Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

Strafrechtliche Abteilung, NB in Strafsachen 6S.129/2007
Zurück zum Index Strafrechtliche Abteilung, NB in Strafsachen 2007
Retour à l'indice Strafrechtliche Abteilung, NB in Strafsachen 2007


6S.129/2007 /bri

Arrêt du 28 juin 2007
Cour de cassation pénale

MM. les Juges Wiprächtiger, Juge présidant,
Ferrari et Favre.
Greffier: M. Fink.

X. ________,
recourant, représenté par Me Dominique Rigot, avocat,

contre

Ministère public du canton de Vaud, case postale, 1014 Lausanne.

Fixation de la peine (art. 63 CP); durée de la peine accessoire d'expulsion
(art. 55 et 63 CP); sursis à l'expulsion (art. 41 et 55 CP),

pourvoi en nullité contre l'arrêt du Tribunal cantonal
du canton de Vaud, Cour de cassation pénale, du 18 décembre 2006.

Faits :

A.
Par un arrêt du 18 décembre 2006, la Cour de cassation pénale du Tribunal
cantonal vaudois a partiellement admis le recours de X.________, né en 1983,
contre sa condamnation par le Tribunal correctionnel de l'arrondissement de
l'Est vaudois (jugement du 5 octobre 2006). Le recours a été admis sur un
point mineur (12 jours d'arrêts). En définitive, la condamnation est de 20
mois d'emprisonnement, 500 fr. d'amende, peine partiellement complémentaire à
celle du 3 juin 2005 prononcée par le Gerichtskreis VIII Bern-Laupen, avec
expulsion du territoire suisse durant 5 ans et révocation du sursis à une
expulsion durant 3 ans.

Les infractions retenues à la charge du condamné sont les suivantes: vol,
tentative de vol, dommages à la propriété, contrainte, violation de domicile,
violation grave des règles de la circulation, infractions à la LCR, violation
des devoirs en cas d'accident, vol d'usage, circulation sans permis de
conduire ni permis de circulation, conduite d'un véhicule non couvert par une
assurance RC, usage abusif de permis ou de plaques, contravention à la LStup
et infraction à la loi fédérale sur les armes.

En bref, la Cour de cassation cantonale a considéré que la peine était
adéquate même compte tenu de l'absence d'infractions depuis plus d'une année
et de la possibilité de trouver du travail dans un magasin. La durée de
l'expulsion ne serait pas arbitrairement sévère et le refus du sursis à
l'expulsion échapperait au grief d'arbitraire en raison notamment de
l'inefficacité du sursis assortissant l'expulsion prononcée en 2003.

B.
En temps utile, le condamné a saisi le Tribunal fédéral d'un pourvoi en
nullité tendant à l'annulation de l'arrêt du 18 décembre 2006 et au renvoi de
la cause à la Cour cantonale.

En résumé, le recourant soutient que la peine de 20 mois d'emprisonnement
sans sursis serait arbitrairement sévère, que sa présence en Suisse depuis
l'âge de 11 ans a créé des attaches menacées sérieusement par l'expulsion et
que sa bonne conduite depuis 2005 justifierait un sursis à l'expulsion (et le
maintien du sursis précédent).
Le recourant sollicite l'assistance judiciaire.

C.
La Cour de cassation cantonale n'a pas présenté d'observations. Elle s'est
référée aux considérants de son arrêt.

Le Tribunal fédéral considère en droit:

1.
L'arrêt attaqué a été rendu avant l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2007 de
la loi fédérale sur le Tribunal fédéral (LTF; RS 173.110). Conformément à
l'art. 132 al. 1 LTF, cette loi ne s'applique aux procédure de recours que si
l'acte atttaqué a été rendu après son entrée en vigueur. C'est donc sur la
base de l'ancien droit de procédure, en l'espèce les art. 268 ss PPF relatifs
au pourvoi en nullité, que doit être tranchée la présente cause.

Le 1er janvier 2007, sont également entrées en vigueur les nouvelles
dispositions de la partie générale du CP. Toutefois, celles-ci ne sont pas
non plus applicables puisque le Tribunal fédéral saisi d'un pourvoi en
nullité examine uniquement la question de savoir si l'autorité cantonale a
correctement appliqué le droit fédéral (art. 269 al. 1 PPF), c'est-à-dire
celui qui était en vigueur au moment où elle a statué (ATF 129 IV 49
consid. 5.3 p. 51 et les arrêt cités).

2.
En premier lieu, le recourant fait grief à l'autorité cantonale d'avoir violé
l'art. 63 aCP en prononçant une peine arbitrairement sévère, fruit d'un abus
de son pourvoir d'appréciation.

L'arrêt attaquée rappelle les condamnations figurant au casier judiciaire,
soit une en 2002, deux en 2003, une en 2004 et une en 2005. Les faits jugés
en 2006 ne sont pas contestés. La Cour cantonale renonce à les énumérer mais
précise que l'accusé, consommateur principalement de marijuana, a commis de
nombreux vols et diverses infractions routières entre l'été et l'automne
2004, qu'il s'est rendu coupable de contrainte au préjudice de son ex-amie en
2005 et qu'il a été trouvé porteur d'une arme prohibée en août 2005.

Face à ces nombreuses infractions et à ces antécédents, qui dénotent un
profond mépris des règles en vigueur et des décisions judiciaires, une peine
ferme de 20 mois d'emprisonnement n'est pas arbitrairement sévère. L'absence
d'actes délictueux depuis plus d'un an, la formation professionnelle et la
perspective de trouver du travail constituent certes des points positifs. Ils
sont cependant insuffisants pour que la sanction paraisse résulter d'un abus
du pouvoir d'appréciation de l'autorité cantonale. Le grief de violation de
l'art. 63 aCP est mal fondé.

3.
Le recourant s'en prend ensuite au principe et à la durée de la peine
accessoire d'expulsion (art. 55 aCP).

3.1 Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle partie générale du CP, le 1er
janvier 2007, l'institution de l'expulsion judiciaire a été abolie. Les
dispositions finales de la modification du 13 décembre 2002 du CP prévoient
que les peines accessoires, dont l'expulsion selon l'art. 55 aCP, sont
supprimées par le fait de l'entrée en vigueur du nouveau droit si elles ont
été prononcées en vertu de l'ancien droit (ch. 1 al. 2 des dispositions
finales).

Dans l'arrêt 6S.16/2007 du 6 mars 2007 (consid. 4.2), la Cour de céans a
toutefois précisé que malgré la suppression de l'expulsion judiciaire, celui
qui la conteste a un intérêt juridique suffisant car cette peine accessoire
demeure inscrite au casier judiciaire.

3.2 La jurisprudence relative à l'expulsion judiciaire a été exposée dans
l'ATF 123 IV 107 consid. 1. On peut s'y réferer et la Cour cantonale ne l'a
pas ignorée. A bon droit, elle a considéré que le principe et la durée de
l'expulsion doivent être fixés en fonction de la culpabilité ainsi que de la
situation personnelle et que cette durée doit respecter le principe de la
proportionnalité avec la peine. A la lumière de ces critères, elle a conclu
que la persistance dans la délinquance, dont le recourant a clairement fait
preuve depuis 2001 au moins, justifiait le prononcé d'une expulsion malgré
les attaches avec la Suisse. Quant à la durée de l'expulsion de 5 ans, elle
n'a pas été jugée disproportionnée face à la peine de 20 mois
d'emprisonnement.

Ces considérants sont convaincants. On peut y ajouter que la peine accessoire
d'expulsion de 3 ans, avec sursis, prononcée en 2003 n'a pas eu l'effet
dissuasif recherché. Il se justifiait donc d'en augmenter la durée.
Contrairement à l'argumentation présentée, l'autorité cantonale n'a pas omis
les attaches du recourant avec la Suisse mais les a estimées trop peu
profondes pour contrebalancer sa lourde culpabilité. En cela, elle n'a pas
outrepassé son large pouvoir d'appréciation. L'art. 55 al. 1 aCP n'a pas été
violé.

4.
Le recourant soutient encore que le sursis à l'expulsion aurait dû être
accordé (art. 41 aCP). Les instances cantonale n'auraient pas suffisamment
pris en compte la bonne conduite de l'intéressé depuis sa condamnation du
mois de juin 2005. Il fait valoir ses missions de travail temporaire
permettant le remboursement partiel de ses dettes et l'emploi trouvé dans une
grande surface, où sa soeur est apprentie.

La Cour cantonale a considéré que depuis la condamnation à l'expulsion durant
3 ans avec sursis  (prononcée au mois d'août 2003), l'accusé savait devoir
quitter la Suisse en cas de nouvelle infraction. Cet avertissement ne l'a pas
dissuadé d'abandonner la délinquance. Il a trahi la confiance mise en lui.
Ainsi, aucun pronostic favorable ne se justifiait. Dès lors, d'après
l'autorité cantonale, il n'était pas arbitraire de conclure que les
conditions de l'art. 41 ch. 1 aCP n'étaient pas réunies.

Compte tenu du large pouvoir d'appréciation reconnu à l'autorité qui doit
poser le diagnostic en matière de sursis, les considérants de la Cour
cantonale  ne violent pas le droit fédéral. Certes, le recourant semble se
détourner de la délinquance. Cependant, cette attitude encourageante est trop
récente pour que le refus du sursis soit contraire à l'art. 41 aCP. Le grief
est rejeté.

5.
Quant à la révocation du sursis à l'expulsion durant 3 ans (condamnation du
21 août 2003) le recourant se limite à demander qu'elle soit annulée. Il ne
discute aucunement les considérants de l'arrêt attaqué - ch. V, p. 10 - où la
Cour cantonale relève que les actes reprochés à l'accusé ont été commis
durant le délai d'épreuve et qu'ils ne sont pas de peu de gravité (art. 41
ch. 3 al. 1 et al. 2 aCP). Faute de motivation satisfaisant aux exigences de
l'art. 273 al. 1 let. b PPF, le pourvoi est irrecevable sur ce point.

6.
Dans la mesure où il est recevable, le pourvoi est mal fondé. Il paraissait
d'emblée voué à l'échec ce qui ne permet pas l'octroi de l'assistance
judiciaire demandée.

Un émolument est mis à la charge du recourant qui succombe. Le montant exigé
est fixé en tenant compte de la situation économique précaire de l'intéressé.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le pourvoi en nullité est rejeté dans la mesure où il est recevable.

2.
La demande d'assistance judiciaire est rejetée.

3.
Un émolument judiciaire de 800 fr. est mis à la charge du recourant.

4.
Le présent arrêt est communiqué en copie au recourant, au Ministère public du
canton de Vaud et au Tribunal cantonal du canton de Vaud, Cour de cassation
pénale.

Lausanne, le 28 juin 2007

Au nom de la Cour de cassation pénale
du Tribunal fédéral suisse

Le Juge présidant:  Le greffier: