Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.194/2008
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008


Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_194/2008/frs

Arrêt du 21 avril 2008
IIe Cour de droit civil

Composition
MM. et Mme les Juges Raselli, Président,
Hohl et Gardaz, juge suppléant.
Greffier: M. Fellay.

Parties
K.________,
recourant, représenté par Me Patrick Lafranchi, avocat,

contre

X.________ SA,
intimée, représentée par Me Christoph Joller, avocat,

Office des poursuites du district du Lac,

Objet
exécution du séquestre,

recours contre l'arrêt de la Chambre des poursuites et faillites du Tribunal
cantonal du canton de Fribourg, en qualité d'autorité de surveillance, du 12
mars 2008.

Faits:

A.
Par ordonnance du 25 octobre 2007, le Président du Tribunal civil du district
du Lac a, sur requête de X.________ SA (ci-après: la créancière), séquestré les
avoirs de K.________ (ci-après: le poursuivi) auprès de PostFinance.

Par décision du 26 novembre 2007, l'Office des poursuites du district du Lac a
fixé le minimum vital du poursuivi à 5'454 fr. 70 par mois et a "levé le
séquestre" à concurrence de cette somme.

B.
La créancière a déposé plainte contre cette décision en concluant
principalement à son inexistence, voire à sa nullité, et subsidiairement à son
annulation. Tant l'office que le poursuivi ont conclu au rejet de la plainte.

Par arrêt du 12 mars 2008, la Chambre des poursuites et faillites du Tribunal
cantonal fribourgeois a partiellement admis la plainte et modifié la décision
de l'office en ce sens que le minimum d'existence du poursuivi était fixé à
2'654 fr. 70. Ne devait pas être compris dans ce minimum vital, selon
l'autorité cantonale de surveillance, le montant de la contribution d'entretien
que le poursuivi versait à son ex-épouse en vertu d'un devoir moral.

C.
Contre cet arrêt, qui lui a été notifié le 17 mars 2008, le poursuivi a
interjeté un recours en matière civile au Tribunal fédéral le 27 du même mois.
Il conclut principalement à son annulation et au renvoi de la cause à
l'autorité cantonale de surveillance pour nouvelle décision, subsidiairement à
sa réforme en ce sens que le minimum d'existence est fixé à 5'104 fr. 70 par
mois.

Le recourant requiert par ailleurs l'assistance judiciaire.

Considérant en droit:

1.
La décision rendue par une autorité cantonale de surveillance dans le cadre de
l'exécution du séquestre est une décision en matière de poursuite pour dettes
et de faillite, sujette au recours en matière civile (art. 72 al. 2 let. a LTF)
indépendamment de la valeur litigieuse (art. 74 al. 2 let. c LTF). Elle est
finale au sens de l'art. 90 LTF, car elle met fin à la procédure d'exécution du
séquestre. La décision attaquée a été prise par une autorité cantonale de
dernière instance (art. 75 al. 1 LTF). Le recourant, qui a pris part à la
procédure devant l'autorité précédente, a un intérêt juridique à la
modification de la décision attaquée (art. 76 al. 1 LTF). Interjeté en temps
utile (art. 100 al. 2 let. a LTF), le recours est donc recevable en principe.

2.
La décision d'exécution du séquestre (art. 275 LP), prise sur la base de
l'ordonnance de séquestre rendue par le juge (art. 272 et 274 LP), doit être
considérée, à l'instar de celle-ci, comme une saisie provisoire pour la durée
de la procédure de validation du séquestre et donc comme une mesure
provisionnelle au sens de l'art. 98 LTF (ATF 133 III 589 consid. 1). Seule peut
dès lors être invoquée, en vertu de cette dernière disposition, la violation de
droits constitutionnels.

Le Tribunal fédéral ne sanctionne la violation de droits fondamentaux que si ce
grief est invoqué et motivé par le recourant (art. 106 al. 2 LTF). Celui-ci
doit exposer, conformément aux exigences de motivation découlant de l'ancien
art. 90 aI. 1 let. b OJ, de façon claire et détaillée en quoi consiste la
violation invoquée (ATF 133 III 393 consid. 6). Aucun fait nouveau ni preuve
nouvelle ne peut être présenté à moins de résulter de la décision de l'autorité
précédente (art. 99 al. 1 LTF).

3.
Le recourant reproche à l'autorité cantonale de ne pas avoir suffisamment
motivé sa décision. Il invoque la violation de son droit d'être entendu garanti
par l'art. 29 al. 2 Cst.

3.1 Le droit d'être entendu comprend pour l'intéressé notamment le droit de
recevoir une décision suffisamment motivée pour qu'il puisse la comprendre et
l'attaquer utilement s'il y a lieu, et pour que l'autorité de recours soit en
mesure, le cas échéant, d'exercer son contrôle. Pour répondre à ces exigences,
il suffit que l'autorité mentionne, au moins brièvement, les motifs qui l'ont
guidée et sur lesquels elle a fondé sa décision, de façon que l'intéressé
puisse en apprécier la portée et l'attaquer en connaissance de cause. II n'est
pas nécessaire que l'autorité se prononce sur tous les moyens des parties: elle
peut se limiter aux questions décisives (ATF 126 I 97 consid. 2b; 123 I 31
consid. 2c; 122 IV 8 consid 2c).

3.2 En l'espèce, l'autorité cantonale a considéré que la contribution
d'entretien versée par le débiteur à son ex-épouse ne pourrait être comprise
dans le minimum vital de celui-ci que si le versement était fait en vertu d'un
devoir moral et qu'un tel devoir n'entre en considération que dans des
circonstances très exceptionnelles, par exemple à l'égard de parents à
l'étranger qui sont dans le besoin sans pouvoir recourir à l'assistance
publique. Elle en a conclu que la contribution d'entretien versée par le
recourant ne pouvait pas être comprise dans son minimum vital. Bien que la
décision attaquée ne dise pas expressément que les "circonstances très
exceptionnelles" ne sont pas réalisées en l'espèce - ce qui découle
implicitement de la décision -, l'on comprend parfaitement le motif qui a guidé
l'autorité précédente et sur lequel elle a fondé sa décision. Le recourant a
d'ailleurs pu attaquer cette décision en connaissance de cause et de façon
pertinente. On peut donc admettre que la décision est suffisamment motivée et
que le grief de violation du droit d'être entendu est infondé.

4.
Le recourant invoque la violation de l'art. 93 al. 1 LP. Cette disposition -
applicable ici par analogie en vertu de l'art. 275 LP - prévoit que les revenus
relativement saisissables ne peuvent être saisis que déduction faite de ce que
le préposé estime indispensable au débiteur et à sa famille.

4.1 Le recourant ne peut se prévaloir de l'art. 93 LP dans le présent recours,
ouvert seulement pour la violation de droits constitutionnels (cf. consid. 2
ci-dessus). On peut admettre néanmoins qu'il invoque implicitement la violation
du droit à des conditions minimales d'existence garanti par le droit
constitutionnel fédéral, autrefois non écrit (ATF 121 I 367 consid. 2 a-c) et
actuellement inscrit à l'art. 12 Cst. (arrêt 2P.59/2001 du 11 septembre 2001,
consid. 2b). La conception du minimum vital selon l'art. 93 LP n'est en effet
pas foncièrement différente de celle de la garantie constitutionnelle dans la
mesure en tout cas où le droit à des conditions minimales d'existence tend, de
part et d'autre, à éviter que l'intéressé et ses proches ne soient mis dans une
gêne insoutenable du point de vue de la dignité humaine (P.-R. Gilliéron,
Commentaire de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite, n.
83 ad art. 93 LP). Il s'avère toutefois d'emblée que le grief en question,
outre qu'il n'est pas motivé comme il le devrait (cf. consid. 2 ci-dessus),
doit de toute façon être rejeté pour les raisons ci-après.

4.2 Le recourant reproche à l'autorité cantonale de surveillance de n'avoir pas
inclus dans son minimum vital le montant de la pension qu'il verse à son
ex-épouse en vertu d'un devoir moral. Il invoque à cet égard le chiffre III/4
des Directives du Tribunal supérieur du canton de Zurich pour le calcul du
minimum d'existence du droit des poursuites du 23 mai 2001, dont les autorités
fribourgeoises s'inspireraient. Selon la directive en question, calquée sur le
chiffre II/5 des Lignes directrices édictées en la matière par la Conférence
des préposés aux poursuites et faillites de Suisse le 24 novembre 2000 (BlSchK
2001 p. 19 ss), le minimum vital comprend les contributions d'entretien que le
débiteur verse effectivement juste avant la saisie et versera encore pendant la
durée de celle-ci, en vertu d'une obligation juridique ou d'un devoir moral, à
une personne qui ne vit pas dans son ménage.

4.3 La question de savoir si et, le cas échéant, à quelles conditions la
contribution d'entretien que le débiteur verse en vertu d'un devoir moral doit
être comprise dans le minimum vital insaisissable ne se pose que dans la mesure
où l'existence de ce devoir moral fondant le paiement de la contribution est
établie. II s'agit là d'une condition préalable à l'éventuelle inclusion de la
contribution dans le minimum vital. L'existence d'un devoir moral ne saurait
découler de la seule affirmation d'un tel devoir par le débiteur; elle dépend
des circonstances personnelles de celui-ci et du bénéficiaire de la
contribution, et ne peut être admise que si, notamment, la situation du
bénéficiaire rend la contribution du débiteur nécessaire.

A cet égard, la décision attaquée ne donne aucune indication et les simples
allégations du recourant dans son mémoire de recours, au demeurant
irrecevables, ne sauraient suffire pour établir que la contribution est
nécessaire à la bénéficiaire. On ne peut donc pas considérer, sur la base des
seules affirmations du recourant, que celui-ci a le devoir moral de verser une
contribution d'entretien à son ex-épouse. Comme l'existence d'un devoir moral
n'est pas établie en l'espèce, la question du principe de l'inclusion de la
contribution d'entretien en cause dans le minimum vital n'a pas à être tranchée
et peut rester indécise. Partant, c'est en vain que le recourant exige que le
minimum vital comprenne cette contribution d'entretien.

5.
Au vu de ce qui précède, le recours doit être rejeté.
L'échec prévisible des conclusions du recourant entraîne le rejet de sa demande
d'assistance judiciaire (art. 64 al. 1 LTF) et, par conséquent, sa condamnation
aux frais conformément à l'art. 66 al. 1 LTF.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté.

2.
La demande d'assistance judiciaire du recourant est rejetée.

3.
Les frais judiciaires, arrêtés à 1'000 fr., sont mis à la charge du recourant.

4.
Le présent arrêt est communiqué aux parties et à la Chambre des poursuites et
faillites du Tribunal cantonal du canton de Fribourg.
Lausanne, le 21 avril 2008
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse
Le Président: Le Greffier:

Raselli Fellay