Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.716/2011
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2011
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2011


Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_716/2011

Arrêt du 29 novembre 2011
IIe Cour de droit civil

Composition
Mme et MM. les Juges Hohl, Présidente,
Marazzi et Herrmann.
Greffière: Mme Mairot.

Participants à la procédure
X.________,
représenté par Me Ghislaine de Marsano-Ernoult, avocate,
recourant,

contre

Y.________,
intimés.

Objet
privation de liberté à des fins d'assistance,

recours contre la décision de la Cour de justice du canton de Genève, Autorité
de recours de la Commission de surveillance des professions de la santé et des
droits des patients, du 26 septembre 2011.

Faits:

A.
A.a X.________, né en 1966, a été admis à la Clinique Z.________ en entrée non
volontaire le 23 août 2011.

Précédemment, il avait été hospitalisé à de multiples reprises dans cette même
clinique, où il se trouve pratiquement en permanence depuis environ deux ans.

En dehors de ses hospitalisations, il vit seul à son domicile et se laisse
aller à un grave état d'abandon, dès qu'il sort de clinique et cesse de prendre
ses médicaments: il ne se soigne plus, ne s'alimente plus, ne se lève plus
jusqu'à présenter des escarres. D'après le médecin traitant de la clinique, il
est incapable de vivre à domicile et le réseau médico-social mis en place
s'épuise.

Sa tutrice a sollicité du Tribunal tutélaire de Genève son placement à des fins
d'assistance dans un foyer psychiatrique spécialisé. La procédure est en cours
et une expertise a été ordonnée le 24 août 2011. Dans cette optique, la tutrice
envisage de résilier le bail de l'appartement de son pupille; celui-ci a été
informé en mars 2011 de cette intention, à laquelle il s'oppose.

X.________ est atteint de schizophrénie paranoïde et soumis à un traitement de
deux neuroleptiques en combinaison, qu'il arrête toutefois dès qu'il sort de
clinique. Un risque d'auto-agression a été constaté, aggravé par la perspective
de son placement en foyer.
A.b A la suite d'une précédente hospitalisation ayant duré quelques mois,
l'intéressé a été autorisé à sortir de clinique le 12 août 2011 par la
Commission de surveillance des professions de la santé et des droits des
patients (ci-après: la Commission de surveillance). Celle-ci avait alors
constaté une amélioration de la symptomatologie du patient, avec diminution de
ses idées délirantes; des symptômes de dépression persistaient, liés à une
grande inquiétude au sujet de la perte de son appartement et de son placement
éventuel dans un foyer. Lors de son audition par une délégation de la
Commission de surveillance, il était calme; son hygiène était négligée mais son
comportement et ses propos étaient cohérents et adéquats, sans délire ni
hallucinations; sa thymie était triste, sans désir de mort.
Une prise en charge du patient par le secteur ambulatoire de Y.________ a été
organisée. Revenu à son appartement, celui-ci ne s'est toutefois rendu qu'une
seule fois à la consultation de ce secteur, déclarant préférer être suivi par
un médecin de ville. Il a consulté un psychiatre qui, selon lui, se serait
déclaré d'accord pour qu'il cesse toute médication, lui fixant un second
rendez-vous à mi-septembre 2011.
A.c Une nouvelle hospitalisation a eu lieu le 23 août 2011 sur intervention
d'un médecin du secteur ambulatoire de Y.________. Celui-ci s'était rendu au
domicile de l'intéressé accompagné de gendarmes, car le patient ne venait plus
aux consultations fixées. L'intéressé ayant refusé d'ouvrir sa porte, il a été
fait appel à un serrurier.

Le certificat médical fondant l'hospitalisation non volontaire du 23 août 2011
relève une rupture de traitement, un refus de contact avec les soignants et
l'impossibilité de toute «alliance thérapeutique». Le patient, anosognosique,
présentait une décompensation psychiatrique aiguë comportant une agitation
psychomotrice ainsi qu'un discours totalement incohérent et délirant accompagné
de propos menaçants à l'égard de sa tutrice. Compte tenu de son état clinique,
il présentait un risque de négligence vital important.

Le 25 août 2011, la Commission de surveillance a maintenu l'admission non
volontaire de l'intéressé à la Clinique Z.________.
A.d Celui-ci a fait l'objet d'une mesure de contrainte consistant en un
traitement en chambre fermée, avec intervention infirmière deux fois par heure,
sans sortie dans le pavillon ou à l'extérieur. Le traitement aux neuroleptiques
a été rétabli.

Le 29 août 2011, le patient est intervenu auprès de la Commission de
surveillance, réclamant la levée de cette mesure. La demande a été rejetée par
décision du 30 août 2011. Cette autorité a en effet jugé nécessaire la
poursuite de soins sous mesure de contrainte, comprenant toutefois des sorties
accompagnées à l'air libre, en fonction de l'état de santé du patient.
A.e Antérieurement, soit le 23 août 2011, l'intéressé avait demandé sa sortie
immédiate. Le médecin de la Clinique Z.________ s'y était opposé, au motif que
le patient, atteint de schizophrénie paranoïde, présentait un risque hétéro- et
auto-agressif rendant nécessaires des soins hospitaliers.
Ce refus a été confirmé par la Commission de surveillance le 30 août 2011,
celle-ci ayant constaté, lors de l'audition du patient du même jour, un état
psychique désorganisé, une logorrhée avec des idées délirantes de persécution,
une hygiène déplorable, des difficultés à maintenir le contact, une anosognosie
totale et une thymie triste. Selon la Commission de surveillance, la souffrance
psychique du patient rendait nécessaire la poursuite de soins en milieu
hospitalier.
A.f Par courrier du 30 août 2011, adressé à la Commission de surveillance et
transmis par celle-ci à la Cour de justice, en tant qu'Autorité de recours de
la Commission de surveillance des professions de la santé et des droits des
patients (ci-après: l'Autorité de recours), l'intéressé a déclaré protester
contre «les décisions et délibérations» de la Commission de surveillance,
mentionnant en particulier sous rubrique «vos divagations et indiscernement
suspectés de travailler avec disfonctions cérébrales»; il a de plus indiqué
qu'il estimait justifié de s'éloigner de la clinique.

Il a en outre saisi la Chambre administrative de la Cour de justice du canton
de Genève d'un recours contre la «décision du CSP du 17 août», précisant lors
de son audition qu'il entendait recourir non contre la décision maintenant la
mesure de contrainte, mais contre le refus de sortie de la Commission de
surveillance du 30 août 2011.

Par arrêt du 6 septembre 2011, la Chambre administrative a transmis ce recours
à l'Autorité de recours «pour raison de compétence matérielle».

B.
B.a Le 2 septembre 2011, l'intéressé a derechef sollicité sa sortie de clinique
définitive, demande à laquelle le médecin de l'établissement s'est opposé au
motif que le patient, atteint de schizophrénie paranoïde, présentait un risque
hétéro- et auto-agressif rendant nécessaires des soins hospitaliers.

Ce refus a été confirmé par la Commission de surveillance le 6 septembre 2011,
celle-ci ayant constaté, lors de l'audition du patient de la veille, un état
psychique toujours désorganisé, une anosognosie persistante, un discours
également désorganisé et par instants incompréhensible, enfin, une attitude
agressive envers sa tutrice; la poursuite de l'hospitalisation se révélait
nécessaire, au vu d'un risque immédiat et persistant d'auto- et
d'hétéro-agression.
Le 6 septembre 2011, l'intéressé a écrit à la Commission de surveillance,
déclarant faire recours contre la décision de celle-ci du même jour; il faisait
valoir que son hospitalisation ne lui semblait pas justifiable «in via, vita,
verita».

Entendu le 14 septembre 2011 par l'autorité cantonale, il a expliqué vouloir
rentrer à son domicile, consulter un psychiatre de son choix et ne plus avoir
affaire à Y.________. Il s'estimait victime d'une «bavure médicale», son
hospitalisation du 23 août précédent n'étant selon lui que la conséquence de sa
décision de consulter un psychiatre de ville en lieu et place de Y.________,
dont la prise en charge était inutile, voire malfaisante. Pour le surplus, il a
persisté, comme lors de ses précédentes auditions, à se dire persécuté par ses
médecins (ou des personnes se disant médecins mais qui «n'inspiraient pas la
santé mais la flatulence»): ceux-ci le considéraient à tort comme un malade,
avaient des idées délirantes à son sujet et l'avaient atteint physiquement
ainsi que moralement «dans son corps d'athlète» comme de «bodybuilder»,
puisqu'il était devenu un «obèse demeurant dans son lit» à la suite de leurs
interventions.

Lors de son audition du même jour, le médecin remplaçant le chef de clinique en
raison de l'absence temporaire de celui-ci a déclaré qu'une sortie de clinique
du patient était prématurée; compte tenu de sa pathologie psychique, la prise
de neuroleptiques était indispensable et ceux-ci lui étaient actuellement
administrés écrasés, pour améliorer son adaptation au traitement; or,
l'intéressé arrêtait de prendre ces médicaments dès qu'il regagnait son
appartement, ce qui entraînait rapidement une péjoration massive de son état
sur le plan de sa prise en charge personnelle. Un suivi par un médecin de ville
- qui n'avait pas la possibilité d'organiser une prise en charge plus
importante en cas d'urgence - n'était pas suffisante compte tenu de la
pathologie du patient.
B.b Par décision du 26 septembre 2011, l'Autorité de recours a rejeté les
recours interjetés par l'intéressé contre les décisions prises les 30 août 2011
et 6 septembre 2011 par la Commission de surveillance, rejetant ses demandes de
sortie immédiate.

L'autorité cantonale a considéré en substance que le recourant ne se trouvait
actuellement pas en état de se prendre en charge lui-même et qu'à moyen terme,
un placement dans un foyer spécialisé était envisagé. Il était anosognosique et
présentait les mêmes idées délirantes qui l'avaient précédemment conduit, à
plusieurs reprises, à cesser tout traitement médicamenteux dès sa sortie de
clinique, ce qui avait pour conséquence rapide une forte dégradation de son
état tant psychique que physique. Un risque auto-agressif devait dès lors être
admis, sans compter les menaces proférées à l'encontre de sa tutrice. Sa
pathologie paraissait trop lourde pour être assumée par un psychiatre de ville.
Enfin, conformément à l'avis des médecins, la nécessité de poursuivre les soins
en milieu hospitalier devait être reconnue, l'anosognosie de l'intéressé
rendant difficile, voire impossible, l'établissement d'une «alliance
thérapeutique» avec lui.

C.
Par acte du 11 octobre 2011, X.________ exerce, par l'intermédiaire de sa
mandataire, un recours en matière civile contre la décision du 26 septembre
2011. Il conclut à son annulation et demande que le Tribunal fédéral ordonne la
levée immédiate de la mesure de privation de liberté à des fins d'assistance,
ainsi que sa sortie immédiate de la Clinique Z.________.

Il sollicite par ailleurs le bénéfice de l'assistance judiciaire.

Le même jour, il a déposé lui-même un acte du recours, dont le contenu demeure
peu compréhensible.

Y.________, établissement de droit public doté de la personnalité juridique qui
s'est déterminé sur le recours pour la Clinique Z.________ - en expliquant que
celle-ci ne constitue qu'un lieu d'hospitalisation du Département de santé
mentale et de psychiatrie de Y.________ -, proposent le rejet du recours.

L'autorité cantonale se réfère aux considérants de sa décision.

Dans sa réplique, le recourant persiste dans ses conclusions.

Considérant en droit:

1.
Interjeté en temps utile (art. 100 al. 1 LTF) et en la forme requise (art. 42
LTF) contre une décision finale (art. 90 LTF) prise sur recours par l'autorité
cantonale de dernière instance (art. 75 LTF) en matière de privation de liberté
à des fins d'assistance (art. 72 al. 2 let. b ch. 6 LTF), le recours est
recevable au regard de ces dispositions. Le recourant a en outre qualité pour
recourir (art. 76 LTF).

2.
Le recourant invoque en premier lieu le grief d'arbitraire, qu'il ne développe
toutefois qu'en opérant quelques considérations théoriques sur cette notion, en
sorte que le moyen est insuffisamment motivé (art. 106 al. 2 LTF) et, partant,
irrecevable.

3.
Le recourant se plaint par ailleurs d'une violation de l'art. 397e ch. 5 CC, en
relation avec les art. 171 à 176 CPC, au motif que la décision serait
intervenue sans le concours d'experts. Il expose que les décisions de la
Commission de surveillance du type de celles rendues les 30 août et 6 septembre
2011 ne comportent ni rapport écrit, ni procès-verbal d'audience, et ne sont
donc pas suffisamment motivées pour permettre à l'Autorité de recours de
statuer sans nouvelle expertise. Un médecin a certes été entendu comme témoin
au cours de l'audience tenue par cette autorité le 14 septembre 2011.
Toutefois, il est apparu qu'il ne s'agissait pas du Dr A.________, comme
mentionné par erreur sur le procès-verbal. Selon le recourant, la personne qui
s'est présentée n'a pas été exhortée à répondre conformément à la vérité, n'a
pas eu connaissance du procès-verbal et ne l'a pas signé, omettant ainsi
d'authentifier ses déclarations; elle a en outre été entendue en dehors de sa
présence. Compte tenu de ces violations manifestes de la procédure civile, la
procédure d'instruction devant l'Autorité de recours serait ainsi entachée de
nullité. Le recourant se plaint aussi à cet égard d'une violation de son droit
d'être entendu (art. 29 Cst.).
3.1
3.1.1 Il est pour le moins douteux que les dispositions du CPC s'appliquent à
la procédure devant la Cour de justice statuant, comme ici, en tant qu'Autorité
de recours contre les décisions de la Commission de surveillance, en
application de l'art. 30 de la Loi sur la commission de surveillance des
professions de la santé et des droits des patients (LComPS; RSG K 3 03; voir
consid. 3.3 de l'arrêt 5A_582/2011 du 3 novembre 2011, destiné à la
publication). La question peut toutefois demeurer indécise, car le recours doit
de toute manière être rejeté pour les motifs exposés ci-après.
3.1.2 Aux termes de l'art. 397e ch. 5 CC, une décision touchant un malade
psychique ne peut être prise qu'avec le concours d'experts; si ce concours a
déjà été demandé dans une première procédure judiciaire, les tribunaux
supérieurs peuvent y renoncer.
Le recours à un expert est ainsi indispensable (ATF 137 III 289 consid. 4.2).
Celui-ci doit être un spécialiste et être exempt de prévention: il ne doit donc
pas s'être déjà prononcé sur la maladie de la personne concernée au cours de la
même procédure, ni avoir déjà traité celle-ci. L'exigence d'indépendance de
l'expert est identique à celle de l'autorité qui statue. Cette condition, posée
par la loi, n'est pas respectée lorsque l'expert est le médecin chef de la
clinique dans laquelle est soigné le patient (ATF 134 III 289 consid. 3 et les
références citées). Selon la jurisprudence de la Cour européenne des droits de
l'homme, il n'est pas non plus compatible avec l'exigence d'indépendance de
l'expert qu'un membre de l'autorité compétente pour prendre la décision (juge
spécialisé) fonctionne en même temps comme expert (ATF 137 III 289 consid. 4.4
et la jurisprudence citée, notamment l'arrêt N.D contre Suisse du 29 mars 2001,
Recueil CourEDH 2001-III p. 21 § 53).

3.2 Il ressort de la décision attaquée et des pièces du dossier qu'au cours de
l'audience tenue le 14 septembre 2011 par l'autorité cantonale, c'est le Dr
B.________, chef de clinique remplaçant le Dr C.________, et non le Dr
A.________, qui a été entendu. Dans la mesure où le recourant allègue que le
nom de ce témoin est indiqué de façon erronée dans le procès-verbal d'audience,
sa critique n'apparaît pas décisive. Pour le surplus, il ressort dudit
procès-verbal que son avocate a assisté à l'audition du médecin concerné. Il
appert en outre qu'elle l'a interrogé, si ce n'est au sujet de son identité, du
moins à propos de sa fonction, puisqu'il appert qu'en réponse à ses questions,
ledit médecin a précisé que «le chef de clinique responsable de l'unité [était]
le Dr C._________, et qu'il [était] en charge du dossier [...] depuis jeudi
dernier jusqu'à la fin de cette semaine en raison de l'absence de ce médecin».

Il convient de relever le manque de clarté de la décision attaquée, qui se
limite à considérer qu'il est nécessaire pour le patient de continuer à être
soigné en milieu hospitalier «conformément à l'avis des professionnels» sans
autre précision à cet égard. Il résulte en outre du procès-verbal d'audience du
14 septembre 2011 que le médecin qui a été entendu par l'autorité cantonale
était en charge du dossier du recourant en l'absence du chef de clinique
responsable, ce qui pose problème quant à l'exigence d'indépendance de l'expert
selon l'art. 397e ch. 5 CC (cf. supra, consid. 3.1.2).

Quoi qu'il en soit, le recourant se contente de se plaindre, en substance,
d'une violation manifeste des règles de procédure civile s'agissant du
déroulement de l'audience tenue le 14 septembre 2011 et, en particulier, de
l'audition du Dr B.________ par l'Autorité de recours. A cet égard, il convient
de rappeler qu'en vertu du principe de la bonne foi, celui qui ne soulève pas
d'emblée un grief lié à la conduite de la procédure ne peut en principe plus
s'en prévaloir devant le Tribunal fédéral; une solution contraire favoriserait
les manoeuvres dilatoires (ATF 133 III 638 consid. 2; 119 Ia 88 consid. 1a; 117
Ia 491 consid. 2a, 522 consid. 3a). En l'occurrence, le recourant ne prétend
pas que son conseil, qui a assisté à l'audition du médecin concerné et lui a
même posé des questions, aurait été empêché de relever les irrégularités de
procédure invoquées dans le présent recours et, en particulier, de demander des
précisions sur les fonctions du Dr B.________, voire de le récuser (ATF 134 III
289 consid. 3 non publié). Autant qu'ils sont suffisamment motivés, ses griefs
ne sauraient dès lors être admis. On ne voit par conséquent pas non plus en
quoi son droit d'être entendu aurait été violé.

4.
Vu ce qui précède, le recours apparaît infondé et ne peut donc être que rejeté,
dans la mesure de sa recevabilité. Il en va de même de la requête d'assistance
judiciaire du recourant pour la procédure fédérale, dès lors que son recours
apparaissait d'emblée dénué de chances de succès (art. 64 LTF). Il se justifie
cependant, dans les circonstances données, de renoncer à percevoir un émolument
judiciaire (art. 66 al. 1, seconde phrase, LTF).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté dans la mesure où il est recevable.

2.
La requête d'assistance judiciaire du recourant est rejetée.

3.
Il n'est pas perçu d'émolument judiciaire.

4.
Le présent arrêt est communiqué aux participants à la procédure et à l'Autorité
de recours de la Commission de surveillance des professions de la santé et des
droits des patients.

Lausanne, le 29 novembre 2011
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse

La Présidente: Hohl

La Greffière: Mairot