Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Schuldbetreibungs- und Konkurskammer 7B.161/2005
Zurück zum Index Schuldbetreibungs- und Konkurskammer 2005
Retour à l'indice Schuldbetreibungs- und Konkurskammer 2005


7B.161/2005 /frs

Arrêt du 31 octobre 2005
Chambre des poursuites et des faillites

Mme et MM. les Juges Hohl, Présidente,
Meyer et Marazzi.
Greffier: M. Fellay.

X. ________,
recourant, représenté par Me Marc-Olivier Buffat, avocat,

contre

Cour des poursuites et faillites du Tribunal cantonal du canton de Vaud, en
qualité d'autorité supérieure de surveillance, route du Signal 8, 1014
Lausanne.

notification du commandement de payer,

recours LP contre l'arrêt de la Cour des poursuites et faillites du Tribunal
cantonal du canton de Vaud, en qualité d'autorité supérieure de surveillance,
du 11 août 2005.

La Chambre considère en fait et en droit:

1.
1.1 Le 6 janvier 2004, à la réquisition de A.________ AG, l'Office des
poursuites de Lausanne-Ouest a établi un commandement de payer n° xxxxx à
l'encontre de X._________, domicilié à Lausanne, pour les montants, en
capital, de 16'669 fr. 70 représentant diverses factures et de 100 fr.
correspondant aux frais du commandement de payer contre la codébitrice
solidaire dame X.________, épouse du poursuivi domiciliée à la même adresse.

Le commandement de payer destiné à X.________ n'a pas été retiré dans le
délai de garde postal. Selon un accord téléphonique, il a finalement été
envoyé à son épouse par la poste le 23 janvier 2004. A défaut d'opposition,
la créancière a requis la continuation de la poursuite en cause et une
commination de faillite a été notifiée le 18 mai 2004 à l'épouse du
poursuivi.

A l'audience de faillite du 9 septembre 2004, le poursuivi a soulevé le moyen
tiré du vice dans la notification du commandement de payer, déclarant ne
l'avoir jamais reçu. Saisie par le juge de la faillite en application de
l'art. 173 al. 2 LP, l'autorité cantonale inférieure de surveillance a, par
prononcé du 14 mars 2005, constaté la validité de la poursuite, ainsi que
l'absence d'opposition au commandement de payer, et retourné le dossier au
juge de la faillite. Sur recours du poursuivi, la Cour des poursuites et
faillites du Tribunal cantonal vaudois a confirmé le prononcé de l'autorité
inférieure de surveillance par arrêt du 11 août 2005.

1.2 Le poursuivi a recouru à la Chambre des poursuites et des faillites du
Tribunal fédéral par acte du 22 août 2005. Sa demande d'effet suspensif a été
admise par ordonnance présidentielle du 29 août 2005.

2.
Il est constant que la notification du commandement de payer litigieux a été
affectée d'un vice, car cet acte ne pouvait être adressé à son destinataire
sous simple pli postal, même avec l'accord de celui-ci (ATF 120 III 117
consid. 2b; 117 III 7 consid. 3b p. 9; 116 III 8 consid. 1a).

2.1 En principe, la notification irrégulière du commandement de payer n'est
pas sanctionnée de nullité absolue: l'acte est simplement annulable dans le
délai de plainte de dix jours de l'art. 17 al. 2 LP. Ce n'est que si l'acte
n'est pas du tout parvenu en mains du débiteur que la poursuite est
absolument nulle et que sa nullité peut et doit être constatée en tout temps.
Si, malgré le vice de la notification, le commandement de payer est néanmoins
parvenu en mains du poursuivi, il produit ses effets aussitôt que celui-ci en
a eu connaissance; dans un tel cas, le délai pour porter plainte (contre la
notification) ou pour faire opposition commence à courir du moment où le
débiteur a eu effectivement connaissance de l'acte (ATF 128 III 101 consid. 2
p. 104; 120 III 114; 112 III 81 consid. 2 p. 84; 110 III 9 consid. 2 p. 11;
104 III 12 consid. 1 p. 13).

2.2 Comme l'ont relevé à juste titre les autorités cantonales de
surveillance, le poursuivi a eu une connaissance effective du commandement de
payer et de sa teneur exacte lorsqu'il a reçu la commination de faillite.
Sommation réitérée de payer la prétention en poursuite en capital, intérêts
et frais (P.-R. Gilliéron, Commentaire de la loi fédérale sur la poursuite
pour dettes et la faillite, n. 6 ad art. 160 LP), cette commination énonçait
en effet, en vertu de l'art. 160 al. 1 ch. 1 LP, les indications prescrites
pour la réquisition de poursuite, à savoir l'identité de la créancière et des
poursuivis, le montant de la créance, les titre et date de celle-ci ou cause
de l'obligation (art. 67 al. 1 LP), soit les indications essentielles du
commandement de payer (art. 69 al. 2 ch. 1 LP); la commination portait en
outre le numéro de la poursuite et mentionnait la date du commandement de
payer (art. 160 al. 1 ch. 2 LP). A réception de la commination de faillite le
18 mai 2004, le poursuivi disposait dès lors du délai légal de dix jours pour
porter plainte ou former opposition, ce qu'il n'a pas fait. C'est donc à bon
droit que la cour cantonale a retenu que l'inaction de l'intéressé au mois de
mai 2004 a couvert le vice de notification du commandement de payer du mois
de janvier 2004 (cf. P.-R. Gilliéron, Poursuite pour dettes, faillite et
concordat, 4e éd. 2005, n. 498; Yves Donzallaz, La notification en droit
interne suisse, p. 545, n. 1145).

2.3 Le recourant tente vainement de faire admettre que le commandement de
payer ne serait jamais parvenu en ses mains, ce qui justifierait à ses yeux
un constat de nullité absolue. Non seulement il a été en mesure, comme on
vient de le relever, de prendre connaissance de la teneur exacte du
commandement de payer lors de la notification de la commination de faillite,
mais encore il est dans l'ordre des choses que son épouse, qui a réceptionné
le commandement de payer le 23 janvier 2004, ait pu lui remettre cet acte à
ce moment-là déjà, du moment que les époux poursuivis solidairement partagent
le même domicile (ATF 110 III 9 consid. 2 p. 12 première phrase, a
contrario).
Le recourant ne peut par ailleurs rien tirer en sa faveur du fait - allant de
soi - que la commination de faillite ne contenait aucune indication de voies
de droit contre le commandement de payer, car le recours à l'autorité de
surveillance dans les dix jours, voie de droit expressément indiquée dans la
commination (art. 160 al. 1 ch. 4 LP), permet d'invoquer de nombreux motifs,
entre autres celui tiré d'un commandement de payer irrégulièrement notifié et
non exécutoire (cf. Gilliéron, Poursuite pour dettes, n. 1434;
Jaeger/Walder/Kull/Kottmann, Bundesgesetz über Schuldbetreibung und Konkurs,
4e éd., n. 3 ad art. 160 LP).

3.
Il résulte de ce qui précède que le recours doit être rejeté.

Conformément aux art. 20a al. 1 LP, 61 al. 2 let. a et 62 al. 2 OELP, il n'y
a pas lieu de percevoir d'émolument de justice, ni d'allouer des dépens.

Par ces motifs, la Chambre prononce:

1.
Le recours est rejeté.

2.
Le présent arrêt est communiqué en copie au mandataire du recourant, à
A.________ AG, à l'Office des poursuites de Lausanne-Ouest et à la Cour des
poursuites et faillites du Tribunal cantonal du canton de Vaud.

Lausanne, le 31 octobre 2005

Au nom de la Chambre des poursuites et des faillites
du Tribunal fédéral suisse

La présidente:  Le greffier: