Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

I. Sozialrechtliche Abteilung, Beschwerde in öffentlich-rechtlichen Angelegenheiten 8C.496/2007
Zurück zum Index I. Sozialrechtliche Abteilung, Beschwerde in öffentlich-rechtlichen Angelegenheiten 2007
Retour à l'indice I. Sozialrechtliche Abteilung, Beschwerde in öffentlich-rechtlichen Angelegenheiten 2007


Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
8C_496/2007

Arrêt du 29 avril 2008
Ire Cour de droit social

Composition
MM. et Mme les Juges Ursprung, Président,
Leuzinger et Frésard.
Greffière: Mme von Zwehl.

Parties
La Caisse Vaudoise, Département LAA, Rue Caroline 11, 1001 Lausanne,
recourante,

contre

M.________,
intimée, représentée par Protekta Assurance
de protection juridique SA, av. du Théâtre 7, 1002 Lausanne.

Objet
Assurance-accidents,

recours contre le jugement du Tribunal des assurances du canton de Vaud du 27
avril 2007.

Faits:

A.
M.________ travaille au service de X.________. A ce titre, elle est assurée à
la Caisse vaudoise, Département LAA (ci-après : la caisse) pour
l'assurance-accidents obligatoire.

Le 1er novembre 2004, l'employeur de la prénommée a rempli une déclaration
d'accident LAA à l'intention de la caisse en raison d'un événement survenu le
30 octobre précédent et ayant entraîné une "luxation de la rotule + ligaments
déchirés". L'accident était décrit comme suit : "En dansant, la rotule du genou
gauche de l'assurée est sortie". Invitée par la caisse à répondre à un
questionnaire, M.________ a repris les mêmes termes pour décrire les
circonstances de l'événement; elle a répondu "oui" à la question de savoir si
l'activité s'était déroulée dans des circonstances normales et tracé un trait
oblique à celle de savoir s'il s'était produit un événement particulier.
Estimant nécessaire un complément d'information, la caisse a organisé un
entretien entre un de ses représentants et l'assurée. A cette occasion, cette
dernière a déclaré qu'en raison de l'irrégularité du sol de la piste de danse
(composé de plaques métalliques), elle avait effectué un faux mouvement à la
suite duquel la rotule de son genou gauche s'était déplacée (procès-verbal du
1er mars 2005). L'assureur-accidents a par ailleurs requis le dossier de
M.________ auprès de la CNA en relation avec un accident similaire survenu en
1992 (luxation de la rotule gauche en dansant).

Par décision du 12 mai 2005, la caisse a mis un terme à ses prestations au 31
décembre 2004, considérant que l'atteinte avait été tout au plus révélée mais
pas causée par l'événement du 30 octobre 2004. L'assurée a formé opposition.
Dans une nouvelle décision du 20 janvier 2006, l'assureur-accidents a confirmé
sa position en précisant qu'il n'aurait pas dû intervenir du tout, au motif que
les faits annoncés n'étaient constitutifs ni d'un accident ni d'une lésion
assimilée; il renonçait cependant à réclamer les prestations déjà versées
jusqu'au 31 décembre 2004.

B.
Saisi d'un recours de l'intéressée, le Tribunal des assurances du canton de
Vaud l'a admis par jugement du 27 avril 2007, notifié le 17 juillet suivant. Il
a annulé la décision attaquée (du 20 janvier 2006) et renvoyé le dossier à la
caisse pour que celle-ci en complète l'instruction puis rende une nouvelle
décision conformément aux considérants.

C.
La caisse interjette un recours en matière de droit public dans lequel elle
conclut, avec suite de frais et dépens, à la réforme du jugement cantonal en ce
sens que "la luxation de la rotule du genou gauche ainsi que ses suites ne sont
pas à charge de l'assurance-accidents obligatoire".

M.________ conclut au rejet du recours, tandis que l'Office fédéral de la santé
publique a renoncé à se déterminer.

Considérant en droit:

1.
1.1 Aux art. 90 à 93, la LTF opère une distinction entre décisions finales,
décisions partielles, ainsi que décisions préjudicielles et incidentes, et
établit ainsi une terminologie unifiée pour toutes les procédures. Dans un
arrêt récent publié aux ATF 133 V 477, le Tribunal fédéral a eu l'occasion de
préciser la portée de ces notions dans le domaine du droit des assurances
sociales. Il a jugé qu'un jugement cantonal qui renvoie la cause pour nouvelle
décision, dès lors qu'il ne met pas fin à la procédure ou qu'il ne statue pas
sur un objet dont le sort est indépendant de celui qui reste litigieux, ne
constitue ni une décision finale ni une décision partielle selon la
réglementation de la LTF, mais doit être qualifié de décision incidente. Une
telle décision ne peut être attaquée qu'aux conditions alternatives de l'art.
93 al. 1 LTF, à savoir si elle peut causer un préjudice irréparable (let. a) ou
si l'admission du recours peut conduire immédiatement à une décision finale qui
permet d'éviter une procédure probatoire longue et coûteuse (let. b).

1.2 Un préjudice irréparable au sens de cette disposition est un dommage de
nature juridique qui ne peut pas être réparé ultérieurement par un jugement
final ou une autre décision favorable au recourant (ATF 133 V 645 consid. 2.1
p. 647; arrêt du 9 janvier 2008, 4A_253/2007 consid. 2.1, prévu pour la
publication). En revanche, un dommage de pur fait, comme la prolongation de la
procédure ou un accroissement des frais de celle-ci, n'est pas considéré comme
irréparable (ATF 131 I 57 consid. 1 p. 59 et les arrêts cités). Un jugement
cantonal de renvoi pour instruction complémentaire et nouvelle décision ne
cause un dommage irréparable à l'administration que dans la mesure où il
comporte des instructions sur la manière dont celle-ci devra trancher certains
aspects du rapport litigieux, restreignant ainsi de manière importante sa
latitude de jugement, si bien qu'elle ne peut plus s'en écarter (ATF 133 V 477
consid. 5.2 p. 483).

1.3 En l'espèce, le jugement entrepris est une décision incidente dans laquelle
la juridiction cantonale a constaté, d'une part, que "[M.________] a été
victime d'un accident au sens des dispositions légales" et, d'autre part, que
"l'instruction était insuffisante sur [la] question [de la causalité]". La
première constatation a une portée impérative pour l'assureur-accidents
puisqu'elle implique pour lui l'obligation de prester. En cela, la recourante
subit un préjudice irréparable au sens de l'art. 93 al. 1 let. a LTF. Il
convient par conséquent d'entrer en matière sur le recours (cf. ATF 133 V 477
consid. 5.2 p. 483).

2.
Les premiers juges ont correctement exposé le contenu de l'art. 9 al. 2 OLAA,
de même que les précisions apportées par la jurisprudence sur l'octroi des
prestations en cas de lésions corporelles assimilées à un accident (cf. ATF 129
V 466), de sorte qu'on peut y renvoyer. On rappellera que l'exigence d'un
facteur dommageable extérieur n'est pas donnée lorsque l'assuré fait état de
douleurs apparues pour la première fois après avoir accompli un geste de la vie
courante (par exemple en se levant, en s'asseyant, en se couchant ou en se
déplaçant dans une pièce, etc.) à moins que le geste en question n'ait requis
une sollicitation du corps, en particulier des membres, plus élevée que la
normale du point de vue physiologique et dépasse ce qui est normalement
maîtrisé d'un point de vue psychologique. La notion de cause extérieure suppose
en effet qu'un événement générant un risque de lésion accru survienne. Enfin,
on précisera que même si la caisse a initialement pris en charge le cas de
l'assurée, il n'y a pas lieu - contrairement à la juridiction cantonale - de
statuer sur l'existence ou non d'un motif de révocation (reconsidération ou
révision procédurale). Par sa décision du 12 mai 2005, l'assureur-accidents a
en effet arrêté ses prestations avec effet ex nunc et pro futuro en renonçant à
en réclamer le remboursement à l'assurée (le dossier ne contient aucune demande
de restitution relative aux prestations en espèces qui auraient été allouées
entre le 31 décembre 2004 et la date de la prise de décision). Il suffit donc
d'examiner si, selon une appréciation correcte de la situation, l'événement en
question pouvait ou non donner lieu à prestations (ATF 130 V 380).

3.
La recourante reproche aux premiers juges d'avoir retenu la "seconde version"
des faits de M.________ selon laquelle un faux mouvement serait à l'origine de
sa lésion au genou. Elle estime que cette version est en contradiction avec les
premières indications fournies par la prénommée dans le questionnaire du 25
novembre 2004 et auxquelles il fallait s'en tenir. D'après ces indications, il
ne s'était rien passé de particulier au moment de l'incident (l'assurée avait
expressément barré les lignes lui permettant de décrire des circonstances
particulières) et avait écrit ne pas avoir "senti venir la luxation". Dès lors
que l'atteinte n'avait pas été causée par un facteur extérieur, le simple fait
d'effectuer des mouvements de danse ne pouvant par ailleurs être considéré
comme une situation générant un risque de lésion accru, on ne se trouvait pas
en présence d'une lésion assimilée au sens de l'art. 9 al. 2 OLAA.

4.
Il peut arriver que les déclarations successives d'un assuré soient
contradictoires. En pareilles circonstances, il convient, selon la
jurisprudence, de retenir la première affirmation qui correspond généralement à
celle que l'intéressé a faite alors qu'il n'était pas encore conscient des
conséquences juridiques qu'elle aurait, les nouvelles explications pouvant
être, consciemment ou non, le produit de réflexions ultérieures (ATF 121 V 45
consid. 2a p. 47 et les références; RAMA 2004 no U 515 p. 420 consid. 1.2, U 64
/02; VSI 2000 p. 201 consid. 2d, I 321/98). En l'espèce, on ne peut pas dire
que M.________ ait fait des déclarations à proprement parler contradictoires.
On ne saurait l'inférer du fait que la prénommée n'a pas signalé de faux
mouvement en réponse à la question 4 ("S'est-il produit un événement
particulier ?") du questionnaire de la caisse, mais seulement au cours de
l'entretien du 1er mars 2005. Dépourvu de tout commentaire explicatif, le
libellé de la question 4 peut en effet donner l'impression au profane qu'il est
fait référence à des circonstances extraordinaires comme par exemple une chute;
à tout le moins, la conclusion qu'en tire la recourante ne s'impose pas avec
évidence. Mais surtout, le caractère vraisemblable d'un facteur extérieur sous
la forme d'un mouvement non programmé est renforcé par les arguments médicaux -
convaincants - du docteur T.________, chirurgien orthopédiste qui a opéré
l'intimée, dont on ne voit aucune raison de mettre en doute la valeur probante.
Dans un rapport du 10 avril 2006 produit en procédure cantonale, celui-ci a
déclaré que les lésions tissulaires qu'il avait constatées au cours de son
intervention (déchirure de l'aileron patello-fémoral interne avec arrachement
osseux au bord de la rotule et un très important hématome local) ne pouvaient
avoir été provoquées par un "mouvement de danse normal" mais indiquaient un
"mouvement incontrôlé, inhabituel et violent correspondant à un traumatisme";
il ne s'agissait pas d'une luxation banale comme elle peut survenir chez des
patients dont la rotule est instable; d'ailleurs, M.________ n'avait pas
présenté de récidive de luxation depuis 12 ans. Dans ces conditions, il y lieu
d'admettre l'existence d'une lésion corporelle assimilé selon l'art. 9 al. 2
OLAA. A cet égard, le jugement entrepris n'est pas critiquable et le recours se
révèle mal fondé.

5.
Vu le sort du litige, les frais de justice seront mis à la charge de la
recourante, qui succombe (art. 66 al. 1 LTF). Par ailleurs, l'intimée a droit à
des dépens (art. 68 al. 2 LTF).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté.

2.
Les frais de justice, arrêtés à 500 fr., sont mis à la charge de la recourante.

3.
La recourante versera à l'intimée un montant de 2'000 fr. (y compris la taxe à
la valeur ajoutée) à titre de dépens pour la procédure fédérale.

4.
Le présent arrêt est communiqué aux parties, au Tribunal des assu-rances du
canton de Vaud et à l'Office fédéral de la santé publique.
Lucerne, le 29 avril 2008
Au nom de la Ire Cour de droit social
du Tribunal fédéral suisse
Le Président: La Greffière:

Ursprung von Zwehl