1 et 2 OJ). Il n'y a pas lieu d'allouer de dépens à l'intimée qui n'a pas
été invitée à répondre (art. 159 al. 1 OJ).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté dans la mesure où il est recevable.

2.
Un émolument judiciaire de 3'000 fr. est mis à la charge du défendeur.

3.
Le présent arrêt est communiqué en copie aux mandataires des parties et à la
Chambre des recours du Tribunal cantonal du canton de Vaud.

Lausanne, le 10 février 2006

Au nom de la IIe Cour civile
du Tribunal fédéral suisse

Le Président:  La Greffière: