Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 6B.875/2015
Zurück zum Index Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015
Retour à l'indice Strafrechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2015


Wichtiger Hinweis:
Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente
dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet.
Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem
Computer einen aktuellen Browser zu installieren.
Zurück zur Einstiegsseite Drucken
                                                               Grössere Schrift

Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

[8frIR2ALAGK1]     
{T 0/2}
                   
6B_875/2015

Arrêt du 16 décembre 2016

Cour de droit pénal

Composition
MM. et Mme les Juges fédéraux Denys, Président,
Oberholzer et Jametti.
Greffière : Mme Cherpillod.

Participants à la procédure
1. X.X.________,
2. Y.X.________,
tous les deux représentés par
Me Jean-Philippe Troya, avocat,
recourants,

contre

Ministère public de l'Etat de Fribourg,
Commune de Villars-sur-Glâne,
intimés.

Objet
Contravention à la loi fribourgeoise sur l'aide sociale,

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal de l'Etat de Fribourg, Cour d'appel
pénal, du 3 juillet 2015.

Faits :

A. 
A la suite d'un entretien qui s'est déroulé le 29 juin 2012 entre Y.X.________
et un assistant social, les époux Y.X.________ et X.X.________ ont perçu un
montant d'aide sociale pour les mois de juillet et d'août 2012 supérieur à
celui que leur situation financière justifiait. La Commune de Villars-Sur-Glâne
a déposé plainte pénale contre eux.

B. 
Par jugement du 14 avril 2014, le Juge de police de l'arrondissement de la
Sarine a acquitté Y.X.________ et X.X.________ du chef de contravention à
l'aide sociale. Il a constaté que X.X.________ n'avait jamais pris part aux
entretiens avec l'assistant social, de sorte qu'elle n'était pas concernée par
les faits. S'agissant de Y.X.________, il existait un doute quant au fait qu'il
ait adopté un comportement actif de tromperie à l'égard du service social dans
le but d'obtenir indûment des prestations d'assistance.

C. 
Par arrêt du 3 juillet 2015, la Cour d'appel pénal du Tribunal cantonal de
l'Etat de Fribourg a admis l'appel du Ministère public du canton de Fribourg et
l'appel joint de la Commune de Villars-sur-Glâne. Elle a condamné Y.X.________
et X.X.________ pour contravention à l'art. 37a al. 1 de la loi fribourgeoise
du 14 novembre 1991 sur l'aide sociale (LAsoc/FR; RS/FR 831.0.11) à une amende
de respectivement 500 fr. et 300 fr., ainsi qu'aux frais de procédure de
première et de deuxième instance.

D. 
Y.X.________ et X.X.________ forment un recours en matière pénale auprès du
Tribunal fédéral contre cet arrêt. Ils concluent à sa réforme en ce sens que
l'appel et l'appel joint sont rejetés, le jugement de première instance est
confirmé, les frais de toutes les procédure sont mis à la charge de l'Etat et
une indemnité équitable de 6000 fr. leur est octroyée pour réparation du tort
moral subi. Ils sollicitent le bénéfice de l'assistance judiciaire.
Interpellés, l'autorité précédente a renoncé à se déterminer, le ministère
public a fait de même, renvoyant aux considérants exposés dans la déclaration
d'appel du 23 décembre 2014. La Commune de Villars-sur-Glâne a conclu, avec
suite de frais et dépens, à l'irrecevabilité du recours, subsidiairement à son
rejet. Ces écritures ont été transmises à Y.X.________ et X.X.________.

Considérant en droit :

1. 
Les conditions de recevabilité du recours en matière pénale sont satisfaites,
notamment à raison de la qualité pour recourir. La motivation répond aux
exigences posées par les art. 42 al. 2 et 106 al. 2 LTF. Le recours est
recevable.
Le renvoi du ministère public à une écriture annexe est irrecevable. Il en va
de même des déterminations de l'intimée dès lors qu'elles se fondent sur des
faits non constatés par l'autorité précédente, sans que l'arbitraire de leur
omission ne soit invoqué (cf. art. 105 LTF).

2. 
Les recourants estiment que la contravention prévue par l'art. 37a al. 1 LAsoc/
FR ne sanctionne pas la seule violation d'une obligation de communiquer. Se
référant à l'état de fait de l'arrêt attaqué, qui reprend les constatations de
fait du jugement de première instance, les recourants contestent que le
recourant ait agi volontairement ou par négligence, pas même par dol éventuel,
lors de l'entretien du 29 juin 2012.

2.1. L'infraction litigieuse est prévue par une disposition de droit cantonal.
Sa poursuite et son jugement ne sont pas régis directement par le CPP (art. 1
al. 1 CPP a contrario).
Dès lors que l'on ne se trouve pas dans l'une des hypothèses prévues par l'art.
95 let. c - e LTF, le recours n'est ouvert que pour autant qu'il y ait
violation du droit fédéral, en particulier une violation de l'interdiction de
l'arbitraire découlant de l'art. 9 Cst. (ATF 140 III 385 consid. 2.3 p. 387;
139 III 252 consid. 1.4 p. 254; sur la notion d'arbitraire, cf. ATF 141 III 564
consid. 4.1 p. 566). Le Tribunal fédéral n'examine la violation arbitraire de
dispositions de droit cantonal que si ce grief a été invoqué et motivé par le
recourant (art. 106 al. 2 LTF).
Cela étant, l'art. 112 al. 1 let. b LTF exige que les décisions qui peuvent
faire l'objet d'un recours devant le Tribunal fédéral contiennent les motifs
déterminants de fait et de droit, notamment les dispositions légales
appliquées. Une décision doit ainsi clairement exposer sur quel état de fait le
tribunal s'est fondé et quelles réflexions juridiques il en a tiré (ATF 141 IV
244 consid. 1.2.1 p. 246). Si une décision attaquée ne satisfait pas aux
exigences fixées à l'art. 112 al. 1 LTF, le Tribunal fédéral peut soit la
renvoyer à l'autorité cantonale en invitant celle-ci à la parfaire, soit
l'annuler (art. 112 al. 3 LTF).

2.2. Aux termes de l'art. 37a al. 1 LAsoc/FR, est passible d'amende celui qui
obtient illégalement une aide matérielle, en particulier par des déclarations
fausses ou incomplètes, celui qui l'utilise à des fins non conformes à la
présente loi ou celui qui ne rembourse pas les avances d'aide sociale versées à
titre d'avance sur des prestations d'assurance ou de tiers.
Selon l'autorité précédente, la violation de l'obligation de renseigner ancrée
à l'art. 24 al. 3 LAsoc/FR ne constitue pas une perception indue de prestations
au sens de l'art. 37a LAsoc/FR; l'obligation d'informer prévue par l'art. 24
LAsoc/FR ne fonde pas une position de garant (arrêt attaqué, p. 5).
Sauf disposition légale contraire, les infractions au droit cantonal
fribourgeois sont punissables même quand elles ont été commises par négligence
(art. 10 al. 2 de la loi fribourgeoise du 6 octobre 2006 d'application du code
pénal; LACP/FR; RS/FR 31.1; arrêt attaqué, p. 5 let. b).

2.3. S'agissant de la recourante, l'autorité précédente a constaté que celle-ci
ne s'était pas présentée aux entretiens du 29 juin 2012 et du 30 juillet 2012
et n'avait de ce fait pas émis de déclarations. Elle a toutefois retenu qu'elle
avait bénéficié des prestations d'aide sociale au même titre que son mari et
n'ignorait pas son obligation d'information. Elle aurait dû réagir dès la
réception du premier versement le 3 juillet 2012 en fournissant à l'aide
sociale des décomptes de chômage. En restant passive dès ce premier versement,
la recourante s'était au moins accommodée du fait que des prestations indues
seraient à nouveau payées. Elle devait dès lors être reconnue coupable de
contravention à la LASoc/FR.
Ce raisonnement ne peut être suivi. En effet, l'autorité précédente ne retient
à juste titre pas de déclaration fausse de la part de la recourante, mais
uniquement une omission d'informer, de réagir. Il s'agit d'un cas d'omission
pure qui ne peut, faute notamment que des questions spécifiques aient été
posées à la recourante par l'assistant social, être appréhendé comme un acte de
commission par actes concluants. Or, au vu de l'appréciation faite par
l'autorité précédente du champ d'application de l'art. 37a al. 1 LASoc/FR, une
telle omission n'est pas suffisante pour retenir une contravention au sens de
cette disposition. Que la recourante ait reçu l'argent et ce qu'elle aurait
fait ensuite sont impropres à pallier l'absence d'un comportement objectivement
punissable de la part de la recourante, préalable au versement.
Il résulte de ce qui précède que le recours doit être admis en ce qui concerne
la condamnation de la recourante, l'arrêt annulé et la cause renvoyée à
l'autorité cantonale pour nouvel examen et nouvelle décision.

2.4. Quant au recourant, l'autorité précédente a jugé l'art. 398 al. 4 CPP
applicable à la cause. Selon cette disposition, appliquée ici à titre de droit
cantonal supplétif, lorsque seules des contraventions ont fait l'objet de la
procédure de première instance, l'appel ne peut être formé que pour le grief
que le jugement est juridiquement erroné ou que l'état de fait a été établi de
manière manifestement inexacte ou en violation du droit; aucune nouvelle
allégation ou preuve ne peut être produite. L'autorité précédente a par
conséquent jugé que son pouvoir d'examen était limité dans l'appréciation des
faits à ce qui avait été établi par les premiers juges de manière arbitraire.
Dans sa partie fait, elle a constaté que ceux-ci avaient retenu un doute quant
au fait que le recourant avait adopté un comportement actif de tromperie dans
le but d'obtenir indûment des prestations d'assistance. Sans critiquer cette
constatation, l'autorité précédente a néanmoins considéré dans sa partie en
droit, invoquant des éléments tirés des pièces au dossier, que le recourant
était conscient du caractère incomplet des indications fournies et qu'en ne
réagissant qu'une semaine après avoir constaté que le montant effectivement
versé était trop élevé, il s'était à tout le moins accommodé du fait que des
prestations auxquelles il n'avait pas droit lui seraient versées. L'autorité
précédente a par conséquent jugé qu'il s'était rendu coupable de violation de
l'art. 37a al. 1 LASoc/FR à tout le moins par négligence, voire par dol
éventuel.
Cette motivation ne permet pas de comprendre si l'autorité précédente reproche
au recourant un comportement intentionnel ou une imprévoyance coupable
constitutive de négligence et donc si elle le condamne pour infraction
intentionnelle ou pour infraction par négligence. Tout en mentionnant la
négligence, l'autorité précédente semble toutefois fonder sa condamnation sur
une infraction intentionnelle (cf. notamment arrêt attaqué, p. 8 qui, dans le
cadre de la fixation de la peine, expose que le comportement reproché aux
recourants est d'avoir " agi pour obtenir une prestation à laquelle ils
savaient ne pas avoir droit "). L'autorité précédente ne constate toutefois pas
- éléments factuels nécessaires pour retenir en droit une intention - que le
recourant, outre qu'il aurait été conscient de donner des informations
incomplètes lors de la séance du 29 juin 2012, aurait également été conscient,
lors de cette séance, que la communication de telles informations était propre
à conduire à l'obtention de prestations indues - éléments tous deux niés par
les premiers juges au vu des circonstances particulières du cas (annonce
spontanée le 2 avril 2012 du recourant que son épouse s'était inscrite au
chômage, recourant visiblement " shooté " par les médicaments que son médecin
lui prescrivait lors de l'entretien du 29 juin 2012, interruption prématurée
dudit entretien, remise spontanément des décomptes de chômage de son épouse
lors du rendez-vous suivant; arrêt attaqué, p. 2 let. B; jugement du 14 avril
2014, p. 13 s.). L'autorité précédente fonde ainsi ses reproches non pas sur
les faits retenus par l'autorité de première instance, auxquels elle était liée
faute d'en avoir constaté le caractère arbitraire, mais sur des faits qu'elle
établit librement et de manière incomplète pour retenir en droit une intention.
Ce faisant, on ne perçoit pas dans quelle mesure ni comment l'autorité
précédente a fait application de l'art. 398 al. 4 CPP. L'arrêt attaqué ne
permet pas non plus de comprendre sur quels faits l'autorité précédente s'est
fondée pour retenir que l'élément subjectif aurait été réalisé au moment de
l'entretien du 29 juin 2012.
Il résulte de ce qui précède que, s'agissant du recourant, l'arrêt entrepris ne
répond pas aux réquisits de l'art. 112 al. 1 let. b LTF, n'étant complet ni
dans les motifs déterminants de fait, ni dans les motifs déterminants de droit.
Il doit dès lors être annulé et la cause renvoyée à l'autorité précédente pour
nouvelle décision au sens du considérant ci-dessus.

3. 
Vu le sort du recours, il n'y a pas lieu d'examiner les autres griefs soulevés
par les recourants qui deviennent sans objet.
Le présent arrêt est rendu sans frais (art. 66 al. 1 et 4 LTF). Les recourants,
qui obtiennent gain de cause, peuvent prétendre à une indemnité de dépens à la
charge du canton de Fribourg et de l'intimée, solidairement entre eux (art. 66
al. 5 et 68 al. 1, 2 et 4 LTF). Ce qui précède rend sans objet la requête
d'assistance judiciaire formulée par les recourants.

 Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce :

1. 
Le recours est admis, l'arrêt attaqué est annulé et la cause est renvoyée à
l'autorité cantonale pour nouvelle décision.

2. 
Il n'est pas perçu de frais judiciaires.

3. 
Le canton de Fribourg et la Commune de Villars-Sur-Glâne, solidairement entre
eux, verseront au conseil des recourants, créanciers solidaires, une indemnité
de 3'000 fr. à titre de dépens pour la procédure devant le Tribunal fédéral.

4. 
Le présent arrêt est communiqué aux parties et au Tribunal cantonal de l'Etat
de Fribourg, Cour d'appel pénal.

Lausanne, le 16 décembre 2016

Au nom de la Cour de droit pénal
du Tribunal fédéral suisse

Le Président : Denys

La Greffière : Cherpillod

Navigation

Neue Suche

ähnliche Leitentscheide suchen
ähnliche Urteile ab 2000 suchen

Drucken nach oben