Sammlung der Entscheidungen des Schweizerischen Bundesgerichts
Collection des arrêts du Tribunal fédéral suisse
Raccolta delle decisioni del Tribunale federale svizzero

II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 5A.810/2012
Zurück zum Index II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2012
Retour à l'indice II. Zivilrechtliche Abteilung, Beschwerde in Zivilsachen 2012



Bundesgericht
Tribunal fédéral
Tribunale federale
Tribunal federal

{T 0/2}
5A_810/2012

Arrêt du 22 mars 2013
IIe Cour de droit civil

Composition
MM. les Juges fédéraux von Werdt, Président,
Herrmann et Schöbi.
Greffière: Mme Mairot.

Participants à la procédure
M. A.X.________,
représenté par Me Bruno Mégevand, avocat,
recourant,

contre

Mme B.X.________,
représentée par Me Jean-Pierre Oberson, avocat,
intimée.

Objet
mesures protectrices de l'union conjugale,
contribution à l'entretien de la famille.

recours contre l'arrêt de la Chambre civile de la Cour de justice du canton de
Genève du 28 septembre 2012.

Faits:

A.
A.a M. A.X.________, né en 1964, et Mme B.X.________, née en 1963, tous deux de
nationalité belge, se sont mariés le 28 septembre 1991 à Uccle (Belgique). Deux
enfants sont issus de cette union: C.________, née en 1992 (devenue majeure en
2010), et D.________, née en 1997. La famille s'est installée à Genève en 2004.

Les époux se sont séparés au mois d'août 2008, organisant une garde alternée
sur leurs filles.
A.b Par jugement du 17 février 2011, le Tribunal de première instance de
Genève, statuant sur requête de mesures protectrices de l'union conjugale de
l'épouse du 27 juillet 2010, a autorisé les parties à vivre séparées, confié
aux époux la garde conjointe de leur fille cadette, le domicile légal de
celle-ci restant celui de sa mère, et pris des mesures d'organisation pour
l'exercice d'une garde alternée. Il a en outre donné acte aux parties de leur
accord avec la perception par l'épouse des allocations familiales et condamné
le mari à payer, dès le 1er août 2010, une contribution à l'entretien de la
famille de 1'400 fr. par mois, allocations familiales non comprises, sous
déduction des montants éventuellement versés à ce titre. Ces mesures ont été
prononcées pour une durée indéterminée.
A.c Statuant sur appel de l'épouse, la Cour de justice du canton de Genève a,
par arrêt du 13 juillet 2011, augmenté le montant de la contribution à 2'100
fr. par mois dès le 17 février 2011. Elle a renvoyé la cause au Tribunal de
première instance pour instruction complémentaire au sujet de la somme due pour
la période antérieure à cette date, ainsi que pour nouvelle décision sur ce
point et sur le dies a quo.
Le divorce des parties a été prononcé le 18 août 2011.

B.
Par jugement du 7 juin 2012, le Tribunal de première instance, statuant
toujours sur mesures protectrices de l'union conjugale, a partiellement modifié
son jugement du 17 février 2011 en ce sens qu'il a condamné le mari à verser à
l'épouse, à titre de contribution à l'entretien de la famille, 2'100 fr. par
mois du 1er août 2009 - soit une année avant le dépôt de la requête - au 16
février 2011, sous déduction de 2'659 fr. 80.
La Cour de justice du canton de Genève a, par arrêt du 28 septembre 2012,
modifié ce jugement en ce sens que le mari est condamné à verser à l'épouse,
pour la période allant du 1er août 2009 au 16 février 2011, un montant total de
37'784 fr. à titre de contributions à l'entretien de la famille, allocations
familiales en sus.

C.
Le mari exerce un recours en matière civile contre l'arrêt du 28 septembre
2012. Il conclut, principalement, à ce qu'il soit constaté que les dépenses
qu'il a prises en charge pour l'entretien de la famille entre le 1er août 2009
et le 16 février 2011 sont telles qu'aucun montant n'est encore dû par lui à ce
titre pour cette période. Subsidiairement, il demande au Tribunal fédéral de
constater que certaines dépenses qu'il a prises en charge pour cette même
période peuvent être déduites de la contribution d'entretien, la cause étant
renvoyée à l'autorité cantonale pour qu'elle détermine lesquelles. Plus
subsidiairement, il sollicite le renvoi de la cause à l'autorité cantonale pour
nouvelle décision dans le sens des considérants.

Des observations n'ont pas été requises.

Considérant en droit:

1.
1.1 L'arrêt attaqué, rendu en application des art. 172 ss CC, est une décision
finale (art. 90 LTF; ATF 133 III 393 consid. 4) prise en matière civile (art.
72 al. 1 LTF; ATF 133 III 393 consid. 2), dans une affaire pécuniaire dont la
valeur litigieuse atteint 30'000 fr. (art. 51 al. 1 let. a, 74 al. 1 let. b
LTF). Le recours, déposé en temps utile (art. 100 al. 1 LTF), est dirigé contre
une décision rendue sur recours par le tribunal supérieur du canton de Genève
(art. 75 LTF). Il est ainsi recevable sous l'angle de ces dispositions.

1.2 Selon l'art. 42 al. 1 LTF, les mémoires doivent indiquer les conclusions
des parties. Des conclusions pécuniaires non chiffrées sont suffisantes à
condition que la somme à allouer soit d'emblée reconnaissable à la lecture de
la motivation du recours ou de la décision attaquée (arrêt 5A_766/2008 du 4
février 2009 consid. 2.3; ATF 134 III 235 consid. 2 et les arrêts cités).

Si l'on peut comprendre que le recourant souhaite, principalement, voir imputer
sur les contributions d'entretien dues par lui entre le 1er août 2009 et le 16
février 2011 des dépenses de 66'787 fr. 90, soit 66'800 fr. en arrondissant -
montant qui ressort de son mémoire de recours et de l'arrêt attaqué -, tel
n'est pas le cas lorsqu'il se borne à faire valoir, à titre subsidiaire,
«certaines» dépenses. Ce dernier chef de conclusions est par conséquent
irrecevable.

1.3 L'arrêt entrepris porte sur des mesures provisionnelles au sens de l'art.
98 LTF (ATF 133 III 393 consid. 5, 585 consid. 3.3). Partant, seule peut être
soulevée la violation de droits constitutionnels, grief que le Tribunal fédéral
n'examine que s'il a été invoqué et motivé par le recourant (art. 106 al. 2
LTF); celui-ci doit ainsi indiquer quels disposition ou principe
constitutionnel auraient été violés et démontrer, par une argumentation
précise, en quoi consiste la violation (ATF 134 II 349 consid. 3; 133 III 393
consid. 6 et les références). Les critiques de nature appellatoire sont
irrecevables (ATF 133 III 589 consid. 2).

Le recourant qui se plaint d'arbitraire ne saurait, dès lors, se borner à
critiquer la décision attaquée comme il le ferait en instance d'appel, où
l'autorité de recours jouit d'une libre cognition; il ne peut, en particulier,
se contenter d'opposer sa thèse à celle de la juridiction cantonale, mais doit
démontrer, par une argumentation précise, que cette décision repose sur une
application de la loi manifestement insoutenable (ATF 134 II 349 consid. 3 et
les références citées). L'arbitraire prohibé par l'art. 9 Cst. ne résulte pas
du seul fait qu'une autre solution serait concevable, voire préférable; le
Tribunal fédéral ne s'écarte de la décision attaquée que lorsque celle-ci est
manifestement insoutenable, viole gravement une norme ou un principe juridique
clair et indiscuté, ou heurte de manière choquante le sentiment de la justice
ou de l'équité. Il ne suffit pas que la motivation de cette décision soit
insoutenable; encore faut-il qu'elle se révèle arbitraire dans son résultat (
ATF 133 I 149 consid. 3.1 et la jurisprudence citée).

1.4 Le Tribunal fédéral statue sur la base des faits établis par l'autorité
précédente (art. 105 al. 1 LTF). Dans l'hypothèse d'un recours soumis à l'art.
98 LTF, le recourant ne peut obtenir la rectification ou le complètement des
constatations de fait de l'arrêt cantonal que s'il démontre la violation de
droits constitutionnels par l'autorité cantonale (ATF 133 III 585 consid. 4.1).
Les faits et moyens de preuve nouveaux sont prohibés, à moins de résulter de la
décision de l'autorité précédente (art. 99 al. 1 LTF).

Dans le domaine de l'appréciation des preuves et de la constatation des faits,
le Tribunal fédéral se montre réservé, vu le large pouvoir qu'il reconnaît en
la matière à l'autorité cantonale (ATF 120 Ia 31 consid. 4b; 118 Ia 28 consid.
1b et les références). Il n'intervient, du chef de l'art. 9 Cst., que si le
juge du fait n'a manifestement pas compris le sens et la portée d'un moyen de
preuve, a omis sans motifs objectifs de tenir compte de preuves pertinentes ou
a opéré, sur la base des éléments recueillis, des déductions insoutenables (ATF
129 I 8 consid. 2.1); encore faut-il que la correction du vice soit susceptible
d'influer sur le sort de la cause. Cette retenue est d'autant plus grande
lorsque le juge n'examine la cause que d'une manière sommaire et provisoire (
ATF 130 III 321 consid. 3.3 et les citations). Ainsi en va-t-il dans le domaine
des mesures protectrices de l'union conjugale, qui sont ordonnées à la suite
d'une procédure sommaire, avec administration restreinte des moyens de preuve
et limitation du degré de la preuve à la simple vraisemblance (ATF 127 III 474
consid. 2b/bb et les références; sous l'empire du CPC: cf. arrêt 5A_661/2011 du
10 février 2012 consid. 2.3).

2.
Le recourant reproche d'abord à l'autorité cantonale d'avoir violé l'art. 176
al. 1 et 3 CC, en mettant à sa charge une contribution à l'entretien de la
famille pour la période comprise entre le 1er août 2009 et le 16 février 2011
sans que cela soit justifié par un quelconque besoin de protection.

2.1 En vertu des principes de la bonne foi et de l'épuisement des griefs, tous
les moyens nouveaux sont exclus dans le recours en matière civile au sens de
l'art. 98 LTF, que ceux-ci relèvent du fait ou du droit, sous réserve des cas
où seule la motivation de la décision attaquée donne l'occasion de les soulever
(ATF 133 III 639 consid. 2; arrêt 5A_69/2011 du 27 février 2012 consid. 1.6).

2.2 En l'espèce, il n'apparaît pas, et le recourant ne prétend du reste pas,
qu'il aurait contesté en appel le principe d'une contribution à l'entretien de
la famille, pas plus que le point de départ ou le montant de celle-ci. Nouveau,
le grief est irrecevable.

S'il y a lieu de comprendre que le recourant reproche, en réalité, à la cour
cantonale d'avoir refusé d'imputer sur la contribution d'entretien les dépenses
effectuées en faveur de ses filles entre le 1er août 2009 et le 16 février
2011, ses critiques, autant qu'elles sont conformes aux exigences de motivation
requises (cf. supra, consid. 1.3), seront examinées ci-après.

3.
Selon le recourant, l'autorité précédente a aussi enfreint les art. 276 al. 1
et 285 al. 1 CC en ne cherchant pas à déterminer les dépenses qu'il a assumées
entre le 1er août 2009 et le 16 février 2011, dépenses qui ont permis aux
enfants de maintenir leur niveau de vie antérieur et qui devaient dès lors être
prises en compte.

3.1 La Cour de justice a considéré que les dépenses dont se prévalait le père
pour sa fille cadette et pour l'aînée avant sa majorité, soit jusqu'en janvier
2010 compris, étaient constituées par des primes d'assurance maladie, de
l'argent de poche, des frais médicaux non couverts, des frais de dentiste et
des cours de soutien scolaire pour l'aînée, des factures de téléphones
portables, un solde dû au restaurant scolaire pour la cadette, des abonnements
de transports publics, le renouvellement du passeport de la cadette, des
fournitures scolaires, de l'habillement, y compris des frais de lunettes,
enfin, des frais de loisirs et de vacances des enfants.

Pour cette autorité, les frais d'assurance maladie et d'abonnement des
transports publics genevois ne pouvaient être déduits de la contribution
d'entretien, dès lors qu'ils étaient comptabilisés dans les charges du père. La
mère admettait que le solde dû au restaurant scolaire pour la cadette et les
frais de dentiste de l'aînée d'août 2009 puissent être déduits. Les fournitures
scolaires, les frais médicaux non couverts, l'habillement, l'argent de poche,
les frais de téléphones portables, le soutien scolaire ponctuel de l'aînée et
le renouvellement de passeport de la cadette constituaient quant à elles des
charges comprises dans l'entretien de base dû par le débirentier et ne
pouvaient être déduites de la contribution à l'entretien de la famille fixée
judiciairement. Enfin, les frais importants relatifs aux loisirs et aux
vacances avaient été unilatéralement décidés par le père, qui ne pouvait dès
lors les faire supporter à la mère.

3.2 Le recourant reproche à la Cour de justice d'avoir indûment considéré que
les frais de loisirs et de vacances de ses filles ne devaient pas être déduits
des contributions d'entretien mises à sa charge au motif, principalement,
qu'ils auraient été décidés unilatéralement par lui. Il soutient que cette
dernière constatation est arbitraire et estime de toute manière insoutenable
que l'intimée puisse se prononcer a posteriori sur des dépenses entreprises
d'un commun accord. Il fait valoir le même raisonnement pour les frais de
voyage, précisant que ces derniers ont été effectués dans le cadre d'activités
parascolaires. Quant aux frais d'école et aux frais médicaux, le recourant
expose qu'ils ne sont pas compris dans l'entretien de base, de sorte qu'ils
auraient dû être pris en compte.

Autant qu'il soutient, en se référant au procès-verbal de comparution
personnelle des parties du 3 mai 2012 et à la détermination écrite de l'intimée
du 17 juillet 2012, que celle-ci ne s'est jamais opposée à ce qu'il continue à
entretenir les enfants dans la même mesure que par le passé, et qu'elle était
parfaitement au courant des dépenses effectuées à ce titre, ses arguments, de
nature appellatoire, ne permettent pas de retenir que l'autorité cantonale
aurait arbitrairement (art. 9 Cst.) apprécié les preuves sur ce point. On ne
voit pas non plus en quoi l'art. 8 CC aurait été enfreint: dans la mesure où
l'autorité cantonale a forgé sa conviction sur la base d'une appréciation des
preuves versées au dossier, la question du fardeau de la preuve ne se pose plus
et le grief de violation de l'art. 8 CC devient sans objet (ATF 130 III 591
consid. 5.4; 122 III 219 consid. 3c).

De toute manière, et pour le surplus, le recourant perd de vue que, dans la
mesure où il s'agit d'imputer sur la contribution due, d'un montant de 2'100
fr. par mois, les sommes déjà versées à ce titre, seules peuvent être déduites
les charges qui ont été prises en compte dans la détermination de dite
contribution, à l'exclusion des versements qui excèdent l'entretien défini dans
ce cadre. Dès lors, il importe peu que l'épouse ne se soit pas opposée à la
prise en charge directe par le mari de dépenses supplémentaires relatives à
l'école, aux loisirs ou aux vacances, ou encore de certains frais médicaux
extraordinaires, étant précisé qu'elle a accepté la déduction de 1'009 fr. de
frais de dentiste d'août 2009. Au demeurant, il convient de relever que l'art.
125 ch. 2 CO prohiberait l'extinction par compensation d'une créance d'aliments
contre la volonté du créancier. Pour autant qu'il soit suffisamment motivé
(art. 106 al. 2 Cst.; cf. supra, consid. 1.3), le grief apparaît donc infondé.

4.
L'autorité cantonale aurait aussi violé l'art. 277 al. 2 CC en ne tenant pas
compte des dépenses que le recourant a effectuées en faveur de sa fille aînée
après la majorité de celle-ci.

4.1 L'autorité cantonale a considéré sur ce point que l'aînée était devenue
majeure dès février 2010. Comme ses parents n'avait pas pris de conclusions en
entretien en sa faveur à partir de cette date, conclusions auxquelles elle
aurait pu se rallier, les autorités judiciaires n'avaient pas à statuer, dans
la présente procédure, sur la question de son entretien après son accès à la
majorité, et la contribution à l'entretien de la famille fixée dès février 2010
ne concernait que la mère et la fille cadette des parties.

Le recourant affirme - sans toutefois préciser, contrairement aux exigences de
motivation requises, quels disposition ou principe constitutionnel auraient été
violés (cf. supra, consid. 1.3) - que ce raisonnement ne saurait être suivi.
Selon lui, l'obligation d'entretien des parents envers l'enfant majeur qui n'a
pas achevé sa formation existe dans la mesure où, comme ici, les conditions de
l'art. 277 al. 2 CC sont remplies, et ce indépendamment d'une éventuelle action
en entretien formée par l'enfant ou l'un de ses parents.

Quelle que soit la pertinence de cette argumentation - et pour autant qu'elle
soit suffisamment motivée -, elle ne permet pas de considérer que le résultat
auquel est parvenue la cour cantonale serait arbitraire (art. 9 Cst.). Comme il
a été exposé ci-dessus (cf. consid. 3.2), lorsque le dispositif du jugement
condamne le débiteur au paiement d'une contribution d'entretien d'un montant
déterminé, tout en réservant néanmoins les prestations d'entretien déjà
versées, seules peuvent être déduites les sommes correspondant audit entretien.
Dès lors, le recourant ne saurait se prévaloir de dépenses effectuées de son
propre chef pour assurer à sa fille aînée, en particulier, une formation à
l'étranger, dont il n'est pas établi qu'elle aurait été prise en compte lors de
la fixation de la contribution globale à l'entretien de la famille.

5.
En conclusion, le recours apparaît mal fondé et doit par conséquent être
rejeté, dans la faible mesure de sa recevabilité. Le recourant, qui succombe,
supportera par conséquent les frais judiciaires (art. 66 al. 1 LTF). Il n'y a
pas lieu d'allouer de dépens à l'intimée, qui n'a pas été invitée à se
déterminer.

Par ces motifs, le Tribunal fédéral prononce:

1.
Le recours est rejeté dans la mesure où il est recevable.

2.
Les frais judiciaires, arrêtés à 2'500 fr., sont mis à la charge du recourant.

3.
Le présent arrêt est communiqué aux parties et à la Chambre civile de la Cour
de justice du canton de Genève.

Lausanne, le 22 mars 2013
Au nom de la IIe Cour de droit civil
du Tribunal fédéral suisse

Le Président: von Werdt

La Greffière: Mairot