Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 6B.327/2015
Zurück zum Index Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015
Retour à l'indice Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015


Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente
dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet.
Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem
Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
                                                               Grössere Schrift

Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

[8frIR2ALAGK1]     
{T 0/2}
                   
6B_327/2015

Arrêt du 16 décembre 2015

Cour de droit pénal

Composition
M. et Mmes les Juges fédéraux Denys, Président,
Jacquemoud-Rossari et Jametti.
Greffière : Mme Cherpillod.

Participants à la procédure
Ministère public de la République et canton de Genève, route de Chancy 6B, 1213
Petit-Lancy,
recourant,

contre

X.________, représenté par
Me Magali Ulanowski, avocate,
intimé.

Objet
Contrainte (art. 181 CP), séquestration et enlèvement (art. 183 ch. 1 CP),

recours contre l'arrêt de la Cour de justice de la République et canton de
Genève, Chambre pénale d'appel et de révision, du 2 mars 2015.

Faits :

A. 
Le 26 octobre 2012, trois hommes, dont X.________, ont pénétré dans l'immeuble
où habite A.________ et sonné chez ce dernier. Après que celui-ci a ouvert, les
trois hommes l'ont violemment poussé en arrière et ont pénétré dans son
appartement. Ils ont couvert le visage de A.________ d'un foulard et l'ont
projeté face contre terre, l'un d'eux le maintenant au sol en appuyant sur son
dos pendant que ses mains et poignets étaient ligotés. A.________ a de la sorte
été placé hors d'état de résister. Les comparses ont ensuite fouillé
l'appartement et pris des biens et de l'argent.
Dans les circonstances sus-décrites, l'un des hommes a exigé de A.________,
lequel se trouvait au sol, entravé et les yeux dissimulés sous un foulard avec
l'un de ses agresseurs appuyant sur son dos en le menaçant de le frapper au
niveau de la tête avec une bouteille en verre, de lui donner les codes de ses
cartes bancaires (EC-Direct et Visa), ce que A.________ a fait.
Alors que les faits se déroulaient depuis environ trente minutes, l'un des
comparses a traîné A.________ jusqu'à l'entrée de sa chambre à coucher, l'a mis
face contre terre et a, à cet endroit, complété l'entrave de A.________ au
niveau de ses chevilles au moyen de ruban adhésif. Les comparses ont ensuite
quitté les lieux sans mot dire, A.________ pensant que ses agresseurs allaient
revenir après avoir retiré de l'argent avec ses cartes bancaires.

B. 
Par jugement du 16 octobre 2014, le Tribunal correctionnel de la République et
canton de Genève a condamné X.________ pour brigandage (art. 140 ch. 1 CP) et
violation de domicile (art. 186 CP) à une peine privative de liberté de trois
ans et six mois, sous déduction de la détention subie avant jugement.

C. 
Par arrêt du 2 mars 2015, la Cour de justice de la République et canton de
Genève a rejeté les appels formés contre ce jugement par X.________ d'une part,
le Ministère public de la République et canton de Genève d'autre part.

D. 
Ce dernier forme un recours en matière pénale auprès du Tribunal fédéral contre
cet arrêt. Il en requiert la réforme en ce sens que X.________ est en plus
reconnu coupable de contrainte (art. 181 CP) et de séquestration (art. 183 ch.
1 CP), subsidiairement de tentative de séquestration (art. 183 ch. 1 et 22 CP)
et condamné à une peine privative de liberté de six ans, sous déduction de la
détention déjà subie. A titre subsidiaire, il sollicite l'annulation de l'arrêt
du 2 mars 2015 et le renvoi de la cause à l'autorité cantonale pour nouvelle
décision.
Par ordonnance du 20 octobre 2015, le Président de la Cour de droit pénal du
Tribunal fédéral a admis la requête d'assistance judiciaire formée par
X.________.
La cour cantonale a renoncé à se déterminer. X.________ a conclu au rejet du
recours.

Considérant en droit :

1. 
Le Tribunal fédéral est lié par les constatations de fait de la décision
entreprise (art. 105 al. 1 LTF), à moins qu'elles n'aient été établies en
violation du droit ou de manière manifestement inexacte au sens des art. 97 al.
1 et 105 al. 2 LTF, soit pour l'essentiel de façon arbitraire au sens de l'art.
9 Cst. (ATF 140 III 264 consid. 2.3 p. 266). Il ne sera par conséquent pas tenu
compte des faits invoqués par l'intimé, qui s'écartent de ceux retenus dans
l'arrêt entrepris sans que l'arbitraire de leur omission ne soit invoqué et
démontré.

2. 
Le recourant invoque que l'autorité précédente aurait dû retenir, en plus des
infractions de violation de domicile (art. 186 CP) et de brigandage (art. 140
ch. 1 CP), celles de contrainte (art. 181 CP) et de séquestration et enlèvement
(art. 183 CP), ces deux dernières infractions n'étant pas absorbées par celle
du brigandage.

2.1. Aux termes de l'art. 140 ch. 1 CP, celui qui aura commis un vol en usant
de violence à l'égard d'une personne, en la menaçant d'un danger imminent pour
la vie ou l'intégrité corporelle ou en la mettant hors d'état de résister sera
puni d'une peine privative de liberté de dix ans au plus ou d'une peine
pécuniaire de 180 jours-amende au moins. Celui qui, pris en flagrant délit de
vol, aura commis un des actes de contrainte susmentionnés dans le but de garder
la chose volée encourra la même peine.
En vertu de l'art. 181 CP, réprimant la contrainte, celui qui, en usant de
violence envers une personne ou en la menaçant d'un dommage sérieux, ou en
l'entravant de quelque autre manière dans sa liberté d'action, l'aura obligée à
faire, à ne pas faire ou à laisser faire un acte sera puni d'une peine
privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire.
Se rend coupable d'enlèvement et séquestration, infraction sanctionnée par
l'art. 183 CP, celui qui, sans droit, aura arrêté une personne, l'aura retenue
prisonnière, ou l'aura, de toute autre manière, privée de sa liberté ou celui
qui, en usant de violence, de ruse ou de menace, aura enlevé une personne.

2.2. L'autorité précédente a jugé que la contrainte au sens de l'art. 181 CP
était comprise dans la notion de brigandage, de sorte qu'un concours était
exclu. Elle a exposé que pris isolément les actes commis le 26 octobre 2012
pouvaient remplir les éléments constitutifs des infractions de violation de
domicile, de brigandage, de contrainte et de séquestration. Néanmoins, dans
leur ensemble, ils formaient un tout, de sorte que les deux dernières
infractions étaient absorbées par le brigandage. En effet, tant la contrainte
que la séquestration s'inscrivaient dans la réalisation du brigandage. Que les
agresseurs n'aient pas effectué de retrait d'argent avec les cartes bancaires
de la victime, bien qu'ayant obtenu les codes permettant de les utiliser, ne
saurait suffire à apprécier ces agissements différemment dès lors que leur
intention était manifestement de commettre un vol par le biais de cette
contrainte. Quant à la séquestration, il est patent qu'elle n'avait d'autre but
que d'assurer la fuite des agresseurs pour parachever leur brigandage,
rallongeant ainsi le délai pour avertir un tiers ou les forces de l'ordre. Pour
l'autorité précédente, l'unité de temps et d'action dans le déroulement des
faits reprochés imposait de considérer ces infractions comme étant absorbées
par le brigandage.

2.3.

2.3.1. Le recourant reconnaît que la contrainte, sanctionnée par l'art. 181 CP,
est inhérente à tout brigandage et qu'il y avait bien unité de temps entre
l'une et l'autre des infractions. Il allègue toutefois que, s'agissant de
l'accusation de contrainte, les comparses ont menacé leur victime de la frapper
non pas dans le but de lui dérober quelque chose mais dans celui de la forcer à
donner une information contre son gré, en l'occurrence les codes de ses cartes
bancaires. L'intimé aurait donc contraint sa victime à lui communiquer une
information, et non à lui remettre des biens ou des valeurs, seules choses
susceptibles d'être soustraites.

2.3.2. Les faits exposés ci-dessus ad let. A deuxième paragraphe doivent
effectivement être distingués de ceux rappelés ad let. A premier paragraphe.
Dans le second cas, les auteurs ont exercé des actes de contrainte pour que
leur victime se tienne tranquille et qu'ils puissent lui dérober des valeurs,
sans avoir besoin de sa coopération. En revanche, lors des faits exposés ad
let. A deuxième paragraphe, la contrainte a été exercée par les auteurs afin
d'obtenir de la victime ses codes de cartes de crédit. Ils avaient besoin de sa
coopération, de sorte que la contrainte a été utilisée pour l'obtenir. L'acte
de contrainte exercé dans le cadre des faits exposés ci-dessus ad let. A
deuxième paragraphe constitue donc un acte de contrainte distinct de celui du
brigandage, respectivement de la contrainte nécessaire à la perpétration de ce
dernier. Il n'est par voie de conséquence pas absorbé par l'infraction de
brigandage retenue.
Il résulte de ce qui précède que le recours doit être partiellement admis sur
ce point, l'arrêt attaqué annulé et la cause renvoyée à l'autorité précédente
pour nouvelle décision quant à l'infraction de contrainte. La question de la
commission, inachevée ou non, d'une extorsion au sens de l'art. 156 CP lors des
faits exposés ci-dessus ad let. A deuxième paragraphe aurait pu se poser (sur
le champ d'application de l'art. 156 CP, notamment par rapport à celui du
brigandage, cf. arrêt 6B_356/2012 du 1er octobre 2012 consid. 1.2.3 et les
références citées). Dès lors que le ministère public n'a pris aucune conclusion
en ce sens, s'agissant d'une infraction plus grave que celle de contrainte, la
question ne se pose toutefois plus, le Tribunal fédéral, et par voie de
conséquence l'autorité à laquelle la cause est renvoyée, ne pouvant aller
au-delà des conclusions des parties (art. 107 al. 1 LTF; cf. arrêts 6B_165/2011
du 19 juillet 2011 consid. 3.1; 6B_422/2007 du 22 janvier 2008, consid. 5.4.2).

2.4. Le recourant estime que le fait pour les comparses d'avoir complété les
liens d'entrave de leur victime, après lui avoir dérobé les valeurs et obtenu
les codes de ses cartes de crédit, ne servait pas le brigandage, qui était
achevé. L'infraction de séquestration devait donc être retenue en concours avec
le brigandage et non absorbée par celui-ci.

2.4.1. Si une autre infraction, tel le brigandage, suppose le recours à une
certaine contrainte, elle absorbe l'infraction réprimée par l'art. 183 CP, pour
autant toutefois que l'atteinte qu'implique cette dernière infraction n'excède
pas celle qui résulte de la première. Autrement dit, il n'y a absorption que si
l'atteinte à la liberté qu'implique l'infraction réprimée par l'art. 183 CP ne
va pas au-delà de celle qui est nécessaire à la commission de l'autre
infraction (ATF 129 IV 61 consid. 2.1 p. 64). Le Tribunal fédéral a plus
récemment confirmé cette appréciation (arrêt 6B_1095/2009 du 24 septembre 2010
consid. 2.2 publié in SJ 2011 I 73). Dans le cadre de cet arrêt, il a jugé que
le ligotage d'une victime, respectivement le ligotage et l'enfermement chez
elle d'une autre victime, qui avaient toutes deux pu se libérer entre quelques
minutes et une heure après le départ des cambrioleurs, servaient uniquement la
réalisation des brigandages et avaient été commis lors de leur exécution.
L'infraction de séquestration était par conséquent absorbée par celle de
brigandage.

2.4.2. Dans le cas d'espèce, les auteurs, après être entrés chez la victime,
lui avaient couvert le visage d'un foulard qu'ils avaient attaché sur sa tête,
l'avaient mis face contre terre et lui avaient ligoté poignets et chevilles
avec d'autres foulards. Comme l'indique lui-même le recourant, la victime avait
alors déjà été mise hors d'état de résister. Les auteurs ont ensuite fouillé
son appartement, ont pris des valeurs et obtenu les codes de ses cartes de
crédit. Il ressort de ces faits que la victime a été séquestrée, soit en
l'espèce privée de sa liberté, avant même que les auteurs commencent à fouiller
l'appartement pour la voler et avant même qu'ils ne lui extorquent les codes de
ses cartes bancaires. L'infraction de séquestration a donc été commise dans le
cadre, tout au moins dans le but du brigandage, de sorte qu'elle était absorbée
par cette dernière infraction. Après avoir pris les valeurs qu'ils ont
finalement emportées avec eux, les auteurs ont déplacé la victime, toujours
face contre terre et ont uniquement ligoté ses chevilles avec du scotch par
dessus les foulards. Ce seul geste de la part des auteurs, quel que soit le but
visé, ne saurait à lui seul conduire à retenir une infraction distincte et non
absorbée de séquestration, ce d'autant plus que rien ne permet de retenir que
la victime ait eu, du fait de ce geste, plus de difficultés à se libérer et
n'ait ainsi été entravée plus et plus longtemps après le départ des auteurs.
Refuser dans ces circonstances de retenir une infraction de séquestration, même
au stade de la tentative (recours, p. 7), ne prête pas flanc à la critique. Le
grief est infondé.

3. 
Au vu de l'admission partielle du recours, les griefs soulevés par le recourant
quant à la motivation et à la quotité de la peine, qui devra être réexaminée,
deviennent sans objet.

4. 
Le recours doit être partiellement admis, l'arrêt attaqué annulé et la cause
renvoyée à l'autorité précédente pour nouvelle décision.
L'intimé a obtenu l'assistance judiciaire par ordonnance du 20 octobre 2015
précitée, décision qui ne peut qu'être confirmée ici. En conséquence, il ne
sera pas perçu de frais judiciaire et une indemnité sera allouée à son
mandataire.

 Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce :

1. 
Le recours est partiellement admis, l'arrêt attaqué est annulé et la cause est
renvoyée à l'autorité cantonale pour nouvelle décision.

2. 
La demande d'assistance judiciaire de l'intimé est admise pour la procédure
devant le Tribunal fédéral et Me Magali Ulanowski est désignée comme son
avocate d'office.

3. 
Il n'est pas perçu de frais judiciaires.

4. 
Une indemnité de 3'000 fr., supportée par la Caisse du Tribunal fédéral, est
allouée à Me Magali Ulanowski à titre d'honoraires.

5. 
Le présent arrêt est communiqué aux parties, à la Cour de justice de la
République et canton de Genève, Chambre pénale d'appel et de révision et à
A.________.

Lausanne, le 16 décembre 2015

Au nom de la Cour de droit pénal
du Tribunal fédéral suisse

Le Président : Denys

La Greffière : Cherpillod

Navigation

Neue Suche

ähnliche Leitentscheide suchen
ähnliche Urteile ab 2000 suchen

Drucken nach oben