Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 6B.343/2015
Zurück zum Index Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015
Retour à l'indice Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015


Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente
dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet.
Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem
Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
                                                               Grössere Schrift

Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

[8frIR2ALAGK1]     
{T 0/2}
                   
6B_343/2015

Arrêt du 2 février 2016

Cour de droit pénal

Composition
M. et Mmes les Juges fédéraux Denys, Président, Jacquemoud-Rossari et Jametti.
Greffière : Mme Kistler Vianin.

Participants à la procédure
X.________, représentée par Me Tali Paschoud, avocate,
recourante,

contre

Ministère public de la République et canton de Genève, route de Chancy 6B, 1213
Petit-Lancy,
intimé.

Objet
Mesure institutionnelle, indemnisation,

recours contre l'arrêt de la Cour de justice de la République et canton de
Genève, Chambre pénale d'appel et de révision, du 16 février 2015.

Faits :

A. 
Par jugement du 3 juillet 2014, le Tribunal correctionnel du canton de Genève a
reconnu X.________ coupable de voies de fait (art. 126 al. 1 CP), d'injure
(art. 177 al. 1 CP), de violation de secrets privés (art. 179 CP),
d'utilisation abusive d'une installation de télécommunication (art. 179 ^
septies CP), de tentative de menaces (art. 22 al. 1 et 180 al. 1 CP), de
violation de domicile (art. 186 CP) et d'infraction à l'art. 115 al. 1 let. b
de la loi fédérale sur les étrangers du 16 décembre 2005 (LEtr; RS 142.20). Il
a condamné l'intéressée à une peine privative de liberté de 90 jours, sous
déduction de 90 jours de détention avant jugement, à une peine pécuniaire de 30
jours-amende à 10 fr. l'unité, sous déduction de 27 jours-amende correspondant
à 27 jours de détention avant jugement, ainsi qu'à une amende de 300 fr., la
peine privative de liberté de substitution en cas de défaut de paiement de
l'amende étant de trois jours. En outre, il a révoqué un précédent sursis
(peine pécuniaire de 20 jours-amende à 30 fr. l'unité, sous déduction de un
jour-amende correspondant à un jour de détention avant jugement) et ordonné une
mesure thérapeutique institutionnelle en milieu ouvert (art. 59 al. 2 CP). Dans
ce même jugement, il a classé la procédure des chefs d'exhibitionnisme (art.
194 al. 1 CP), de vol d'importance mineure (art. 139 ch. 1 et 172ter al. 1 CP),
de dommages à la propriété (art. 144 al. 1 CP) et de violation de domicile
(art. 186 CP).

B. 
Par arrêt du 16 février 2015, la Chambre pénale d'appel et de révision de la
Cour de justice genevoise a admis partiellement l'appel formé par X.________.
Elle a réformé le jugement attaqué en ce sens qu'elle a condamné X.________ à
une peine privative de liberté de 45 jours, sous déduction de 45 jours de
détention avant jugement, ainsi qu'à une peine pécuniaire de 22 jours-amende à
10 fr. l'unité, sous déduction de 22 jours de détention avant jugement,
rejetant les prétentions en indemnisation de X.________ et confirmant pour le
surplus le jugement entrepris.

C. 
Contre ce dernier arrêt cantonal, X.________ dépose un recours en matière
pénale devant le Tribunal fédéral. Elle conclut, principalement, à l'annulation
de l'arrêt attaqué en tant qu'il confirme le jugement de première instance
s'agissant du prononcé d'une mesure thérapeutique institutionnelle en milieu
ouvert et rejette ses prétentions en indemnisation, et sollicite l'allocation
d'une indemnité pour détention injustifiée de 10'000 fr. A titre subsidiaire,
elle requiert l'annulation de l'arrêt attaqué et le renvoi de la cause à la
cour cantonale pour nouveau jugement. En outre, elle sollicite l'assistance
judiciaire et l'effet suspensif.

Considérant en droit :

1. 
La recourante reproche à la cour cantonale de lui avoir refusé toute indemnité
en raison de sa détention excessive (cf. 431 al. 2 CPP).

1.1.

1.1.1. La recourante a été détenue provisoirement du 19 mars 2013 au 19 juin
2013. Par ordonnance du 19 juin 2013, le Tribunal des mesures de contrainte de
Genève a ordonné son hospitalisation à des fins d'expertise. Elle a été
hospitalisée jusqu'au 30 août 2013, date de la décision de placement à des fins
d'assistance.

1.1.2. La cour cantonale a retenu que la détention provisoire avait duré 93
jours. S'agissant de l'hospitalisation, elle a fixé la durée de la privation de
liberté devant être imputée à 24 jours, à savoir à un tiers de la durée réelle,
en raison du moindre degré de restriction de liberté que cette mesure
représentait par rapport à la détention avant jugement (71 : 3 = 24) (cf. ATF
113 IV 118). En conséquence, elle a retenu que la recourante avait été détenue
provisoirement 117 jours, à savoir 93 jours de détention provisoire et 24 jours
d'hospitalisation.
La cour cantonale a refusé toute prétention en indemnisation au motif que
l'acquittement partiel pour le délit d'exhibitionnisme et les faits non retenus
ne constituaient qu'une infime proportion des actes reprochés et que la durée
de la détention avant jugement était en partie imputée sur la mesure ordonnée
(arrêt attaqué p. 26).

1.1.3. La recourante conteste ces deux motifs. Elle critique également le refus
ou la réduction de l'indemnisation en application de l'art. 430 al. 1 let. a
CPP.

1.2.

1.2.1. Si le prévenu a, de manière illicite, fait l'objet de mesures de
contrainte, l'autorité pénale lui alloue une juste indemnité et réparation du
tort moral (art. 431 al. 1 CPP). En cas de détention provisoire et de détention
pour des motifs de sûreté, le prévenu a droit à une indemnité ou à une
réparation du tort moral lorsque la détention a excédé la durée autorisée et
que la privation de liberté excessive ne peut être imputée sur les sanctions
prononcées à raison d'autres infractions (art. 431 al. 2 CPP). Le prévenu n'a
pas droit aux prestations mentionnées à l'alinéa 2 s'il est condamné à une
peine pécuniaire, à un travail d'intérêt général ou à une amende, dont la
conversion donnerait lieu à une peine privative de liberté qui ne serait pas
notablement plus courte que la détention provisoire ou la détention pour des
motifs de sûreté (art. 431 al. 3 let. a CPP) ou s'il est condamné à une peine
privative de liberté assortie du sursis, dont la durée dépasse celle de la
détention provisoire ou de la détention pour des motifs de sûreté qu'il a subie
(art. 431 al. 3 let. b CPP).

1.2.2. L'art. 431 CPP garantit une indemnité et une réparation pour tort moral
en cas de mesures de contrainte (al. 1) ou de détention illicite (al. 2). Il y
a détention excessive (Überhaft) lorsque la détention provisoire et la
détention pour des motifs de sûreté ont été ordonnées de manière licite dans le
respect des conditions formelles et matérielles, mais que cette détention
dépasse la durée de la privation de liberté prononcée dans le jugement,
c'est-à-dire dure plus longtemps que la sanction finalement prononcée. En cas
de détention excessive selon l'art. 431 al. 2 CPP, ce n'est pas la détention en
soi, mais seulement la durée de celle-ci qui est injustifiée. La détention ne
sera qualifiée d'excessive qu'après le prononcé du jugement (ATF 141 IV 236
consid. 3.2 p. 238; WEHRENBERG/FRANK, in Basler Kommentar, Schweizerische
Strafprozessordnung, 2e éd., 2014, n° 3 et 21 ad art. 431 CPP; YVONA GRIESSER,
in Kommentar zur Schweizerischen Strafprozessordnung [StPO], 2e éd., 2014, n° 2
ad art. 431 CPP; NIKLAUS SCHMID, Schweizerische Strafprozessordnung [StPO],
Praxiskommentar, 2e éd., 2013, n° 2 ad art. 431 CPP).

1.2.3. La détention avant jugement est toute détention ordonnée au cours d'un
procès pénal; il s'agit de la détention provisoire (art. 224 à 228 CPP), de la
détention pour des motifs de sûreté (art. 229 à 233 CPP) ainsi que de la
détention en vue d'extradition (art. 110 al. 7 CP). L'hospitalisation du
prévenu à des fins d'expertise (cf. art. 186 CPP) doit également être
considérée comme une détention avant jugement lorsque le prévenu est privé de
sa liberté au sein de l'établissement dans lequel il séjourne. L'art. 186 al. 4
CPP prévoit du reste que le séjour à l'hôpital doit être imputé sur la peine
(cf. YVAN JEANNERET, in Commentaire romand, Code pénal I, 2009, n° 7 ad art.
110 CP).

1.2.4. Selon l'art. 431 al. 2 CPP, le prévenu a droit à une indemnité lorsque
la détention a excédé la durée autorisée et que la privation de liberté
excessive ne peut être imputée sur les sanctions prononcées à raison d'autres
infractions. Conformément à l'art. 51 CP, l'art. 431 al. 2 CPP pose la règle
que la détention excessive est d'abord imputée sur une autre sanction et ne
peut donner lieu à une indemnisation que si aucune imputation n'est possible.
L'imputation de la détention a lieu, en premier lieu, sur les peines privatives
de liberté et, en second lieu, sur les autres peines, comme la peine
pécuniaire, le travail d'intérêt général et l'amende. La compensation sous la
forme de l'indemnisation est subsidiaire. L'intéressé n'a aucun droit de
choisir entre l'indemnisation ou l'imputation (ATF 141 IV 236 consid. 3.3 p.
239; arrêts 6B_558/2013 du 13 décembre 2013 consid. 1.5; 6B_169/2012 du 25 juin
2012 consid. 6; 1B_179/2011 du 17 juin 2011 consid. 4.2; SCHMID,
Praxiskommentar, n° 4, 5 et 8 ad art. 431 CPP; le même, Handbuch des
Schweizerischen Strafprozessrechts, 2e éd., 2013, n° 1826 ss p. 816; WEHRENBERG
/FRANK, op. cit., n° 22 ad art. 431 CPP).

1.2.5. L'art. 431 CPP ne traite pas de l'imputation de la détention excessive
sur les mesures thérapeutiques selon les art. 56 ss CP. La jurisprudence a
toutefois admis que la détention provisoire et la détention pour des motifs de
sûreté devaient, en principe, être imputées sur les mesures thérapeutiques au
sens des art. 56 ss CP, malgré leur durée indéterminée (ATF 141 IV 236). Selon
le Tribunal fédéral, cette solution se déduit déjà du texte de l'art. 431 al. 2
CP, qui dispose que la privation de liberté excessive est imputée sur les 
sanctions prononcées, et non pas seulement - comme le prévoit l'art. 51 CP -
sur les peines; or, le terme sanction vise généralement aussi les mesures. En
outre, le message du Conseil fédéral prévoit que, dans les cas où cela est
possible, l'imputation interviendra également sur les mesures privatives de
liberté (FF 2006 p. 1314; ATF 141 IV 236 consid. 3.6 p. 241). Enfin, le
Tribunal fédéral a relevé que le but de la mesure était finalement d'empêcher
la commission de nouvelles infractions pour protéger la communauté, de sorte
qu'il n'allait pas à l'encontre d'une telle imputation (ATF 141 IV 236 consid.
3.7 et 3.8 p. p. 241 ss).

1.3. Par conséquent, la cour cantonale n'a pas violé le droit fédéral en
imputant la détention avant jugement sur la mesure thérapeutique. Le Tribunal
fédéral n'a pas traité la question de savoir comment la détention provisoire et
la détention pour des motifs de sûreté devaient être imputées sur une mesure.
Il a seulement relevé qu'il apparaissait juste que la détention provisoire et
la détention pour des motifs de sûreté soient imputées à l'instar d'une peine
privative de liberté. Une indemnisation sera en conséquence due seulement s'il
devait apparaître ex post que la durée concrète de la mesure était plus courte
dans le cas particulier que la détention provisoire ou pour des motifs de
sureté (arrêt 6B_385/2014 du 23 avril 2014 consid. 4 non publié dans ATF 141 IV
236). L'imputation de la détention excessive et une éventuelle indemnisation
pourra avoir lieu lors de la levée de la mesure (cf. aussi SCHMID,
Praxiskommentar, n° 7 ad art. 431 CP, [la décision sur l'indemnisation peut
éventuellement être ajournée ou être prononcée dans une procédure postérieure
au jugement (art. 363 ss CPP)]). Il n'y a ainsi pas lieu d'examiner à ce stade
l'hypothèse où la mesure thérapeutique serait plus brève que la détention
subie.

Pour le surplus, c'est à juste titre que la cour cantonale a refusé une
indemnité en raison de l'acquittement du délit d'exhibitionnisme.
L'indemnisation du prévenu en cas d'acquittement (total ou partiel) repose sur
l'art. 429 CPP. En cas d'acquittement partiel, l'autorité cantonale doit
s'assurer que c'est pour les faits qu'elle a abandonnés que le prévenu réclame
une indemnisation et une réparation du tort moral (FF 2006, p. 1313). Or, en
l'espèce, la recourante a été mise en détention pour l'ensemble des infractions
commises, indépendamment du délit d'exhibitionnisme.

2. 
La recourante soutient que le prononcé de la mesure institutionnelle en milieu
ouvert viole le principe de la proportionnalité en raison du placement à des
fins d'assistance ordonné le 15 décembre 2014 par le Tribunal de protection de
l'adulte et de l'enfant (ci-après: TPAE).

2.1.

2.1.1. Par ordonnance du 30 août 2013, le TPAE a ordonné le placement à des
fins d'assistance de la recourante auprès de la Clinique de Y.________. Le 19
décembre 2013, il a suspendu l'exécution de ce placement et invité la
recourante à prendre contact avec l'équipe mobile du Service psychiatrique
général des Hôpitaux universitaires de Genève. La recourante a quitté la
Clinique de Y.________ le 7 février 2014. Par ordonnance du 15 décembre 2014,
le TPAE a révoqué le sursis à l'exécution de la mesure de placement à des fins
d'assistance décidée le 19 décembre 2013 et dit que le placement aurait lieu
auprès de la Clinique de Y.________. Le 27 février 2015, la recourante a été
interpellée par la police municipale de Lancy et conduite à la Clinique de
Y.________.

2.1.2. La cour cantonale a considéré que le prononcé d'une mesure
institutionnelle en milieu ouvert au sens de l'art. 59 al. 2 CP n'était pas
incompatible avec le placement à des fins d'assistance ordonné par le TPAE dont
la durée à compter de sa mise en oeuvre n'était pas connue. Elle a ajouté que
le contrôle de l'exécution de la mesure pénale par le Service de l'application
des peines et mesures, et annuellement par le Tribunal d'application des peines
et mesures, étaient par ailleurs autant de garants que la recourante s'y
conforme bien (arrêt attaqué, p. 25).

2.1.3. La recourante soutient que le placement à des fins d'assistance est
suffisant et que le prononcé d'une mesure thérapeutique institutionnelle en sus
de la mesure civile viole le principe de la proportionnalité. Selon la
recourante, la mesure thérapeutique institutionnelle en milieu ouvert n'est pas
nécessaire, du moment que le placement permet déjà d'écarter le danger que
l'auteur ne commette de nouvelles infractions. En outre, la recourante relève
que le double contrôle par deux autorités distinctes, une civile et une pénale,
risque d'aboutir à des décisions contradictoires.

2.2.

2.2.1. Une mesure thérapeutique institutionnelle pour le traitement des
troubles mentaux doit être ordonnée si une peine seule ne peut écarter le
danger que l'auteur commette d'autres infractions, si l'auteur a besoin d'un
traitement ou que la sécurité l'exige et si les conditions prévues à l'art. 59
CP sont remplies (art. 56 al. 1 CP). Selon l'art. 59 CP, le prononcé d'une
mesure thérapeutique institutionnelle suppose, outre l'existence d'un grave
trouble mental, que l'auteur ait commis un crime ou un délit en relation avec
ce trouble (let. a) et qu'il soit à prévoir que cette mesure le détournera de
nouvelles infractions en relation avec ce trouble (let. b).

2.2.2. La mesure institutionnelle est en règle générale limitée à cinq ans, sa
prolongation étant toutefois possible à certaines conditions (art. 59 al. 4
CP). Elle entraîne le plus souvent une perte importante de liberté pour
l'intéressé. Les droits fondamentaux sont ainsi directement touchés. Or, toute
restriction à un droit fondamental doit être proportionnée au but visé (art. 36
al. 3 Cst.). L'art. 56 al. 2 CP concrétise cette exigence de la
proportionnalité. Le prononcé d'une mesure suppose que l'atteinte aux droits de
la personnalité qui en résulte pour l'auteur ne soit pas disproportionnée au
regard de la vraisemblance qu'il commette de nouvelles infractions et de leur
gravité (cf. arrêt 6B_596/2011 du 19 janvier 2012, consid. 3.2.2).
Le principe de la proportionnalité recouvre trois aspects. Une mesure doit être
propre à améliorer le pronostic légal chez l'intéressé (principe de
l'adéquation). En outre, elle doit être nécessaire. Elle sera inadmissible si
une autre mesure, qui s'avère également appropriée, mais porte des atteintes
moins graves à l'auteur, suffit pour atteindre le but visé (principe de la
nécessité ou de la subsidiarité). Enfin, il doit exister un rapport raisonnable
entre l'atteinte et le but visé (principe de la proportionnalité au sens
étroit). La pesée des intérêts doit s'effectuer entre, d'une part, la gravité
de l'atteinte aux droits de la personne concernée et, d'autre part, la
nécessité d'un traitement et la vraisemblance que l'auteur commette de
nouvelles infractions (cf. arrêt 6B_596/2011 du 19 janvier 2012, consid. 3.2.2,
in Forumpoenale 3/12 p. 181/182).

2.2.3. Le droit pénal est autonome et les mesures pénales sont en principe
prioritaires vis-à-vis des mesures fondées sur le droit administratif ou le
droit civil. Le juge pénal doit ainsi ordonner une mesure prévue par le Code
pénal si les conditions en sont réalisées. Il n'est pas autorisé à renoncer à
une mesure pénale, parce qu'il tient une mesure civile ou administrative plus
indiquée dans le cas concret (ATF 92 IV 77 consid. 3 p. 80). Le Tribunal
fédéral a toutefois précisé cette jurisprudence dans un arrêt non publié. Le
juge pénal ne peut pas ignorer les mesures civiles qui servent directement ou
indirectement à prévenir les infractions lors du prononcé d'une mesure pénale.
Lors de l'examen de la nécessité d'une mesure pénale et en particulier du
pronostic légal, il ne peut pas ne pas tenir compte d'une mesure de protection
de l'adulte, par exemple un placement à des fins d'assistance, qui a déjà été
exécuté. Il doit prendre en considération les mesures non pénales dans la
mesure où le danger que la mesure pénale doit combattre n'existe plus ou plus
dans la même mesure (cf. arrêt 6B_596/2011 précité, consid. 3.4.2).

2.3. Se référant à l'expertise, la cour cantonale a considéré que la
dangerosité de la recourante était réelle et que le risque d'infractions du
même genre (à savoir contre la liberté, l'honneur et l'intégrité corporelle)
était important. Une mesure pénale, qui se fonde sur des motifs de sécurité de
la collectivité, est donc plus appropriée que le placement à des fins
d'assistance, qui constitue avant tout une mesure d'assistance. En outre, au
moment du jugement pénal, la cour cantonale n'avait aucune garantie que la
mesure civile soit couronnée de succès. Le 16 février 2015, au moment du
jugement sur appel, le TPAE avait certes déjà ordonné le placement de la
recourante à des fins d'assistance, mais cette mesure civile n'avait pas encore
débuté, puisque la recourante n'a été interpellée et conduite à la Clinique de
Y.________ en vue de son placement à des fins d'assistance que le 27 février
2015. Or, on ne saurait exiger d'un juge pénal qu'il renonce à ordonner une
mesure au bénéfice d'une mesure moins lourde qui n'a pas encore débuté; en
effet, en cas d'échec de cette dernière, le juge pénal ne pourra plus
intervenir (cf. ROTH/THALMANN, in Commentaire romand, Code pénal I, n° 9 ad
art. 56a CP; MARIANNE HEER, in Basler Kommentar, Schweizerische
Strafprozessordnung, 2e éd., 2014, n° 4 ad art. 56a CP). Dans ces conditions,
la cour cantonale n'a pas violé le principe de la proportionnalité en ordonnant
une mesure thérapeutique institutionnelle, alors qu'un placement à des fins
d'assistance avait été ordonné.

3. 
Le recours doit être rejeté.

Comme ses conclusions étaient vouées à l'échec, l'assistance judiciaire ne peut
être accordée (art. 64 al. 1 LTF). La recourante devra donc supporter les frais
(art. 66 al. 1 LTF), dont le montant sera toutefois fixé en tenant compte de sa
situation financière.

Vu l'issue du recours, la requête d'effet suspensif devient sans objet.

 Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce :

1. 
Le recours est rejeté.

2. 
La demande d'assistance judiciaire est rejetée.

3. 
Les frais judiciaires, arrêtés à 800 fr., sont mis à la charge de la
recourante.

4. 
Le présent arrêt est communiqué aux parties et à la Cour de justice de la
République et canton de Genève, Chambre pénale d'appel et de révision.

Lausanne, le 2 février 2016

Au nom de la Cour de droit pénal
du Tribunal fédéral suisse

Le Président : Denys

La Greffière : Kistler Vianin

Navigation

Neue Suche

ähnliche Leitentscheide suchen
ähnliche Urteile ab 2000 suchen

Drucken nach oben