Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

I. Öffentlich-rechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 1B.643/2011
Zurück zum Index I. Öffentlich-rechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2011
Retour à l'indice I. Öffentlich-rechtliche Abteilung, Beschwerde in Strafsachen 2011


Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
1B_643/2011

Arrêt du 2 décembre 2011
Ire Cour de droit public

Composition
MM. les Juges Fonjallaz, Président, Raselli et Merkli.
Greffier: M. Rittener.

Participants à la procédure
A.________, représenté par Me Pierre Bayenet, avocat,
recourant,

contre

Ministère public du canton de Genève, case postale 3565, 1211 Genève 3.

Objet
détention provisoire,

recours contre l'arrêt de la Cour de justice du canton de Genève, Chambre
pénale de recours, du 4 novembre 2011.

Faits:

A.
A.________, ressortissant français résidant à Marseille, a été arrêté à Genève
le 22 octobre 2011 à 13h00, alors qu'il quittait la succursale d'une banque en
compagnie de B.________. La police avait été alertée le jour même peu après
midi par le responsable de la sécurité de cette banque, qui avait signalé que
ces deux individus avaient été dénoncés pour avoir commis un vol astucieux la
veille au soir et qu'ils semblaient sévir à nouveau dans cette succursale. Lors
de son interpellation, A.________ avait sur lui la somme de 3'890 euros. Son
comparse, qui avait sur lui 4'253,70 euros et qui dissimulait des cartes
bancaires dans son slip, a aussitôt admis avoir commis un vol à l'astuce la
veille et trois autres peu avant. L'avis d'arrestation mentionne que les
prénommés ont été interpellés "en flagrant délit (art. 217 al. 1 let. a CPP) de
vol à la tire".
Le 23 octobre 2011, le Ministère public du canton de Genève (ci-après: le
Ministère public) a ordonné l'ouverture d'une instruction pénale contre
A.________ et B.________ pour vol et utilisation frauduleuse d'un ordinateur.
Il a également ordonné la reprise d'une instruction portant sur des vols à
l'astuce commis en septembre 2011, A.________ apparaissant sur les images de
vidéosurveillance relatives à ces infractions. Le même jour, le Ministère
public a demandé la mise en détention provisoire des intéressés.

B.
Par ordonnance du 24 octobre 2011, le Tribunal des mesures de contrainte du
canton de Genève (ci-après: le Tmc) a ordonné la détention provisoire de
A.________ pour une durée d'un mois, en raison des risques de fuite et de
collusion. Le prénommé a recouru contre cette ordonnance auprès de la Chambre
pénale de recours de la Cour de justice du canton de Genève (ci-après: la Cour
de justice), en alléguant en substance que son arrestation ne pouvait se fonder
que sur l'art. 217 al. 2 CPP et que les conditions d'application de cette norme
selon le droit cantonal n'étaient pas réunies. La Cour de justice a rejeté ce
recours par arrêt du 4 novembre 2011. Elle a notamment considéré que
l'arrestation avait bien eu lieu dans une situation de flagrant délit au sens
de l'art. 217 al. 1 let. a CPP et qu'elle était au demeurant également licite
au regard de l'art. 217 al. 2 CPP.

C.
Agissant par la voie du recours en matière pénale, A.________ demande au
Tribunal fédéral d'annuler cet arrêt et d'ordonner sa mise en liberté. Il
requiert en outre l'octroi de l'assistance judiciaire. Le Ministère public a
présenté des observations, concluant au rejet du recours. La Cour de justice a
renoncé à se déterminer. Le recourant a formulé des observations
complémentaires.

Considérant en droit:

1.
Selon l'art. 78 LTF, le recours en matière pénale est ouvert contre les
décisions rendues en matière pénale, dont font partie les décisions rendues en
matière de détention provisoire ou pour des motifs de sûreté au sens des art.
212 ss CPP (ATF 137 IV 22 consid. 1 p. 23). La détention du recourant ne se
fonde plus sur son arrestation provisoire en application de l'art. 217 CPP,
mais sur sa mise en détention provisoire sur la base des art. 221 ss CPP. On
peut néanmoins admettre qu'il conserve un intérêt actuel et pratique à
contester l'arrêt attaqué, qui a constaté la régularité de son arrestation tout
en le condamnant aux frais de la procédure de recours (art. 81 al. 1 let. b
LTF). Pour le surplus, le recours est formé en temps utile (art. 100 al. 1 LTF)
contre une décision rendue en dernière instance cantonale (art. 80 LTF) et les
conclusions présentées sont recevables au regard de l'art. 107 al. 2 LTF.

2.
Une mesure de détention préventive n'est compatible avec la liberté personnelle
(art. 10 al. 2 Cst. et 5 CEDH) que si elle repose sur une base légale (art. 31
al. 1 et art. 36 al. 1 Cst.), soit en l'espèce l'art. 221 CPP. Elle doit en
outre correspondre à un intérêt public et respecter le principe de la
proportionnalité (art. 36 al. 2 et 3 Cst.; ATF 123 I 268 consid. 2c p. 270).
Pour que tel soit le cas, la privation de liberté doit être justifiée par les
besoins de l'instruction, un risque de fuite ou un danger de collusion ou de
réitération (cf. art. 221 al. 1 let. a, b et c CPP). Préalablement à ces
conditions, il doit exister à l'égard de l'intéressé des charges suffisantes,
soit de sérieux soupçons de culpabilité (art. 221 al. 1 CPP; art. 5 par. 1 let.
c CEDH; arrêt 1B_63/2007 du 11 mai 2007 consid. 3 non publié in ATF 133 I 168).
Le Tribunal fédéral examine librement ces questions, sous réserve toutefois de
l'appréciation des faits, revue sous l'angle restreint des art. 97 al. 1 et 105
al. 2 LTF (ATF 135 I 71 consid. 2.5 p. 73 s. et les références).

3.
Le recourant s'en prend d'abord à l'état de fait de l'arrêt attaqué, en
relevant une prétendue inexactitude de l'heure à laquelle la police a été
alertée.

3.1 Conformément à l'art. 105 al. 1 LTF, le Tribunal fédéral statue en principe
sur la base des faits établis par l'autorité précédente. L'art. 105 al. 2 LTF
lui permet cependant de rectifier ou compléter d'office les constatations de
l'autorité précédente si les faits ont été établis de façon manifestement
inexacte - notion qui correspond à celle d'arbitraire au sens de l'art. 9 Cst.
(ATF 137 I 58 consid. 4.1.2 p. 62; 136 II 304 consid. 2.4 p. 314; 134 V 53
consid. 4.3 p. 62; pour une définition de l'arbitraire, cf. ATF 137 I 1 consid.
2.4 p. 5 et les arrêts cités) - ou en violation du droit au sens de l'art. 95
LTF. Le recourant peut critiquer les constatations de fait aux mêmes
conditions, si la correction du vice soulevé est susceptible d'influer sur le
sort de la cause (art. 97 al. 1 LTF).

3.2 Le recourant reproche à la Cour de justice d'avoir retenu à tort que la
police avait été alertée peu après midi, alors que c'était selon lui aux
environs de 13h00. Il n'est cependant pas en mesure de démontrer cette
affirmation, puisqu'il reconnaît que l'heure exacte d'appel ne ressort pas du
dossier. Quoi qu'il en soit, même si la police avait été alertée vers 13h00 on
ne voit pas en quoi il serait arbitraire de retenir que c'était peu après midi,
cette question n'étant au demeurant pas susceptible d'influer sur le sort de la
cause. Il y a donc lieu de s'en tenir aux faits constatés dans l'arrêt attaqué.

4.
Le recourant ne conteste pas que les conditions de la détention provisoire sont
réunies. Invoquant une violation de l'art. 217 CPP et de l'art. 26 al. 2 de la
"loi d'application du code pénal suisse et d'autres lois fédérales en matière
pénale" (LaCP; RSG E 4 10), il s'en prend uniquement à la régularité de son
arrestation, en affirmant que la prétendue illicéité de celle-ci devrait
conduire à sa mise en liberté.

4.1 Aux termes de l'art. 217 al. 1 let. a CPP, la police est tenue d'arrêter
provisoirement et de conduire au poste toute personne qu'elle a surprise en
flagrant délit de crime ou de délit ou qu'elle a interceptée immédiatement
après un tel acte. Selon l'art. 217 al. 2 CPP, la police peut arrêter
provisoirement et conduire au poste toute personne soupçonnée sur la base d'une
enquête ou d'autres informations fiables d'avoir commis un crime ou un délit.
Adopté en application de l'art. 198 al. 2 CPP, l'art. 26 al. 2 LaCP prévoit que
"seuls le chef de la police, le chef de la police judiciaire, leurs remplaçants
et les officiers de police" sont compétents pour ordonner une arrestation
provisoire sur la base de l'art. 217 al. 2 CPP.

4.2 En l'occurrence, la police a été alertée par le responsable de la sécurité
d'une banque, qui signalait la présence d'individus dénoncés la veille pour un
vol astucieux et qui semblaient sévir à nouveau dans la même succursale. Ces
informations justifiaient manifestement une intervention de la police, ce qui
n'est pas contesté. Compte tenu des renseignements donnés par le responsable de
la sécurité précité, les agents dépêchés sur place pouvaient légitimement
penser intervenir sur la base de l'art. 217 al. 1 let. a CPP, afin d'arrêter
les individus en flagrant délit ou de les interpeller immédiatement après la
commission de l'infraction. Une telle intervention étant urgente, on ne saurait
exiger à ce stade une analyse plus détaillée pour déterminer si l'arrestation
devait plutôt se faire sur la base de l'art. 217 al. 2 CPP. Il s'avère au
demeurant que l'arrestation pouvait se fonder sur cette dernière disposition,
la police étant intervenue sur la base d'informations fiables - données par le
responsable de la sécurité d'une banque - et qui permettaient de soupçonner le
recourant d'avoir commis un crime ou un délit. Le grief tiré d'une violation de
l'art. 217 CPP doit donc être rejeté.

4.3 Le recourant ne conteste pas que les conditions d'application de l'art. 217
al. 2 CPP étaient réunies, mais il prétend que les agents qui ont procédé à son
arrestation n'étaient pas compétents pour le faire, l'art. 26 al. 2 LaCP
exigeant un ordre émanant du chef de la police, du chef de la police
judiciaire, de leurs remplaçants ou d'un officier de police. Il perd de vue
qu'il s'agit là de droit cantonal, dont le Tribunal fédéral ne revoit
l'application que si elle est constitutive d'une violation du droit fédéral au
sens de l'art. 95 let. a LTF, telle que l'interdiction de l'arbitraire ancrée à
l'art. 9 Cst. (ATF 133 III 462 consid. 2.3 p. 466). Il appartient au recourant
de démontrer que ces conditions sont remplies, conformément aux exigences de
motivation déduites de l'art. 106 al. 2 LTF (ATF 133 II 396 consid. 3.2 p.
400), ce qu'il ne fait aucunement en l'espèce. C'est en vain qu'il se prévaut à
cet égard des art. 31 Cst. et 5 CEDH, ces dispositions n'ayant pas la même
portée que l'art. 26 al. 2 LaCP et leur violation n'étant pas davantage
démontrée. Au demeurant, il ressort du dossier que l'arrestation a été ordonnée
par "M. C.________, Commissaire de police" et il n'est pas établi que celui-ci
n'est pas effectivement un "officier de police" au sens du droit cantonal. Dans
une écriture déposée le 2 novembre 2011 devant l'instance précédente, le
recourant qualifie d'ailleurs lui-même le commissaire C.________ d'officier de
police. En page 3 de ce document, il mentionne en effet qu'un ordre de mise à
disposition du Ministère public a été émis par "un officier de police, Monsieur
C.________". En définitive, il n'est pas démontré que l'art. 26 al. 2 LaCP a
été appliqué d'une façon qui puisse être qualifiée d'arbitraire au sens de la
jurisprudence susmentionnée. On ne discerne pas non plus d'arbitraire dans le
résultat de la décision contestée, la détention du recourant étant au demeurant
légale au regard de l'art. 221 CPP et la procédure de l'art. 224 CPP ayant été
mise en oeuvre avec célérité, dès le lendemain de l'arrestation provisoire.
Pour autant qu'il soit recevable, ce grief doit donc lui aussi être rejeté.

5.
Il s'ensuit que le recours doit être rejeté, dans la mesure de sa recevabilité.
ll n'y a pas lieu d'accorder l'assistance judiciaire, dès lors que les
conclusions du recours apparaissaient d'emblée vouées à l'échec (art. 64 al. 1
LTF). Le recourant, qui succombe, doit par conséquent supporter les frais de la
présente procédure (art. 66 al. 1 LTF).

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté, dans la mesure où il est recevable.

2.
La requête d'assistance judiciaire est rejetée.

3.
Les frais judiciaires, arrêtés à 1'000 fr., sont mis à la charge du recourant.

4.
Le présent arrêt est communiqué au mandataire du recourant, au Ministère public
et à la Cour de justice du canton de Genève, Chambre pénale de recours.

Lausanne, le 2 décembre 2011
Au nom de la Ire Cour de droit public
du Tribunal fédéral suisse

Le Président: Fonjallaz

Le Greffier: Rittener