Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 6B.340/2015
Zurück zum Index Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015
Retour à l'indice Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015


Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente
dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet.
Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem
Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
                                                               Grössere Schrift

Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

[8frIR2ALAGK1]     
{T 0/2}
                   
6B_340/2015

Arrêt du 1er juin 2015

Cour de droit pénal

Composition
M. le Juge fédéral Denys, Président.
Greffier : M. Vallat.

Participants à la procédure
X.________,
recourant,

contre

1. Ministère public de l'Etat de Fribourg,
place Notre-Dame 4, 1700 Fribourg,
2. A.________,
intimés.

Objet
Ordonnance de classement (lésions corporelles simples),

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal de l'Etat de Fribourg, Chambre
pénale, du 24 mars 2015.

Considérant en fait et en droit :

1.

 Ensuite d'une altercation ayant opposé, le 1 ^er mars 2014, X.________ à
A.________, celui-là a déposé plainte pénale contre celui-ci pour lésions
corporelles. Le 27 février 2015, le Ministère public du canton de Fribourg a
rendu, outre une ordonnance pénale à l'encontre de X.________, une ordonnance
pénale condamnant A.________ pour voies de fait et une ordonnance de classement
de la procédure ouverte contre ce dernier pour lésions corporelles simples.

2.

 Par arrêt du 24 mars 2015, la Chambre pénale du Tribunal cantonal fribourgeois
a rejeté, dans la mesure où il était recevable, le recours interjeté contre
l'ordonnance de classement précitée par X.________.

3.

 Celui-ci recourt en matière pénale au Tribunal fédéral contre cet arrêt,
concluant à son annulation, respectivement à sa réforme en ce sens que
A.________ soit renvoyé en jugement sous le chef d'inculpation de lésions
corporelles. Il demande, par ailleurs, le bénéfice de l'assistance judiciaire.

4.

 Selon la jurisprudence rendue en application de l'art. 81 al. 1 let. a et b
ch. 5 LTF, il incombe notamment à la partie plaignante qui recourt en matière
pénale contre le classement d'une procédure pénale d'alléguer les faits qu'elle
considère comme propres à fonder sa qualité pour recourir, soit d'exposer
précisément quelles prétentions civiles elle entend faire valoir contre
l'intimé. Le Tribunal fédéral n'entre en matière que s'il ressort de façon
suffisamment précise de la motivation du recours que les conditions précitées
sont réalisées, à moins que l'on puisse le déduire directement et sans
ambiguïté compte tenu notamment de la nature de l'infraction alléguée (ATF 141
IV 1 consid. 1.1 p. 4).

 Le recourant ne consacre aucun développement à la question des prétentions
civiles dans son mémoire de recours au Tribunal fédéral. L'absence de toute
explication sur ce point exclut sa qualité pour recourir sur le fond de la
cause.

5.

 L'hypothèse visée à l'art. 81 al. 1 let. b ch. 6 LTF n'entre pas en
considération, la contestation ne portant pas sur le droit de porter plainte du
recourant. Par ailleurs, discutant exclusivement les faits (la cause d'une
fracture de la main en particulier qu'il impute à A.________) et soutenant
qu'ils devraient être qualifiés de lésions corporelles, le recourant ne soulève
aucun moyen de procédure entièrement séparé du fond qui pourrait fonder sa
qualité pour recourir (cf. ATF 136 IV 29 consid. 1.9). Le recours apparaît
irrecevable sous ces différents angles.

6.

 Le recourant soutient qu'un coup porté à son visage aurait causé un hématome
qui devrait être qualifié de lésion corporelle. Il s'en prend, ce faisant, à
l'ordonnance pénale rendue contre A.________, qui n'est pas l'objet de la
décision querellée et n'est pas, en tant que telle, susceptible de faire
l'objet d'un recours en matière pénale (art. 354 CPP; art. 80 al. 1 LTF).

7.

 Le recourant reproche aussi aux autorités cantonales d'avoir nié à tort le
caractère causal du comportement de A.________ avec la fracture de sa main.

 En tant qu'il discute la portée du certificat médical qu'il a produit, le
recourant, qui n'invoque d'aucune manière l'interdiction de l'arbitraire (art.
9 Cst.; art. 106 al. 2 LTF), se borne à opposer sa propre lecture de cette
pièce à celle de l'autorité précédente. Or, le Tribunal fédéral n'entre pas en
matière sur de telles critiques, de nature appellatoire (ATF 140 III 264
consid. 2.3 p. 266).

8.

 Le recourant objecte aussi, en relation avec la constatation de fait que
l'intimé l'a uniquement frappé au visage, que deux témoins, qui étaient avec
lui au moment des faits, n'auraient pas été auditionnés.

 Le recourant n'invoque d'aucune manière la violation de son droit d'être
entendu ou d'autres droits fondamentaux (art. 106 al. 2 LTF). Il ne soutient
pas, en particulier, avoir requis en vain l'administration de cette preuve
devant les autorités cantonales. Si la preuve en cause n'a jamais été
administrée devant ces autorités, invoquée pour la première fois en procédure
fédérale, elle est nouvelle et le recourant n'expose d'aucune manière ce qui
justifierait sa prise en considération à ce stade de la procédure (art. 99 al.
1 LTF; ATF 133 III 393 consid. 3 p. 395).

9.

 Il résulte de ce qui précède que, outre le défaut de qualité pour recourir, le
recours ne contient, non plus, aucune motivation topique dirigée contre une
décision susceptible de faire l'objet d'un recours en matière pénale. Il ne
répond, partant, pas aux exigences minimales déduites de l'art. 42 al. 2 LTF.

10.

 L'irrecevabilité du recours est manifeste. Le recours doit être écarté en
application de l'art. 108 al. 1 let. a et b LTF. Le recourant succombe.
Exceptionnellement, la présente décision peut être rendue sans frais (art. 66
al. 1 LTF), ce qui rend sans objet la demande d'assistance judiciaire.

par ces motifs, le Président prononce :

1. 
Le recours est irrecevable.

2. 
Il n'est pas perçu de frais judiciaires.

3. 
Le présent arrêt est communiqué aux parties et au Tribunal cantonal de l'Etat
de Fribourg, Chambre pénale.

Lausanne, le 1 ^er juin 2015

Au nom de la Cour de droit pénal
du Tribunal fédéral suisse

Le Président : Denys

Le Greffier : Vallat

Navigation

Neue Suche

ähnliche Leitentscheide suchen
ähnliche Urteile ab 2000 suchen

Drucken nach oben