Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.815/2008
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008


Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_815/2008 / frs

Arrêt du 11 février 2009
IIe Cour de droit civil

Composition
Mmes et M. les Juges Hohl, Présidente,
Jacquemoud-Rossari et Chaix, Juge suppléant.
Greffière: Mme Aguet.

Parties
X.________,
recourant, représenté par Me Pierre Lièvre, avocat et notaire,

contre

Y.________,
intimée.

Objet
mainlevée d'opposition,

recours contre l'arrêt de la Cour civile du Tribunal cantonal du canton du Jura
du 3 novembre 2008.

Faits:

A.
A.a Par jugement du 23 avril 2003, le Tribunal de Grande Instance de Mulhouse
a, entre autres points, condamné X.________ à payer à Y.________ la somme de
31'852 euros 29, augmentée des intérêts au taux de 11,342 % l'an à compter du
1er avril 2001.
A.b Le défendeur n'était plus domicilié en France lors de la signification de
ce jugement. Celle-ci a eu lieu par le ministère d'un huissier de justice à
Mulhouse, qui a établi le 16 août 2003 un procès-verbal de recherches dans
lequel il a relaté avec précision les diligences accomplies pour rechercher le
destinataire de l'acte judiciaire. A la fin de ce document, se référant à
l'art. 659 du Nouveau code de procédure civile français (ci-après: NCPC), il a
certifié avoir adressé, à la dernière adresse connue du destinataire, une
lettre recommandée avec demande d'avis de réception, une copie du procès-verbal
de recherches à laquelle il a joint une copie de l'acte signifié; il a
également attesté avoir avisé, par lettre simple, le destinataire de l'acte de
l'accomplissement de cette formalité. Ce courrier a été envoyé à Z.________, à
l'adresse du défendeur, telle qu'elle ressortait du jugement du 23 avril 2003.

B.
Par jugement du 30 mai 2008, le Tribunal de première instance du canton du Jura
a prononcé, à la demande de Y.________, la mainlevée définitive de l'opposition
formée par X.________ au commandement de payer n° xxxx de l'Office des
poursuites de Porrentruy, portant sur la somme de 46'505 fr. 20 avec intérêts à
11% dès le 23 septembre 2003, plus 13'092 fr. 60 d'intérêts échus.
Par arrêt du 3 novembre 2008, la Cour civile du Tribunal cantonal du canton du
Jura a rejeté l'appel déposé par le poursuivi.

C.
Le poursuivi interjette un recours en matière civile au Tribunal fédéral,
concluant à la réforme de l'arrêt entrepris en ce sens que la mainlevée
définitive est refusée, la poursuivante étant condamnée au paiement des frais
de première et de seconde instance, par 1'025 fr. Il se plaint d'une violation
des art. 47 de la Convention de Lugano du 16 septembre 1988 concernant la
compétence judiciaire et l'exécution des décisions civiles et commerciales (RS
0.275.11; ci-après: CL), entrée en vigueur en Suisse et en France le 1er
janvier 1992, et 81 LP, ainsi que de constatations de fait manifestement
inexactes.
Par ordonnance du 8 décembre 2008, la demande d'effet suspensif a été rejetée.
Des observations n'ont pas été sollicitées.

Considérant en droit:

1.
Le Tribunal fédéral examine d'office la recevabilité des recours qui lui sont
soumis (ATF 134 III 115 consid. 1 p. 117)

1.1 Interjeté en temps utile (art. 100 al. 1 LTF) par la partie qui a succombé
en instance cantonale (art. 76 al. 1 LTF) contre une décision finale (art. 90
LTF) rendue par une autorité de dernière instance cantonale (art. 75 al. 1 et 2
LTF) en matière de poursuite pour dettes et de faillite et d'exécution d'un
jugement étranger (art. 72 al. 2 let. a et b. ch. 1 LTF), dont la valeur
litigieuse atteint 30'000 fr. (art. 74 al. 1 let. b LTF), le recours en matière
civile est en principe recevable.

1.2 Le recours en matière civile peut être formé notamment pour violation du
droit fédéral (art. 95 let. a LTF), qui comprend les droits constitutionnels
(ATF 133 III 446 consid. 3.1 p. 447, 462 consid. 2.3 p. 466). Le Tribunal
fédéral applique le droit d'office (art. 106 al. 1 LTF), sans être lié ni par
les motifs de l'autorité précédente, ni par les moyens des parties; il peut
donc admettre le recours en se fondant sur d'autres arguments que ceux invoqués
par le recourant, comme il peut le rejeter en opérant une substitution de
motifs (ATF 133 III 545 consid. 2.2 p. 550). Compte tenu des exigences de
motivation posées, sous peine d'irrecevabilité (art. 108 al. 1 let. b LTF), à
l'art. 42 al. 2 LTF, le Tribunal fédéral n'examine en principe que les griefs
soulevés; il n'est pas tenu de traiter, à l'instar d'une juridiction de
première instance, toutes les questions juridiques pouvant se poser
lorsqu'elles ne sont plus discutées devant lui (ATF 133 IV 150 consid. 1.2 p.
152). Il ne connaît de la violation de droits fondamentaux ou du droit cantonal
que si ce grief a été soulevé et motivé par le recourant (art. 106 al. 2 LTF),
ces exigences de motivation correspondant à celles de l'art. 90 al. 1 let. b
aOJ (ATF 133 II 249 consid. 1.4.2 p. 254; 133 III 393 consid. 6 p. 397).

1.3 Le Tribunal fédéral statue sur la base des faits établis par l'autorité
précédente (art. 105 al. 1 LTF). Il ne peut s'en écarter que si ces faits ont
été établis de façon manifestement inexacte ou en violation du droit au sens de
l'art. 95 LTF (art. 105 al. 2 LTF), et si la correction du vice est susceptible
d'influer sur le sort de la cause (art. 97 al. 1 LTF). Le recourant qui
soutient que les faits ont été établis de manière manifestement inexacte (art.
97 al. 1 LTF), à savoir que les constatations de fait sont arbitraires au sens
de l'art. 9 Cst. (ATF 133 II 249 consid. 1.2.2 p. 252), doit démontrer, par une
argumentation précise, en quoi consiste la violation. Le Tribunal fédéral
n'examine en effet la violation de l'interdiction de l'arbitraire que si ce
grief a été invoqué et motivé par le recourant (art. 106 al. 2 LTF),
c'est-à-dire s'il a été expressément soulevé et exposé de façon claire et
détaillée (principe d'allégation; ATF 133 IV 286 consid. 1.4 p. 287).

2.
Le recourant invoque tout d'abord la "nullité" du titre de mainlevée
définitive, soutenant que la cour cantonale aurait retenu à tort que le
jugement du Tribunal de Grande Instance de Mulhouse du 23 avril 2003 lui avait
été valablement signifié.

2.1 A teneur de l'art. 47 ch. 1 CL, la partie qui demande l'exécution d'une
décision étrangère doit produire tout document de nature à établir que, selon
la loi de l'Etat d'origine, la décision est exécutoire et a été signifiée.

L'art. 659 NCPC, qui régit la signification litigieuse, prescrit que, lorsque
la personne à qui l'acte doit être signifié n'a ni domicile, ni résidence, ni
lieu de travail connus, l'huissier de justice dresse un procès-verbal où il
relate avec précision les diligences qu'il a accomplies pour rechercher le
destinataire de l'acte (al. 1); le même jour ou, au plus tard, le premier jour
ouvrable suivant, à peine de nullité, l'huissier de justice envoie au
destinataire, à la dernière adresse connue, par lettre recommandée avec avis de
réception, une copie du procès-verbal à laquelle est jointe une copie de l'acte
objet de la signification (al. 2); le jour même, l'huissier de justice avise le
destinataire, par lettre simple, de l'accomplissement de cette formalité (al.
3).

2.2 En l'espèce, le recourant ne conteste pas que les conditions d'une
signification par huissier de justice au sens de l'art. 659 al. 1 NCPC étaient
réalisées; il reproche uniquement à l'huissier chargé de la signification
litigieuse de ne pas lui avoir envoyé le pli simple prévu à l'al. 3 de cette
disposition à son adresse en Suisse dont il affirme qu'il avait connaissance.
Il fait valoir que l'huissier lui a adressé, les 23 et 24 septembre 2003 "des
courriers en rappel de la créance" à son adresse à Z.________, alors que, selon
un procès-verbal du 28 août 2003, il avait appris à cette date qu'il était
domicilié à Courrendlin.
Par sa critique, le recourant s'en prend aux faits tels qu'ils ont été établis
souverainement par l'autorité inférieure. En effet, établir ce qu'une personne
savait ou ignorait à un moment donné relève du fait (ATF 132 III 122 consid.
4.5.3 p. 135; 128 III 180 consid. 2e p. 185 et les arrêts cités). Or, le
recourant n'indique pas en quoi les constatations de la cour cantonale à ce
sujet seraient contraires au droit, ni ne tente de démontrer que celles-ci
auraient été établies de façon manifestement inexacte; insuffisamment motivée,
sa critique est irrecevable (cf. supra, consid. 1.3). Pour le surplus,
lorsqu'il soutient que l'huissier lui aurait envoyé, après qu'il a eu
connaissance de son adresse en Suisse, des courriers de rappel à son précédent
domicile de Z.________, il se fonde sur des faits que l'arrêt cantonal ne
constate pas, sans toutefois soutenir qu'ils n'auraient, à tort, pas été
retenus. Au demeurant, on ne voit pas en quoi ce point remettrait en cause la
validité de la signification du 16 août 2003, respectivement prouverait que
l'huissier connaissait son adresse suisse à cette date. Ainsi, dans la mesure
où il résulte de l'arrêt cantonal que l'huissier de justice ignorait l'adresse
en Suisse du recourant lorsqu'il a envoyé le pli simple prévu par l'art. 659
al. 3 NCPC, le grief est infondé.

3.
Le recourant se plaint ensuite d'une violation de l'art. 81 al. 1 LP; il
soutient que la créance faisant l'objet de la poursuite litigieuse serait
éteinte. Il affirme que la poursuite requise à son encontre pour le montant
fixé par le jugement français aurait été retirée et fait valoir, en rapport
avec cette assertion, que l'état de fait serait manifestement inexact.

3.1 Il résulte de l'arrêt cantonal que l'intimée a informé l'Office des
poursuites de Porrentruy, par courrier du 22 août 2007, qu'une autre poursuite
(n° yyyy) avait été introduite par erreur contre le recourant et que celle-ci
devait être supprimée dans le registre. L'intimée s'est ainsi bornée à retirer
une autre poursuite que celle qui fait l'objet de la présente procédure. Il ne
ressort pas non plus de l'arrêt cantonal que, par ce retrait, l'intéressée
aurait eu la volonté d'éteindre la créance découlant du jugement français de
2003. Par sa critique, le recourant ne démontre pas en quoi ces constatations
seraient arbitraires (cf. supra, consid. 1.3); partant, son grief est
irrecevable.
Au demeurant, le recourant perd de vue que le système du droit des poursuites
fait une distinction entre les effets sur la poursuite et sur le droit matériel
(ATF 133 III 645 consid. 5.3 p. 653); le retrait d'une poursuite n'a d'effet
que sur le plan de l'exécution forcée, rendant notamment sans objet la requête
de mainlevée, mais n'éteint pas la créance. Par conséquent, en l'absence de
volonté de l'intimée d'éteindre la dette, le retrait de la poursuite n° yyyy ne
pouvait avoir d'influence que sur cette dernière poursuite et non sur la
présente procédure et la créance qu'elle concerne. Dans la mesure de sa
recevabilité, le recours doit également être rejeté sur ce point.

4.
Vu ce qui précède, le recours doit être rejeté dans la mesure où il est
recevable. Le recourant, qui succombe, supportera les frais judiciaires (art.
66 al. 1 LTF). Il n'y a pas lieu d'allouer des dépens à l'intimée, qui n'a pas
été invitée à répondre sur le fond.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté dans la mesure où il est recevable.

2.
Les frais judiciaires, arrêtés à 3'000 fr., sont mis à la charge du recourant.

3.
Le présent arrêt est communiqué aux parties et à la Cour civile du Tribunal
cantonal du canton du Jura.

Lausanne, le 11 février 2009
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse
La Présidente: La Greffière:

Hohl Aguet