Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.679/2008
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008


Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_679/2008 / frs

Arrêt du 9 décembre 2008
IIe Cour de droit civil

Composition
MM. et Mme les Juges Raselli, Président,
Hohl et Zappelli, Juge suppléant.
Greffier: M. Fellay.

Parties
X.________,
recourant, représenté par Me Roger Mock, avocat,

contre

Y.________ Assurances,
intimée.

Objet
prononcé de faillite,

recours en matière civile contre l'arrêt de la
1ère Section de la Cour de justice du canton
de Genève du 4 septembre 2008.

Faits:

A.
Sur réquisition de Y.________ Assurances, la faillite de X.________ a été
prononcée le 3 juillet 2008 par le Tribunal de première instance du canton de
Genève.

B.
Par arrêt du 4 septembre 2008, la Cour de justice du canton de Genève a rejeté
le recours en appel du failli et confirmé le jugement de première instance.

C.
Contre cet arrêt, qu'il a reçu le 10 septembre 2008, le failli a interjeté, le
6 octobre 2008, un recours en matière civile au Tribunal fédéral, concluant
notamment à son annulation et à celle du prononcé de faillite. Il se plaint de
la violation arbitraire de l'art. 174 al. 2 LP, reprochant à la cour cantonale
de n'avoir pas pris en considération le fait qu'il avait payé sa dette le 3
septembre 2008.

Le dépôt de réponses n'a pas été requis.

Considérant en droit:

1.
La décision par laquelle le juge prononce la faillite ou la refuse est une
décision finale (art. 90 LTF) qui peut faire l'objet d'un recours en matière
civile (art. 72 al. 2 let. a LTF), quelle que soit la valeur litigieuse (art.
74 al. 2 let. d LTF). Interjeté en temps utile (art. 100 al. 1 LTF) contre une
décision rendue en dernière instance cantonale (art. 75 al. 1 LTF) par la
partie ayant été déboutée de ses conclusions prises devant la juridiction
précédente (art. 76 al. 1 LTF), le présent recours est recevable.

2.
Saisi d'un recours en matière civile, le Tribunal fédéral statue sur la base
des faits établis par l'autorité précédente (art. 105 al. 1 LTF). Aucun fait
nouveau ni preuve nouvelle ne peut être présenté à moins de résulter de la
décision de l'autorité précédente (art. 99 al. 1 LTF). Ainsi, il n'est pas
possible de se prévaloir devant le Tribunal fédéral de faits qui n'ont pas été
allégués en procédure cantonale, alors qu'ils auraient pu et dû l'être, et dont
par conséquent l'autorité précédente n'a pas été en mesure de tenir compte (ATF
4A_36/2008 du 18 février 2008 consid. 4.1).

3.
3.1 La cour cantonale a constaté que l'appelant n'avait pas établi par titre la
réalisation de l'une des trois conditions alternatives prévues par l'art. 174
al. 2 LP, à savoir le paiement de la dette (ch. 1) ou le dépôt de ce montant
auprès de l'autorité judiciaire supérieure (ch. 2), ou encore le retrait par la
partie créancière de la réquisition de faillite (ch. 3).

Le recourant fait grief à la cour cantonale d'avoir fait une application
arbitraire de la disposition légale précitée, dès lors que le 3 septembre 2008,
il avait réglé la totalité de sa dette en capital, intérêts et frais, soit
1'711.65 fr. en mains de l'office des poursuites.

3.2 Le Tribunal fédéral examine librement et non seulement sous l'angle de
l'arbitraire si le droit fédéral, en l'espèce l'art. 174 al. 2 LP, a été violé
(art. 106 al. 1 LTF). Le recourant paraît d'ailleurs se plaindre plutôt de la
constatation manifestement inexacte, donc arbitraire, des faits.

3.3 Quoi qu'il en soit, le paiement par le recourant de la dette objet de la
poursuite en cause est un fait nouveau, dont la présentation devant la Cour de
céans n'est pas recevable au regard de l'art. 99 LTF. Il eût appartenu au
recourant de se prévaloir de ce fait en temps utile auprès de la cour
cantonale. Il ne pouvait présumer que son versement effectué auprès de l'office
des poursuites la veille de l'audience fût porté le jour même à la connaissance
de la cour cantonale. Sans que cela puisse lui être reproché, celle-ci n'a pas
été informée de ce fait; elle n'a pu dès lors en tenir compte.

Irrecevable dans le cadre du recours au Tribunal fédéral, le moyen tiré du
paiement de la dette la veille de l'audience de la cour cantonale pouvait
éventuellement être invoqué, aux conditions fixées par le droit genevois, dans
une demande de révision cantonale.

3.4 Le présent recours ne contient par ailleurs aucune motivation, même
succincte (art. 42 al. 2 LTF), relative à la prétendue violation de l'art. 174
al. 2 LP.

4.
Vu ce qui précède, le recours doit être déclaré irrecevable, aux frais de son
auteur (art. 66 al. 1 LTF).
Il n'y a pas lieu d'allouer de dépens à l'intimée qui n'a pas été invitée à
répondre au recours.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est irrecevable.

2.
Les frais judiciaires, arrêtés à 3'000 fr., sont mis à la charge du recourant.

3.
Il n'est pas alloué de dépens.

4.
Le présent arrêt est communiqué aux parties, à la 1ère Section de la Cour de
justice du canton de Genève et à l'Office des faillites.

Lausanne, le 9 décembre 2008
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse
Le Président: Le Greffier:

Raselli Fellay