Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.826/2008
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2008


Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_826/2008

Arrêt du 5 juin 2009
IIe Cour de droit civil

Composition
Mmes les Juges Hohl, Présidente,
Escher et Jacquemoud-Rossari.
Greffier: M. Braconi.

Parties
X.________,
recourant, représenté par Me Romain Jordan,
avocat,

contre

dame X.________,
intimée, représentée par Me Nicolas Perret, avocat,

Objet
mesures provisionnelles (provision ad litem),

recours contre le jugement du Tribunal d'arrondissement de La Côte du 4
novembre 2008.

Faits:

A.
X.________, né en 1965, et dame X.________, née en 1968, tous deux de
nationalité portugaise, se sont mariés au Portugal en 1987. Deux enfants sont
issus de cette union: A.________, né en 1987, et B.________, né en 1999.

Le 10 septembre 2007, l'épouse a ouvert action en divorce devant le Tribunal
d'arrondissement de La Côte. S'agissant de l'entretien de la famille, les
parties ont décidé, à titre de mesures provisionnelles, que le mari, au
bénéfice d'une rente AI, laisserait à son épouse la rente complémentaire AI
destinée à l'enfant mineur.

B.
Par ordonnance de mesures provisionnelles rendue le 26 août 2008, la Présidente
du tribunal a, notamment, confié la garde de l'enfant à sa mère (I) et dit que
le mari devait verser à l'épouse un montant de 15'000 fr. à titre de provision
ad litem (III). Par jugement du 4 novembre 2008, le Tribunal d'arrondissement
de La Côte a rejeté l'appel interjeté par le mari.

C.
Le mari exerce un «recours» au Tribunal fédéral contre cette décision; il
conclut à sa réforme en ce sens qu'aucune provision ad litem n'est mise à sa
charge en faveur de l'intimée; à titre subsidiaire, il conclut à l'annulation
du jugement entrepris.

L'intimée propose le rejet du recours. L'autorité précédente se réfère aux
considérants de son arrêt.

D.
Par ordonnance présidentielle du 10 décembre 2008, la procédure de recours a
été suspendue jusqu'à droit connu sur le recours en nullité cantonal déposé
simultanément par le mari.

E.
Par arrêt du 21 avril 2009, le Président de la Chambre des recours du Tribunal
cantonal du canton de Vaud a pris acte du retrait du recours en nullité et rayé
l'affaire du rôle.
Considérant en droit:

1.
1.1 Le recourant n'a pas dénommé son écriture. Le défaut d'intitulé ou
l'intitulé erroné d'un recours ne nuit pas à son auteur, pour autant que les
conditions de recevabilité du recours qui serait ouvert soient réunies (ATF 134
III 379 consid. 1.2 p. 382 et les arrêts cités).

1.2 Le prononcé de mesures provisoires selon l'art. 137 CC est une décision en
matière civile au sens de l'art. 72 al. 1 LTF. Bien que rendu alors qu'une
procédure (principale) de divorce est pendante (art. 137 al. 1 CC), il est
final au sens de l'art. 90 LTF, dès lors que son objet est différent de celui
de la procédure au fond et qu'il met fin à l'instance sous l'angle procédural
(ATF 134 III 426 consid. 2.2 p. 431). Comme le litige porte uniquement sur la
provision ad litem, le recours a pour objet une décision rendue dans une
affaire pécuniaire (ATF 133 III 393 consid. 2 p. 395), dont la valeur
litigieuse (15'000 fr.) n'atteint pas le minimum fixé par la loi pour la
recevabilité du recours en matière civile (art. 74 al. 1 let. b LTF). Aucune
des exceptions prévues par l'art. 74 al. 2 LTF n'étant réalisée, le recours
constitutionnel subsidiaire est dès lors ouvert au regard de l'art. 113 LTF.
Enfin, le recours a été interjeté dans le délai (art. 100 al. 1 LTF, par renvoi
de l'art. 117 LTF).

1.3 Dans un recours constitutionnel subsidiaire, comme du reste dans un recours
en matière civile dirigé contre des mesures provisionnelles (ATF 133 III 393
consid. 5.1 in fine p. 397), seule peut être dénoncée la violation des droits
constitutionnels (art. 98 et 116 LTF). Le Tribunal fédéral ne connaît d'un tel
moyen que s'il est invoqué et motivé par le recourant (art. 106 al. 2 et 117
LTF), à savoir s'il a été expressément soulevé et exposé de façon claire et
détaillée (ATF 134 I 83 consid. 3.2 p. 88); les critiques de nature
appellatoire sont irrecevables (ATF 133 III 589 consid. 2 p. 591/592).

1.4 Selon l'art. 75 al. 1 LTF (applicable par renvoi de l'art. 114 LTF), le
recours n'est en principe ouvert qu'à l'encontre des décisions rendues en
dernière instance cantonale, ce qui signifie que le recourant «doit avoir
épuisé toutes les voies de droit cantonales pour les griefs qu'il entend
invoquer devant le Tribunal fédéral» (FF 2001 p. 4109; ATF 134 III 524 consid.
1.3 p. 527 et les références). Dans le canton de Vaud, l'arrêt sur appel en
matière de mesures provisionnelles ne peut faire l'objet d'un recours en
nullité que pour les motifs prévus par l'art. 444 al. 1 ch. 3 CPC/VD,
c'est-à-dire pour déni de justice formel, ainsi que pour arbitraire dans
l'appréciation des preuves (voir notamment: arrêt 5A_515/2008 du 1er décembre
2008 consid. 1.3). Interjeté, non pour ces motifs, mais pour arbitraire dans
l'application du droit civil fédéral, le présent recours est recevable de ce
chef.

2.
Le recourant se plaint d'une application arbitraire des dispositions sur le
devoir général d'entretien et d'assistance des époux en rapport avec l'octroi
d'une provision ad litem à l'intimée (art. 159 al. 3 et 163 CC).

2.1 D'après la jurisprudence, une provision ad litem est due à l'époux qui ne
dispose pas lui-même des moyens suffisants pour assumer les frais du procès en
divorce; le juge ne peut toutefois imposer cette obligation que dans la mesure
où son exécution n'entame pas le minimum nécessaire à l'entretien du conjoint
débiteur et des siens (ATF 103 Ia 99 consid. 4 p. 101; arrêt 5P.31/2004 du 26
avril 2004 consid. 2.2). Le fondement de cette prestation - devoir d'assistance
(art. 159 al. 3 CC) ou obligation d'entretien (art. 163 CC) - est controversé
(cf. sur cette question: arrêts 5P.346/2005 consid. 4.3, in: Pra 2006 n° 130 p.
892 et les références; BRÄM, Zürcher Kommentar, n° 131 ss ad art. 159 CC, avec
de nombreuses citations), mais cet aspect n'a pas d'incidence sur les
conditions qui président à son octroi; en tout état, selon l'art. 163 al. 1 CC,
la loi n'institue plus un devoir général d'entretien à la charge du mari (art.
160 al. 2 aCC; cf. ATF 110 II 116 consid. 2a p. 117), mais une prise en charge
conjointe des besoins de la famille au regard des facultés de chacun des époux
(Deschenaux/Steinauer/Baddeley, Les effets du mariage, Berne 2000, p. 221 note
38 et les références citées; arrêt 5P.42/2006 du 10 juillet 2007 consid. 4).

2.2 Pour statuer sur le principe et le montant de la provision ad litem,
l'autorité précédente a retenu que le mari n'avait pas été en mesure de
justifier l'utilisation d'une somme de 305'623 fr.20 qui se trouvait sur le
compte joint dont les époux étaient titulaires auprès de la Banque Cantonale
Vaudoise (BCV); le 3 janvier 2007, ils ont sollicité le transfert de 200'000
fr. en faveur d'un compte ouvert au nom du mari auprès de la Banque BPI au
Portugal. Le relevé de ce dernier compte affichant un solde de 60'500 Euros au
3 juillet 2008, l'intéressé disposait ainsi au minimum de cette fortune pour
payer la provision ad litem.

2.3 En tant que le recourant affirme, sans aucune motivation, que les juges
précédents ont admis de manière arbitraire qu'il «disposait d'une certaine
somme», sa critique porte sur l'appréciation des preuves; elle est irrecevable,
faute d'épuisement des instances cantonales (art. 75 al. 1 LTF; supra, consid.
1.4), le recours en nullité ayant été retiré.
2.4
2.4.1 Le recourant reproche à la juridiction précédente de n'avoir pas examiné
la situation de fortune de l'épouse, laquelle serait propriétaire d'un véhicule
automobile et aurait prélevé, en août 2007, une somme de 80'000 fr. sur le
compte dont les époux étaient titulaires auprès de la BCV. En outre, il lui
fait grief de n'avoir pas même évoqué la valeur de la police d'assurance-vie
constituée par l'intéressée.

Ces critiques sont nouvelles. Dans son appel, le mari soutenait que le simple
fait que son salaire soit inférieur à celui de son épouse justifiait le refus
de toute provision ad litem et que la somme exigée de lui à ce titre
constituait une «liquidation anticipée du régime matrimonial». De même,
l'intéressé n'a pas contesté en appel l'opinion du premier juge selon laquelle
la police d'assurance-vie que la femme avait souscrite en remplacement de sa
prévoyance professionnelle perçue en espèces ne devait pas être touchée. En
tant qu'ils portent sur la fortune et la police d'assurance-vie de l'épouse les
moyens du recourant s'avèrent ainsi irrecevables (art. 75 al. 1 LTF; supra,
consid. 1.4).
2.4.2 Enfin, le recourant fait valoir que le Tribunal d'arrondissement n'a pas
recherché dans quelle mesure les revenus de l'épouse pouvaient lui permettre de
prendre en charge ses propres frais de défense.

Sur ce point, l'autorité précédente a constaté que l'intimée réalisait un
salaire de 42'640 fr. brut par année pour une activité à 80%. Or, il est
évident que, avec un tel revenu (sans même prendre en considération les
charges), elle ne peut pas payer 15'000 fr. pour assurer la défense de ses
intérêts, d'autant que le recourant n'établit aucunement que la quotité de la
provision ad litem serait arbitrairement élevée. Faute de motivation
suffisante, le grief apparaît irrecevable (art. 106 al. 2 LTF; supra, consid.
1.3).

3.
En conclusion, le recours doit être déclaré irrecevable, avec suite de frais et
dépens à la charge du recourant, qui succombe (art. 66 al. 1 et art. 68 al. 1
et 2 LTF).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est irrecevable.

2.
Les frais judiciaires, arrêtés à 2'000 fr., sont mis à la charge du recourant.

3.
Une indemnité de 2'000 fr., à payer à l'intimée à titre de dépens, est mise à
la charge du recourant.

4.
Le présent arrêt est communiqué aux parties et au Tribunal d'arrondissement de
La Côte.

Lausanne, le 5 juin 2009
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse
La Présidente: Le Greffier:

Hohl Braconi